#rmsconf Lyon : 04 décembre 2014 !

#rmsconf Lyon : 04 décembre 2014 !
3 Erreurs à ne pas commettre quand vous recrutez un jeune diplômé
Par : Anne Pestel
5
recrutement-geny-580x250

Si vous êtes à l’affût de nouvelles recrues dans les mois à venir, vous allez sûrement devoir vous exposer de près à cette chère Génération Y. Jetons un œil du côté obscur de la chose…

Les nouveaux diplômés peuvent être une excellente ressource pour les entreprises de toute taille. Ils sont plein d’énergie et de nouvelles idées et prêts à tout pour conquérir votre Marque.

Ce qui est drôle avec le recrutement dans les écoles et universités, c’est qu’il peut être comparé à nos jeunes rendez-vous galants. Lors de la première interview, comme de la première rencontre, il y a des « règles » à respecter pour ne pas manquer de laisser passer une belle opportunité :

 

1. Le mythe du coup de foudre au premier regard

Une étude récente, réalisée par The Society of Human Resource Management démontre que 63%  des décisions d’embauche sont prisesrecrutement jeune diplome durant les 4,3 premières minutes de l’entretien. Mais rendre un verdict rapide avec des jeunes diplômés peut s’avérer une énorme erreur. Rappelez-vous que ce sont les premiers pas de ces jeunes individus dans le monde du travail, et que même si ces derniers ont eu des cours de coaching, en live l’application de ces derniers est loin d’être évidente. Bien sûr, ils ont passé des concours, des entretiens pour des stages, mais la pression n’est pas la même, et je ne pense pas que vous me contredirez sur ce point.

Si vous jugez les candidats en vous basant seulement sur des études de cas ou bien encore des tests de personnalité, autant vous dire que vous allez droit dans le mur. Ce genre d’ « examen » ne montre pas forcément le côté créatif, le sens du leadership, l’esprit d’équipe, ou bien encore des traits de caractère comme l’honnêteté – éléments-clé, ne serait-ce que dans votre relation directe avec l’individu.

Assurez-vous de donner aux jeunes diplômés « le temps de briller ». Essayer de tenir des entrevues dans des milieux non-traditionnels, les inviter à manger en votre compagnie, ou bien encore leur faire visiter les locaux, afin de les mettre davantage à l’aise avant l’entretien.

 

2. On ne se marie pas en 1 semaine

Ma maman m’a toujours dit d’obtenir un maximum de rendez-vous galants avant de m’engager dans  une relation officielle, pour bien candidat recrutementcerner l’individu et ne pas commettre d’erreurs. En recrutement, il faut se donner la peine d’apprendre à connaître la personne avant de s’impliquer dans une réelle relation. Avec le recul, ces conseils m’ont permis d’éviter de me faire avoir par de belles paroles et de beaux sourires, ce qui Mesdames et Messieurs les recruteurs a du sûrement vous arriver !

Essayer de trouver un moyen de permettre aux jeunes diplômés de montrer de quoi ils sont capables, comme par exemple,  la présentation d’un projet qu’il/elle a réalisé de A à Z. Vous serez sûrement surpris de voir quel individu a les compétences dont vous avez besoin par rapport à vos attentes initiales.

 

3. Une relation ça se construit sur du long terme

Les constructeurs automobiles ont bien compris qu’ils ne peuvent faire des adolescents des acheteurs directs potentiels. Pourtant leur experience candidatsystème de fidélisation à la marque commence à cet âge-là, avec l’objectif à long terme que ces jeunes deviennent de réels acheteurs. Le concept est le même quand vous vous attaquez à une cible jeune comme les récents diplômés, vous devez les fidéliser bien avant qu’ils rentrent sur le marché de l’emploi.

L’interaction est une première chose, mais la seconde, l’expérience candidat, est toute aussi importante que la première. En effet, si vous ne traitez pas ces individus avec respect – emails abrasifs, longs délais d’attente après une candidature / entretien, etc. (la liste est longue) – ne vous attendez pas à ce que ce dernier ait une bonne image de vous. Ce qui peut vous causer un tort fou, étant donné que vu les études et la réalité de la chose, nous, jeunes diplômés sommes des hyper connectés et aimons raconter notre vie sur les toits. En d’autres termes, une mauvaise image sur les réseaux sociaux en 2 minutes top chrono, ça vous intéressent ?

 

recruteur Generation YRecruter un jeune diplômé peut s’avérer facilement un « enfer » que ce soit du côté du recruteur comme du candidat. Mais si vous suivez ces quelques règles de bases, vous serez plus à même de comprendre la personne en face de vous et instaurer une relation professionnelle sur du long terme.

 

The following two tabs change content below.

Anne Pestel

Anne, passionnée par la Marque Employeur, travaille chez Link Humans dans le cadre de son Master RH à l’INSEEC Business School. Elle s'occupe principalement de l'organisation de l'édition 2013 de #rmsconf, de la rédaction d’articles sur le blog « Recrutement mobile & social » et de la gestion des communautés en ligne. Elle réalise également de nombreuses études sur le Marketing employeur des entreprises en France et à l'étranger.

5 commentaires

  • Charlotte dit :

    Faisant également partie de « cette chère génération Y », je trouve cet article très juste ! En particulier le dernier point. Le plus important à retenir : la question de respect. Cela vaut dans les deux sens : aussi bien du candidat vers le recruteur que du recruteur vers le candidat…
    Chers recruteurs, suite à un ou plusieurs entretiens, envoyez systématiquement un email (sans faute d’orthographe !) au candidat dans les deux semaines – trois semaines maximum (même si c’est pour un refus), vous n’imaginez même pas la différence que vous ferez aux yeux de ce dernier et de tous ceux à qui il communiquera son point de vue sur votre entreprise (qui peuvent en effet être nombreux avec les réseaux sociaux) !
    A l’inverse, une absence de réponse, un délai trop long, un email contenant des fautes d’orthographe, un silence radio après une série éprouvante d’entretiens et de tests… énerve profondément (c’est du vécu !)… et donne une mauvaise image de votre gestion des ressources humaines et donc de vous, de vos valeurs. C’est dommage !
    La génération Y attend de vous des valeurs, un respect de celles-ci chaque jour et une écoute attentive des idées nouvelles (et au mieux : la possibilité de les mettre en pratique ! Google l’a bien compris et ça marche). Sans oublier de donner les bons outils de travail à vos nouveaux employés (logiciels et systèmes d’exploitation à jour…), pour qu’ils puissent être aussi performants et efficaces que chez eux devant leur ordinateur ! Il faut le dire, c’est assez frustrant d’apprendre à utiliser les derniers outils informatiques pendant ses études, et de devoir (réapprendre à) utiliser Windows XP voire 98 au bureau tous les jours… quelle perte de temps et d’argent !
    En bref, agissez comme si vous deviez construire une relation durable, non plus avec « un candidat » mais avec une personne (voire un futur ami, qui sait !). Un seul petit effort pour comprendre cette nouvelle génération suffit : faites un pas vers « les candidats de la génération Y » et ils en feront deux vers vous !

    • Anne Pestel dit :

      Merci Charlotte pour votre commentaire.
      Je suis tout à fait d’accord avec vous. Ayant été en recherche d’emploi pendant près d’un an, je dois avouer que les recruteurs ne m’ont pas donné satisfaction, ce qui, vous l’avez soulignez, porte préjudice à la Marque. Malheureusement, comme tant d’autres collaborateurs envers des clients par exemple, ces derniers n’imaginent pas forcément l’impact qu’ils peuvent avoir sur leur firme. Au passage, si cela vous intéresse, j’avais écrit un article sur mon blog à ce sujet : « Les erreurs de recruteurs qui donnent mauvaise mine à votre Marque Employeur » http://frenchemployerbranding.wordpress.com/2012/08/27/annepestel_marqueemployeur_19/

      Bien évidemment, il faut que cela aille dans les deux sens, l’incorrection et le manque de professionnalisme de certain candidat me fait légèrement paniquer parfois (arriver en short, impolitesse, etc.)…

      Au plaisir d’une prochaine discussion entre membres de la Génération Y,

      Anne.

  • Stéphane dit :

    Merci pour cet article très enrichissant. Ce serait bien que les jeunes diplomés en lisent plus, histoire d’avoir un peu plus confiance en les rectruteurs.

    • Anne Pestel dit :

      Merci Stéphane pour votre appréciation. Cela dit, je pense que lire des articles (même si ces derniers ne sont pas écrits par des recruteurs) ne leur apportera pas une meilleure satisfaction à l’attention des recruteurs. Tout se joue dans le face à face. Et vous pourrez écrire autant d’articles vantant les mérites des recruteurs, une mauvaise expérience reste une mauvaise expérience (sans compter l’impact au niveau de l’image de marque).
      C’est plutôt aux recruteurs de mettre en confiance les candidats ;)

      Au plaisir,

      Anne.

  • aurel dit :

    Ces trois points sont justes et je suis d’accord avec ce dit l’article. Ceci étant dit, il existe également des erreurs commises régulièrement par les candidats. Ce site : http://www.carriereonline.com/offres-emploi/commerces-et-services-de-proximite/ nous en apprend davantage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>