headerlink

headerlink
Quand Facebook dominera le monde du recrutement…
Par : Laurent Brouat
26
facebook-recrutement-580x250

Je ne vais pas revenir sur le lancement du Job Board de Facebook en novembre dernier mais plutôt sur une analyse de la relation de Facebook avec le recrutement et le potentiel que cela représente. La version actuelle du Social Jobs Partnerships lancée est aujourd’hui incomplète et même truffée de bugs…mais limiter Facebook à cette tentative, c’est se mettre le doigt dans l’oeil!

Un « Social Jobs Partnerships » très décevant

Pour les nombreux spécialistes qui ont testé cette application, le premier problème vient des erreurs de matching sur les jobs recherchés. Comme dans la copie d’écran que vous voyez, vous tapez « Atlanta » et vous vous retrouvez avec des offres d’autres Etats voir d’autres pays.

 

Jobboard de facebook

L’application n’est pas du tout ergonomique, et surtout en faisant moi-même le test, il y a un certain nombre d’offres qui ne débouchent sur…rien ou qui renvoient vers la page Facebook de l’entreprise.

Ce lancement a évidemment fait le chou gras de tous les jobboards (notamment français) et autres professionnels du recrutement qui se sont empressés de relever ces erreurs en insistant sur le fait que Facebook n’a pas pour fonction première d’être un jobboard ou de s’immiscer dans le monde du recrutement.

Mais ces acteurs qui se sont délectés de ce demi-échec n’évaluent pas correctement le potentiel que Facebook a dans le recrutement.

Je m’explique.

2 critères d’évaluation fondamentaux: la « cherchabilité » et la qualité des données

Quand on cherche à évaluer un outil dans le recrutement, ces 2 critères sont fondamentaux: plus l’outil sera « cherchable » et aura des données de qualité, plus il sera efficace dans le recrutement.

PS: « cherchabilité » et « cherchable » sont évidemment des termes inventés et des mauvaises traductions du terme anglais « searchability ».

« cherchabilité » = facilité à requêter et trouver de l’information

Qualité des données = données exploitables pour un processus de recrutement (données professionnelles en quantité suffisante pour engager un contact)

Requêter = acte de faire une recherche avancée dans un outil (avec des agents booléens ou des mots clés simples)

Agents booléens = dans leur version basique, ce sont des commandes constituées par AND, OR et NOT.

Comme vous pouvez le voir avec ce graphique glané chez l’excellent Glen Cathey de Boolean Black Belt, Linkedin est par exemple un réseau dont on peut extraire facilement de l’information (donc cherchable) mais par contre la qualité des données reste en deça d’une base de données traditionnelle (j’y reviendrai plus en détails).

En terme de recrutement, les meilleures données sont encore celles contenues sur un CV et les profils sur les réseaux sociaux n’ont pas encore atteint ce niveau…même si ils y tendent. Et de la même façon, Twitter est très facilement requêtable avec la possibilité de faire des recherches booléennes et d’utiliser des outils de recherche avancée mais la qualité des données reste faible (biographies de 140 caractères et tweets souvent peu exploitables pour motiver un contact).

Donc les outils les plus performants sont ceux qui combinent bien évidemment les deux…comme les bases de données des jobboards ou certains ATS (notamment qui sont ergonomiques et que l’on peut requêter facilement).

Et quel lien avec Facebook?

Si vous regardez attentivement ce graphique, Facebook accumule les problèmes.

1) « cherchabilité »

Facebook n’est pas un outil pour faire des recherches avancées (comme je l’avais montré dans un article précédent). Non  seulement les fonctions « recherche avancée » ne sont pas mises en avant mais surtout les résultats sont inégaux et peu nombreux…le seul avantage étant que les personnes trouvées peuvent être contactées facilement. Quant aux agents booléens, les résultats sont aussi décevants.

2) Qualité des données

Là encore Facebook est tout en bas du graphique…les personnes ne remplissent pas ou rarement leurs données professionnelles sur Facebook et du coup, les données professionnelles exploitables sont limitées! (le dernier job et non tout le parcours professionnel en général).

Mais, il y a un grand Mais

D’abord rien n’empêche Facebook de rendre les profils plus trouvables sur son outil…un outil de recherche simple avec des critères de base, avec l’armée de développeurs dont Facebook dispose, cela ne devrait pas constituer un problème.

La principale contrainte étant qu’ils ne veulent pas que leurs membres soient spammés…ou qu’ils croient en une sur-monétisation de leurs profils (on imagine la levée de boucliers).

Et surtout la qualité des données professionnelles des profils sur Facebook est en constante amélioration…les jeunes générations (pas que d’ailleurs) prennent l’habitude remplir leurs données professionnelles sur Facebook (et le font même parfois pour leurs amis…car on peut dire que tel ami travaille avec moi dans telle entreprise!!!). L’augmentation de la qualité des données professionnelles sur les profils Facebook se retrouve dans les retours terrain de certains recruteurs qui utilisent Facebook aux US…et en France (mais chut c’est encore tabou!).

Et du coup, un phénomène se développe aux Etats-Unis: certaines personnes candidatent avec leurs profils Facebook.

Jérôme Ternynck nous expliquait ainsi pendant rmsconf que 40% de candidats (qui passaient par son système de gestion de candidature soit près d’un demi-million de candidats) postulaient avec leurs profils de réseaux sociaux professionnels et sur ces 40%, 30% postulaient avec leur profil Facebook (ces candidats qui postulaient avec leur profil Facebook étant des candidats un peu moins qualifiés et plus jeunes que ceux qui postulaient avec Linkedin).

Voici d’ailleurs un graphique (qui vient d’une infographie Work4labs) qui illustre bien la question avec Linkedin pour les white collar (les cadres) et Facebook pour tous les autres.

Donc plus de données potentielles et un meilleur outil de recherche feraient de Facebook un killer app et imaginez qu’en France, Facebook c’est quand même 26 millions de personnes vs 6 millions pour Viadeo et 4,5 millions pour Linkedin…à vous de juger!

 

Le débat Professionnel vs Personnel est obsolète

On oppose souvent le professionnel avec le personnel…en disant que Facebook est un univers personnel qui ne concerne pas le professionnel et du coup, on n’y fait pas la même chose que sur un réseau social professionnel.

Ce débat est complètement obsolète (j’entends encore des personnes de réseaux sociaux professionnels présenter cet argument) car aujourd’hui les gens sont sur plusieurs dimensions, une matrice à 4 éléments (présentée notamment par Fadhila Brahimi):

Vie privée / Vie publique

Vie professionnelle / Vie personnelle

Autrement dit je peux partager une partie de ma vie personnelle en mode publique et une partie de ma vie professionnelle en mode privé…les usages évoluent et il n’y plus de dichotomie aussi claire vie professionnelle/vie personnelle sur les réseaux sociaux. Et du coup, Facebook peut aussi devenir un lieu où je « fais » et « partage » du professionnel, où j’accepte de postuler avec mon profil Facebook ou même j’accepte d’être contacté par un recruteur.

Oui, Facebook a sa place dans l’écosystème du recrutement

Au-delà du Jobboard, avec l’évolution des usages, Facebook peut devenir un outil très puissant si Facebook utilise « intelligemment » les données à sa disposition…tout en ménageant les susceptiblités (monétisation, spamming…). Mais je ne vois pas pourquoi Facebook ne le ferait pas.

Facebook doit prendre une place dans le recrutement…la seule question est laquelle…et cette question effraie tous les acteurs du recrutement aujourd’hui d’où les réactions à la sortie du jobboard Facebook.

Comme le soulignait Laurent Choain, DRH de Mazars pendant la MazarsAcademy, « Facebook a fait un béta test mais ne s’est pas lancé sérieusement car ils savent que les générations actuelles ne sont pas prêtes…mais ils seront prêts pour la génération qui arrive… »

(j’espère avoir bien traduit son commentaire!)

The following two tabs change content below.

Laurent Brouat

Directeur associé de Link Humans France, Laurent forme les professionnels du recrutement depuis 2009 sur les nouvelles technologies (réseaux sociaux...) et le sourcing. Il est co-fondateur de #rmsconf et #TruParis les plus grands évènements sur le recrutement en France. Il est enseignant et conférencier sur le recrutement innovant.

26 commentaires

  • laurent dit :

    Bonjour Laurent,

    Merci pour cette analyse, je partage ton avis sur le fait que FB deviendra un acteur important du recrutement, peu importe que l’application soit perfectible. le jalon est posé.

    Pour ce qui est de la domination de ce marché, c’est autre chose.
    Premier point, le nombre de requêtes liées à l’emploi sur Google est incroyablement élevé, je ne sais pas ce qu’il en est pour Bing, mais ce biais pour rechercher un emploi me semble être devenu un reflexe. il vrai que les resultats vont rediriger vers des sites hebergeant les annonces. Je ne m’attarde pas sur la nature de ces sites. On minimise ce reflexe à mon sens, et le traffic des différents sites hébergeant les annonces est mécaniquement alimenté par ce mode de recherche. l’exemple d’Indeed est interessant à ce titre.
    Ce qui m’amène à penser, que celui qui domine est celui qui permet d’accèder à l’information. aussi nos amis de Google ou de Bing auront à mon avis un terrain de jeu à exploiter d’ici peu, s’ils y prêtent attention.

    Deuxième point, le mobile est l’outil le plus fédérateur. exemple: En afrique de l’ouest, beaucoup de personnes n’ont pas de PC et de comptes en banque en revanche elles disposent de mobiles.

    Ce support va réellement changer la donne car il est maintenant une extension de notre personne. Nous y regroupons toutes nos informations, nos comptes en banque, nos photos, nos loisirs, nos jeux, planifions nos futures actions. Et surtout nous nous connectons Internet pour être en contact via reseau social ou non avec nos proches ou relations professionnelles. Nous recherchons des informations localisées, de préférence et depuis peu pour trouver un emploi.: 14 % des mobinautes recherchent un emploi via leur mobile.

    Pour moi les outils mobiles changent totalement la donne du recrutement et répondent à des problématiques recruteurs que nous resolvons que partiellement aujourd’hui :

    1.la visibilité des offres emplois, l’outil mobile étant toujours à portée de main
    2. l’attractivité d’une PME ou TPE face une grosse structure, via la géo localisation
    3. l’engagement avec des « call to action » plus aboutit avec la notification
    4. l’experience utlisateur améliorée via des UI de plus en plus addictive
    5. la mise en valeur plus forte et plus « naturelle » de la marque employeur via de la Video : top 5 des habitudes des mobinautes,
    6. recevoir des candidatures pour tous types de profils : déjà 23 millions de Smartphones
    7. le partage d’information plus rapide

    Je n’ai pas encore vu d’appli mobile qui répondent à tous ces critères, nous sommes à un stade embryonnaire pour les appli mobile de recrutement

    Pour revenir à FB, l’appli mobile ne permet pas encore d’accèder à la recherche d’emploi dans le social jobs app. De plus, en fonction des OS mobile, l’experience user est inégale.

    Pour revenir à la domination, Google avec l’appli mobile Google Now, s’il intègre un « board » emploi pourrait mettre tout le monde d’accord.
    Il faudra alors que chaque acteur du recrutement améliore son SEM et SEO pour être présent dans les résultats de ce « board ».

    Il reste une question fondementale pour le mobile la qualité du reseau !

    A bientôt,
    Laurent

    • Laurent Brouat dit :

      Merci Laurent pour ta réponse qui est quasiment un billet pour montrer le côté disruptif du mobile avant même Facebook.!
      Je te rejoins…surtout que Facebook veut devenir une société mobile complètement.
      Les enjeux de référencement sont importants pour trouver de l’information et être trouvé et les requêtes côté candidats sont importantes mais qu’en-est-il des requêtes côté recruteur?
      Le fameux sourcing?
      Le recruteur qui va aller chercher ce candidat pourra aussi aller sur Facebook.
      Tu parles principalement de sourcing passif (être trouvé, petite annonce) et je parle plus de sourcing actif (aller chercher). Et je crois que le sourcing passif est beaucoup plus impacté par le mobile alors que le sourcing actif peut l’être plus par Facebook.

      • Kevin dit :

        Bonjour,
        Je suis bien d’accord avec vous Facebook est l’avenir du recrutement.J’ai un ami par exemple qui cherchait un poste de serveur et il a trouvé en publiant sur sa page face, qu’il recherchait un poste.
        Toujour est’il qu’il a trouvé quand un contact de ses contact est venu sur sa page, par chance c’était un restaurateur qui recherchait un serveur, il a été convié à un entretien et a eu le poste.
        Chose qui n’a rien à voir mais j’ai trouvé un blog plutôt pratique qui contient des renseignements pratiques sur des métiers, les types de contrats existants et même des interviews de spécialiste en recrutement….Donc je vous laisse le lien si cela vous interesse:
        http://metiers.juste1emploi.fr/nous-aimons-dans-notre-metier-relever-les-defis-et-trouver-des-profils-rares-atypiques/

    • Ophelie dit :

      Bonjour Laurent C.

      Je partage complétement votre avis sur le fait que le mobile permet de diffuser l’information plus largement, dans ce sens qu’il démocratise l’accès à Internet. Quand on sait que 99,7% des français ont un mobile, on ne peut qu’approuver l’idée que ce support est l’avenir du recrutement.

      Concernant les problématiques induites par le mobile, je ne peux que les approuver également, ces mêmes problématiques faisant parties de nos axes de travail chez Rue de l’Emploi ;)

      1. La visibilité des offres est indéniable : les connexions mobiles dépasseront bientôt les connexions fixes et le mobile est un outil bien plus démocratisé que ne l’est l’accès à internet chez soi. C’est en partant de ce constat, qu’il nous est apparu évident de créer un job board 100% mobile, ne nécessitant à aucun moment de devoir se connecter à un ordinateur.

      2. L’attractivité des PME : C’était un de nos buts premiers : offrir aux PME un moyen simple, rapide et gratuit pour diffuser une offre. Nous proposons aux employeurs de pourvoir déposer une annonce directement depuis leur mobile, gratuitement, en quelques minutes.

      3. Les notifications : bien plus impactantes qu’un simple mail en effet, et permettant au candidat d’être plus réactif face à une nouvelle parution d’offre (que nous avons mis en place via l’alerte job et désormais via la notification push)

      4. Une UI plus interactive : l’application mobile permet effectivement une fidélisation des utilisateurs et une richesse de fonctionnalités incroyable. Dernièrement, nous avons d’ailleurs donné au candidat la possibilité d’illustrer son CV via la photo et la vidéo, pour se démarquer auprès des recruteurs, mais aussi pour avoir l’opportunité d’en dévoiler un peu plus sur sa personnalité.

      5. Non seulement une méthode plus naturelle de mettre en avant sa marque employeur, mais aussi désormais une nécessité quand on sait que 90% des sites carrières ne sont pas adaptés au mobile alors que 20% des candidats consultent déjà des offres via leur téléphone.

      6. Un CV pour tous : c’était notre but, en guidant l’utilisateur dans la création de son CV mobile, au sein direct de l’application.

      7. Le partage de l’information plus rapide : à la fois pour le candidat avec l’alerte job, mais aussi pour le recruteur, avec l’alerte CV.

      Bien évidemment ces problématiques ne sont pas exhaustives et les opportunités qu’offre le mobile évoluant sans cesse, je pense que les applications comme vous le dites à juste titre, ont un bel avenir devant soi !

      La révolution mobile est en marche, quel plaisir d’en faire partie :)

      Merci Laurent B pour cet article, et à vous tous pour ces commentaires riches en analyse !

  • Hello Laurent B. et Laurent C. !

    Excellent article et non moins excellent commentaire. Je cautionne et j’appuie vos deux points de vue.

    LE BILLET de Laurent B.
    Sur Facebook et le Recrutement, mon billet « Facebook lance son Jobboard : 1 milliard de candidats ! » est parfaitement complémentaire de ton billet Laurent B. http://www.job2-0.com/article-facebook-lance-son-jobboard-1-7-millions-d-opportunites-pour-1-milliard-de-candidats-112467202.html

    Les questions qui se posent selon moi sont les suivantes :

    1. Ce service va-t-il devenir mondial ? Il est pour l’instant réservé aux states.

    2. Social Jobs ou son successeur va-t-il devenir un vrai Jobboard ?
    Les candidats pourront-ils y publier leur CV ou un profil professionnel ? Les recruteurs auront-ils à leur disposition un vrai moteur de recherche pour « sourcer » (rechercher) efficacement les candidats ? Cette recherche se fera-t-elle directement sur les informations des profils Facebook ou via un profil professionnel bien distinct du profil personnel actuel ?

    3. Facebook va-t-il s’attaquer à Linkedin ?
    Facebook va-t-il se tourner vers ses partenaires pour lancer un réseau social professionnel d’envergure ? Monster étant associé à la diffusion d’offres sur Social Jobs, son mini-réseau social pro BeKnown, qui fonctionne déjà sur Facebook, pourrait servir de base à ce nouveau service. Mais BranchOut pourrait également être de la partie. Dans l’hypothèse du développement d’un service de networking professionnel, de nouvelles questions se posent : les utilisateurs se verraient-ils offrir la possibilité d’avoir un profil professionnel distinct du profil personnel actuel ? Le profil personnel va-t-il se professionnaliser ? Linkedin est-il menacé à terme ? Ou est-ce que Facebook pourrait devenir le réseau social professionnel mondial des « non cadres » (ou de leurs équivalents à l’extérieur de l’hexagone) ?

    Ça fait plus de 2 ans, que je pose la question suivante : Et si demain tout passait par Facebook ?
    L’avenir nous le dira !

    LE COMMENTAIRE DE Laurent C.
    Ton point de vue sur Google (et Bing) est très intéressant, vu qu’il s’agit déjà du premier Jobboard au monde ! La plupart des candidats commencent leur recherche sur Google et via les opérateurs booléens (X-Ray Serach), les recruteurs ont accès à la plus grande base de CV au monde.
    Concernant la révolution mobile, là encore, je suis entièrement d’accord.
    Si tu cherches une appli vraiment séduisante et qui a tout compris à cette révolution en marche, je t’invite à découvrir d’urgence le premier Jobboard 100% mobile, « Rue de l’emploi » qui donne déjà la possibilité de créer un CV mobile.
    J’en parle ici : http://www.job2-0.com/article-et-si-votre-cv-devenait-mobile-112845975.html

    Au plaisir d’échanger avec vous deux sur ces sujets passionnants ! ;)

    JC

    • Laurent Brouat dit :

      Merci JC pour ce rajout…je connais ta passion et ta ferveur pour le recrutement mobile…:)
      Avant d’écrire ce billet, j’avais d’ailleurs lu ton billet pour bien me mettre en mémoire tous les enjeux et les acteurs.
      Effectivement Social Jobs est très loin d’être un jobboard et ne concurrence personne en l’occurence. Mais comme tu le dis, cela pose plus de questions que cela ne donne de réponses.
      Qui pour quelle place…? Le débat reste ouvert!

  • lecharny dit :

    Merci Laurent pour cette analyse et cet article bien détaillé sur facebook et le recrutement. Je partage un certains nombres de points avec toi et je suis certain que facebook a sa place dans l’écosystème recrutement. Mais pas sûr du tout que ce sera un outil majeur de l’emploi sur internet. Il n’y a jamais eu de relation directe entre audience et performance pour le recrutement. Sinon, Google aurait été depuis longtemps l’outil numéro 1 et face à lui aucun jobboard n’aurait existé. A une époque, les blogs de skyrock aurait été le service JD numéro 1 et placeojeune, jeunedipCampus, Iquesta, youpeek et wizbii (pour ne citer qu’eux) n’auraient jamais pu exister. Pole-emploi serait le Numéro 1 des outils pour recruter et Monster, cadremploi et tous les autres jobboards n’auraient jamais vu le jour. J’arrête là les exemples mais il y a des centaines de médias avec des audiences énormes qui ont tenté l’expérience du recrutement et n’ont jamais décollé. C’était déjà le cas à l’époque de la Presse. Non, l’audience n’est pas une condition suffisante pour devenir un outil de recrutement. Pour être un vrai outil de recrutement, il faut être un Rendez-vous Emploi. Et pour devenir un Rendez-vous Emploi, il faut bien d’autres qualités que juste l’audience. Facebook est encore très loin d’être un rendez-vous Emploi et il lui reste beaucoup de chemins à faire pour en devenir un, à commencer par la problématique de la confidentialité des données. Quand on voit la méfiance de plus en plus grande concernant facebook et les données perso, ce n’est pas pour demain s’en remettre totalement à cet outil pour gérer sa carrière. Il faut avoir extrêmement confiance dans un site pour lui confier sa carrière. Cadremploi, Monster, regionsjob et d’autres jobboards sérieux ont au moins cela : la confiance de leurs internautes.

    • laurent dit :

      Bonsoir Loic,
      Je précise que je suis Laurent C.
      Tu soulèves des choses très vraies sur la corrélation audience et performance.
      J’ajouterais dans ce cas à l’équation la maturité vis à vis des outils ou plateforme, on peut faire le parallèle avec les réseaux sociaux sur ce point.
      Je pense que l’audience de Google est beaucoup plus à même de lui faire confiance maintenant au vu de l’écosystème mis en place cela vaut également pour Microsoft avec l’arrivée de Windows 8 et de Windows RT.
      De plus, avec le mobile l’audience est encore plus en attente de services pratique et de simplification, ce qui entre dans le schéma de Google et de Microsoft.

      Bonsoir Jean-Christophe,

      J’ai vu Rue de l’emploi et l’appli est bien faite, sans aucun doute, j’apprécie ausi JobaroundMe.
      Selon moi, il manque encore des choses. Mais je ne peux pas conseiller un concurrent ;-)
      Il est vrai que FB a une belle carte à jouer et je pense que les cadres peuvent y voir leur intérêt.

      A bientôt,

      Laurent C

    • Laurent Brouat dit :

      Merci Loic pour ton commentaire…
      Je crois que contrairement à ce que tu dis que Google est un acteur majeur du recrutement…sans qu’il le veuille:
      1) avec les booléens de + en + de recruteurs l’utilisent pour trouver des profils
      2) l’émergence de la recherche candidat qui privilégie Google pour cherche un emploi fait que toutes les entreprises doivent s’inquiéter de SEO et SEM
      Donc oui Google est aussi un important acteur du recrutement…et cela ne fait que commencer.
      Pour Facebook, l’audience n’est évidemment pas suffisante comme je l’expliquais dans le billet mais ce sont les données+la capacité à requêter qui sont clés…donc l’audience n’est pas un critère pour moi….mais l’audience va renforcer l’effect une fois que les données+la capacité à requêter+usages vont s’adapter.
      Et là encore, je ne suis pas d’accord avec toi quand tu dis que les gens sont méfiants et la question des données perso…cette question se posera toujours de toute façon, mais c’est une question qui se posera moins et différemment quand nous aurons toute notre vie sur le net, de façon claire et sans abus. Si des gens commencent à postuler avec un profil Facebook, ce n’est pas pour rien :)

      • loic dit :

        Effectivement Laurent, nous ne sommes pas du tout d’accord et c’est tant mieux pour le débat. Google est effectivement un acteur indirect mais il est autant acteur du recrutement qu’il est acteur de l’e-commerce, de l’e-tourisme ou de l’e-porno. Bien évidemment on passe aussi par google pour rechercher une personne ou une entreprise, et indirectement un CV et un job. Mais Google a déjà tenté il y a quelques années de créer un vrai service recrutement quand Mats Carduner, ex DG France de Monster, était à la tête de google France. Cela n’a pas marché. Google n’est pas pour moi u acteur de recrutement. Etre acteur de recrutement, c’est avoir un modèle économique, une réflexion globale qui va bien au-delà de la simple mise en relation ou du simple référencement. Et le SEO, parlons-en. Cela fait plus de 12 ans que je conseille à mes clients de référencer leur site RH et leurs offres sur google. Au siècle dernier, j’ai utilisé Google pour référencer mon site Jobfinance. Pour dire que c’est une tendance absolument pas nouvelle mais qui n’a jamais vraiment explosée non plus. Le budget des entreprises consacré au SEO pour leurs offres d’emploi est une goutte d’eau comparé au budget global. Et là pas d’excuse de la nouveauté ou de la pédagogie encore trop peu présente : Google et le SEO, tout le monde connait le principe.
        Concernant Facebook, je pense qu’il a sa place dans l’écosystème du e-recrutement et des RH, là dessus rien à redire, mais je ne pense pas qu’un jour facebook dominera le Monde du recrutement car finalement aucun outil n’a vraiment réussi à dominer le Monde du recrutement, même pas Monster.
        Juste pour finir sur les appli mobiles, tu devrais vraiment t’intéresser aussi à Jobaroundme qui a été créé avant ruedelemploi et qui a une approche vraiment originale sur la géolocalisation, une appli plus disruptive, notamment sur le fait de pouvoir postuler directement depuis son mobile.

        • Laurent Brouat dit :

          Bonjour Loic,
          Tes remarques m’ont beaucoup fait réfléchir à la place de Google dans le recrutement…et le place du SEO aussi (j’ai trouvé cet article notamment! http://ongig.com/blog/recruitment-seo/sources-of-job-description-traffic ). Le comportement des candidats a évolué depuis ces quelques dernières années…là où le candidat allait directement sur un jobboard avant, il passe maintenant directement sur Google, et ça, c’est une vraie révolution même si avant le SEO était déjà important. Donc le SEO, pas tendance nouvelle mais tendance en explosion :)
          Pour Facebook, je crois que nous sommes d’accord tous les 2…la question finalement c’est quelle place pour cet acteur!
          Il est prévu que l’on rencontre l’équipe de Jobaroundme aussi dans les semaines à venir…car postuler directement sera la prochaine frontière! Merci pour les échanges.

          • loic dit :

            Merci Laurent pour ce lien vers cet article. Effectivement, çà bouge beaucoup, c’est super intéressant. J’ai bien fait de participer à ce fil sur ton blog ;-) A bientôt.

  • FmR dit :

    Hello,
    d’un côté tout le monde dit que les jobboards vont disparaître, mais de l’autre côté les réseaux sociaux essaient de se « jobboardiser » avec plus ou moins de réussite. C’est un peu paradoxal je trouve. Sinon pour FB qui dominera le monde du recrutement j’y crois pas trop vu que la fin du monde est prévue dans 15 jours. Le temps de débuguer leur usine à gaz, ça va pas le faire ;-) Bon ok je sors.

    • Laurent Brouat dit :

      Salut Mr Fabrice Mazoir!
      Tu parles de convergence?
      Je crois que la question est plus large….je parle d’accès aux données pro.
      Effectivement avec la fin du monde dans 15 jours, Facebook ou pas, ca ne changera pas grand chose :) #usineagaz

  • Hello Fabrice,

    Si les réseaux sociaux se jobboardisent, n’oublions pas non plus que de l’autre côté les Jobboards se « socialisent » ! ;)
    J’en veux pour preuves les partenariats de Apec.fr avec Linkedin puis Viadeo, le lancement de « Profil Public » de Cadremploi (authentique CV web à la manière d’un DYB) ou plus récemment d’ « Aliaz » de RégionsJob, sans oublier la possibilité sur ces 3 plateformes côté candidat de visualiser son réseau Viadeo et/ou Linkedin en regard de chaque offre d’emploi.
    Et sur ce coup-là, on peut dire que vous avez bien anticipé l’apocalypse Maya ! ;)

    • FmR dit :

      Je pensais surtout aux produits proposés par les réseaux sociaux pro aux recruteurs qui ressemblent quand même pas mal à ceux que les jobboards proposent depuis longtemps autour des offres (offre en pôle position, jobalertes, classement employeurs… pour ne parler que de Linkedin).
      Après c’est vrai tu as raison les jobboards se socialisent aussi mais cette socialisation touchent tous les sites internet, pas seulement les sites emplois, c’est une convergence plus globale.

  • bonjour à tous,
    Une petite discussion intéressante sur FB, justement présente sur FB, même si cela n’est pas orienté que sur le recrutement : http://www.facebook.com/V.Berthelot/posts/10150985024907325?comment_id=21738590
    et un petit rappel : en regardant du coté de la comm produit / grand public : GM, un des plus gros annonceurs au monde, a stoppé ses investissements sur FB en début d’année :
    http://www.journaldunet.com/ebusiness/publicite/general-motors-0512.shtml
    d’autres annonceurs US ont aussi suivi.
    ce qui fera que FB sera un acteur du recrutement, ce n’est pas son savoir faire bien sur, c’est l’exploitation intelligente de sa puissance de grand media face aux acteurs plus professionnels mais plus petits, et si cette population commence à décliner ?

    • Laurent Brouat dit :

      Bonjour Franck!
      Merci pour ton commentaire! Par contre après plusieurs tentatives, impossible d’ouvrir le lien que tu as partagé.
      L’histoire de GM est intéressante en elle-même mais la question de l’audience n’est pas fondamentale dans la place de Facebook dans le recrutement…c’est le comportement des usagers et l’exploitation des données comme tu le dis à la fin qui comptent pour moi. Et la question du déclin est probablement ineluctable sur les marché matures comme les US (l’essentiel de la croissance de FB vient aujourd’hui des pays émergents).

  • Olivier Jaskulke dit :

    Hello Laurent

    Bravo pour ce panorama très complet.
    L’aspect Data depth / searchability sera effectivement une clé. Ce graphe date d’août 2011. Linkedin a vraisemblablement pas mal progressé depuis, sur des infos professionelles. Les data Pro sur FB sont, pour l’instant, très secondaires.
    Sais tu s’il exsite une version + récente de ce graphe ?
    Viadeo est totalement absent de ce mapping mondial, alors qu’il est un acteur important du marché français. Mais ceci est une autre histoire..

    • Laurent Brouat dit :

      Effectivement Olivier le graph date d’Août 2011 mais il me parait encore d’actualité même si Linkedin a probablement grimpé en terme de Data Depth avec notamment les Skills que les membres rajoutent sur les profils. Non je ne pense pas qu’il existe une version actualisée de ce graph mais ca serait intéressant de le mettre à jour.

  • Au delà du commentaire de Loic sur la différence fondamentale entre rendez-vous d’audience et rendez-vous emploi, il me semble que la donnée économique est un peu absente du débat : le marché du recrutement pour les années à venir, je ne suis pas certain que ce soit la poule aux oeufs d’or !

    Le marché se contracte plus qu’il n’explose (US et Europe en tout cas) et les difficultés de recrutement des entreprises ne sont en aucun cas liées au volume, mais bien à l’adéquation poste/candidat. Facebook comme CVThèque géante ? soit. Mais si c’est gratuit, quel intérêt pour FB ?

    Monétisation….. ;-)

    • Laurent Brouat dit :

      Merci Thierry pour ce rajout sur la monétisation…le nerf de la guerre…l’intérêt? c’est la monétisation indirecte (comme d’habitude). Quant à la situation du marché du recrutement, l’avenir nous dira où l’on va mais le recrutement, pour moi, va prendre une place fondamentale dans la stratégie des entreprises et donc vont devoir y consacrer un vrai budget. La question est plutôt comment ils vont utiliser ces budgets?

  • isa dit :

    Serions – nous dans l’obligation de créer un profil Facebook dans le futur pour prétendre à un emploi?
    Monsieur tout le monde ne possède pas forcément de Facebook.

    • Laurent Brouat dit :

      C’est vrai que monsieur Tout le monde ne possède pas de profil mais il y a une large part de la population sur Facebook ! Il ne reste plus qu’à remplir les données pro pour faire de Facebook un outil large ! Merci pour votre commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>