#rmsbook

#rmsbook
Un entretien de recrutement réussi, c’est quoi ?
Par : Hugues Truttmann
0
Banniere-entretien
Tweet about this on Twitter35Share on LinkedIn488Share on Facebook22Share on Google+0Share on Viadeo0

 
Lorsque je forme des équipes de recruteurs internes ou externes, l’on me demande fréquemment de formaliser ma méthode et mes techniques pour réussir un entretien de recrutement.

Au risque de choquer, je n’ai ni méthode, ni technique particulière !

Je préfère évoquer l’état d’esprit, l’attitude et la posture lors de l’entretien de recrutement.
 

vision-2372177_640

 

Un entretien réussi est la continuité d’échanges déjà réalisés avec un candidat

Cela suppose de bien connaître et gérer son vivier, d’être en interaction régulière avec lui. Plutôt que de poster des annonces ou d’aller rechercher des cvs d’inconnus dans des cvthèques, n’est-il pas plus judicieux de solliciter des candidats déjà connus ?

La qualité d’un entretien est proportionnelle à la connaissance qu’on a déjà des candidats et donc de la quantité des échanges qu’on a déjà eus.

La stratégie d’approche des candidats doit être basée sur un objectif d’un relationnel sur le long terme et non sur une simple approche opportuniste.

Un entretien réussi doit évoquer l’avenir et non le passé

Plutôt que de passer la majeure partie de l’entretien à évoquer le parcours d’un candidat, c’est-à-dire, décortiquer son cv, sa formation, ses “trous”, les “pourquoi vous avez quitté ce poste ?”, n’est-il pas plus intelligent de lui demander : “pour vous, le job idéal, c’est quoi ?” et aider le candidat à le définir.

Le cv doit donc rester dans le tiroir du candidat et du recruteur, quitte à le ressortir pour permettre au candidat d’appuyer ses dires par des éléments factuels de son cv.

Un entretien réussi n’est pas un interrogatoire, c’est de la co-projection

L’ère de l’entretien – interrogatoire est révolue. Le rôle du recruteur est de faire en sorte que le candidat se projette avec lui dans l’entreprise et le poste, par un questionnement subtil et une écoute sincère. Lors d’un entretien, le temps de parole du recruteur ne devrait pas excéder 25 % (et non 75 % comme c’est souvent le cas !). Il ne devrait pas exister de rapport de force entre recruteur et candidat, l’objectif doit être un échange qui génère de la valeur et de la co-construction.
 

puzzle-1487340_1280
 
Un entretien réussi ne se solde pas forcément par autre entretien ou une embauche

On ne peut pas faire mouche à tous les coups, par contre, même si un candidat n’est pas retenu, l’entretien aura eu le mérite de déboucher sur une meilleure connaissance commune du recruteur et du candidat, une confiance accrue, et un vivier enrichi !

Un dernier conseil :

Un entretien réussi c’est avant tout avoir une parfaite connaissance de l’entreprise qui recrute (pour le recruteur externe) ou une bonne maîtrise de la meilleure présentation de cette dernière (pour le recruteur interne), du poste et de son origine, de l’état d’esprit de l’équipe dans laquelle va évoluer la future recrue. C’est une phase qui est souvent négligée, mais qui constitue une clé fondamentale de la réussite d’un entretien et donc d’un recrutement.

Ah oui ….. et surtout, prenez des risques….

L’anti-conformisme est souvent payant !
 

Tweet about this on Twitter35Share on LinkedIn488Share on Facebook22Share on Google+0Share on Viadeo0
The following two tabs change content below.
Expert en recrutement. Hugues est un artisan-recruteur prospectiviste pour qui l’art du recrutement est le parfait mélange entre son attrait pour la philosophie taoiste, sa passion pour les Relations Humaines et son vif intérêt pour les technologies du numérique. Souhaitant désormais transmettre sa science du recrutement, Hugues collabore avec l'équipe #rmstouch depuis début 2016.

Derniers articles parHugues Truttmann (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *