Bonne année 2017

#rmstouch #rmsconf #rmsnews
Pourquoi la diffusion d’offres dans les écoles ne fonctionne pas ?
Par : Pierre-Gaël Pasquiou
0
television
Tweet about this on Twitter86Share on LinkedIn332Share on Facebook16Share on Google+4

Voilà un sujet que je souhaitais aborder depuis un moment et que je me décide enfin à traiter sur #rmsnews. Il s’agit d’une problématique que je connais bien puisque j’ai eu l’occasion de travailler des deux côtés de la barrière : au service relations entreprises d’une école de commerce et en tant que responsable des partenariats écoles dans une entreprise de multidiffusion d’offres.

Pour remettre rapidement les choses dans leur contexte, les écoles disposent presque toutes d’une plateforme permettant aux recruteurs de déposer leurs offres à destination des étudiants. Que ce soit pour un stage, une alternance, un CDD, un CDI, etc. Généralement ces sites sont gérés par le service carrière de l’école, mais ça peut être également le cas du service relations entreprises ou bien même des associations d’anciens.

Pendant des années, des prestataires se sont affrontés sur ce marché, avec pour objectif principal de vendre aux entreprises la diffusion d’offres sur ces sites. Vous aurez d’ailleurs également constaté que les écoles changent de prestataire régulièrement, afin de proposer à leurs étudiants des solutions (supposées) toujours plus performantes.

Sauf que depuis plusieurs années les entreprises se plaignent du faible nombre de candidatures engendrées par ces sites. Mais alors pourquoi si peu de candidats alors qu’il s’agit de plateformes créées spécifiquement pour eux ?

enfant

Non, ce n’est pas la faute des multidiffuseurs

Avant même d’aborder quelques causes qui peuvent expliquer le faible nombre de retours émanant des plateformes d’écoles, il me paraît essentiel d’aborder le point de la multidiffusion. Comme vous le savez certainement, quelques prestataires proposent de multidiffuser vos offres sur les sites emploi habituels et ceux des écoles, ceci afin de vous éviter d’avoir à vous rendre sur chaque site et de passer trois jours à diffuser une annonce.

Généralement ils sont les premiers pointés du doigt lorsqu’il n’y a pas beaucoup de retours. J’ai d’ailleurs eu plusieurs fois l’occasion de me retrouver face à des recruteurs prétendant que le problème venait nécessairement de l’outil, même s’il y avait un ou deux retours. Une mauvaise foi évidente puisque dès lors qu’un candidat d’une école X envoie une candidature c’est qu’elle a été accessible à l’ensemble des étudiants de l’école en question.

Il est vrai que, contrairement aux jobboards classiques, il est impossible (ou du moins complexe) de vérifier qu’une offre est effectivement mise en ligne. Le problème résidant dans le fait qu’il s’agit par définition de plateformes privées, accessibles avec un login et un mot de passe par les étudiants, et que les administrations des établissements se donnent le droit d’accepter ou de refuser des offres sans avertissement ou justification auprès des entreprises.

Rappelez vous qu’un multidiffuseur fait exactement ce que vous auriez fait tout seul : il remplit le formulaire pour déposer votre offre. Le fait que l’offre ne soit pas vue, refusée, pas bien mise en avant, introuvable, etc. est en réalité la responsabilité de l’école et du fournisseur de la plateforme.

Le fait que certaines plateformes bloquent les offres de certains diffuseurs concurrents est une aberration, mais je continue à espérer qu’il ne s’agit que d’une légende urbaine. S’il s’avérait que c’était vrai, je trouverais particulièrement inquiétant que les écoles ne s’insurgent pas et ne frappent pas du point sur la table. Dans le cas où certains se permettraient effectivement ce genre de pratiques, je n’ose pas imaginer ce qu’ils peuvent (ou projettent de) faire avec toutes les données personnelles des étudiants dont ils disposent.

Autoroute

Vous diffusez vos offres n’importe comment

On est entre nous, vous savez comme moi que vous diffusez vos offres comme des sauvages. Evidemment ce n’est pas le cas de tout le monde, mais malheureusement du plus grand nombre quand même.

Je ne manque pas d’exemples de diffusions « barbares » : offres à destination de Bac +2 sur les écoles de commerce, rediffusion massive pour « rester en haut de la liste des offres », offre illisible suite à un copié-collé raté, aucun lien ou mail pour postuler, etc.

De la même façon il est rare que les recruteurs se posent vraiment la question des périodes de stage ou bien même des calendriers d’ouverture des écoles. Je suis parfaitement conscient que c’est complexe et franchement pas marrant à faire, sauf que diffuser une offre de stage pour un stage de Janvier à Août dans une école où les stages ont lieu d’Août à Janvier, forcément ça n’attire pas de candidats !

Il en va de même pour les diffusions d’offres en plein mois d’août où la majorité des écoles sont fermées, c’est le meilleur moyen de ne jamais voir son offre mise en ligne.

Singe

Les étudiants ne savent pas que leur école dispose d’une plateforme d’offres

Evidemment vous n’êtes pas les seuls responsables. Il arrive aussi très régulièrement que les étudiants ignorent totalement la présence d’une plateforme dans leur école. J’ai fait ce constat à plusieurs reprises à l’occasion de conférences et en effet il y a également un vrai problème en termes de communication.

Il faut tout de même garder à l’esprit que les écoles ne manquent pas de messages à faire passer à leurs étudiants et qu’il est possible que la plateforme carrière soit parfois mise de côté ou bien tout simplement noyée dans le flot d’informations reçues par l’étudiant. Moi même, lorsque j’étais étudiant j’ai très vite arrêté de lire les mails sur ma boite d’école, recevant beaucoup trop de choses. J’ai donc découvert ma plateforme emploi une fois en poste.

Et lorsqu’une plateforme est mise en place, généralement elle est installée au fin fond de l’intranet du site. J’avais calculé sur un site d’école qu’il ne fallait pas moins de 12 clics pour arriver à la plateforme, de quoi en décourager plus d’un !

Velo

Les sites emploi sont nettement plus intéressants que les plateformes d’écoles

Ce n’est un secret pour personne, une plateforme d’école est un jobboard en version bridée et qui n’évolue presque pas. En parallèle les jobboards font évoluer leurs sites et savent se rendre de plus en plus pratiques (version mobile, apply with LinkedIn, rapport personnalisé, etc.). Par conséquent les étudiants ne vont pas multiplier les recherches sur les sites et se concentrer sur celui qui leur semble être le plus adéquat à leurs besoins.

Et lorsqu’ils voient des offres diffusées sur leur plateforme d’école + sur un jobboard, ils ont vite fait de se rendre à l’évidence qu’il est plus rentable pour eux de n’aller que sur un site qui dispose des offres de leur école + des milliers d’autres.

Intranet

Bienvenue sur notre intranet

Mettez vous à la place d’un étudiant qui vient de faire 12 clics pour arriver au site emploi (et qui a du retrouver son login dans sa boite mail). Quelle va être sa réaction lorsqu’en cliquant sur « postuler » il est redirigé sur votre intranet, ou en plus il doit souvent rechercher à nouveau l’offre ? Il abandonne.

Vous ne pouvez même pas lui en vouloir puisque vous faites exactement la même chose dans la vie privée. Tous les sites qui imposent de trop nombreuses étapes sont abandonnés par leurs utilisateurs. La tendance est au rapide et efficace.

Heureusement les choses évoluent, les écoles prennent conscience que ces plateformes doivent être vraiment bien réalisées pour avoir un intérêt et les recruteurs ciblent de manière plus réfléchie afin de ne pas « se griller » auprès des administrations et des étudiants.

Crédit Shutterstock : Télévision ; Garçon ; Autoroute ; Singe ; Vélo ; Intranet

Tweet about this on Twitter86Share on LinkedIn332Share on Facebook16Share on Google+4
The following two tabs change content below.

Pierre-Gaël Pasquiou

Responsable Partenariats et Business Development chez #rmstouch
Pierre-Gaël travaille chez #rmstouch en tant que Responsable Partenariats et Business Development. Il forme également les BAIP des Universités et des Ecoles dans le cadre de l’utilisation des médias sociaux pour l’insertion professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *