Attirer à l’aide d’un quotidien simplifié par le covoiturage
Par : Claire Vély
0
Logo d'Oxy car

 
Bonjour à tous, aujourd’hui nous vous emmenons en voyage avec Oxycar, qui propose de faire des trajets quotidien de vos collaborateurs un moments de lien et de partage à l’aide du covoiturage. Mathieu Garden, son co-fondateur nous fait faire le tour du propriétaire.

Profil LinkedIn du co-fondateur d'Oxycar, Mathier Garden

 

Bonjour Mathieu vous êtes co-fondateur d’Oxycar. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre parcours et sur les raisons qui vous ont poussé dans cette aventure ?

Bonjour Claire, je suis issu d’un parcours un peu « atypique » ! Sortis d’un Bac S, je me suis orienté à l’université de haute-alsace, afin d’entrer dans une formation trinationale d’ingénieur (France, Allemagne, Suisse). Après cette période où j’ai pu découvrir les études à l’étranger et l’apprentissage en entreprise, j’ai très vite compris que « moi » et « écrire du code » ne fonctionnait pas. J’aimais comprendre la technique, l’adapter et l’utiliser dans mon quotidien mais j’étais clairement mauvais dans le fait de la programmer !

Cette prise de conscience passé, je me suis orienté à Kedge Business School Toulon en master d’ingénierie d’affaires pour créer ma double-compétence technologique-managériale et apprendre un métier qui me correspond avec un apprentissage chez Amadeus en tant que « Customer Experience Manager ».

Oxycar, c’est avant tout un pari qu’on a fait avec mes deux associés (Félix Kletti et Vincent Ostermann). À force de se lever, prendre sa voiture, aller au travail et vivre les bouchons matin et soir, je me suis pris à observer les autres voitures. Et comme beaucoup de personnes, je me suis dit que c’est quand même fou que l’on soit seul dans la voiture et pour se rendre tous dans la même direction, les mêmes zones économiques/industrielles.

J’arrivais sur mon lieu de travail et je constatais la même chose. Toutes les voitures n’avaient qu’une personne à leur bord. Pourtant je connaissais bien mes collègues, on buvait un café ensemble le matin, on discutait à l’heure du repas de la vie de chacun, on organisait des soirées ensemble et nous habitions tous à proximité.

Que se passerait-il si on remplissait une voiture entre collègues ?  La question parait simple. Les réponses aussi. On irait moins souvent chercher de l’essence, on aurait moins de soucis à penser aux prochaines dépenses sur notre voiture, et au final je me sentirai moins seul dans ma voiture au milieu des bouchons à écouter la radio en boucle.

Puis j’ai pensé à une dame qui travaillait à l’accueil, devenue aveugle suite à un accident de la vie, prenant les transports en commun chaque jour pour traverser la ville et aller au travail. J’ai essayé de m’imaginer ce que ça représentait de faire le trajet chaque jour, sans repère visuel. À ce moment, on commence à comprendre que certaines personnes sont vraiment exceptionnelles rien que par ce qu’elles vivent dans leur quotidien.

On a discuté ensemble et je lui ai demandé si c’était pas trop dur. Ma question l’a fait rire. Elle m’a répondu en souriant :  « On s’habitue ». Et si quelqu’un de l’entreprise sur ton trajet venait te chercher à ton domicile et te ramener chaque jour ? Un nouveau sourire illumina son visage. Améliorer son quotidien par un « simple » covoiturage. Pour elle c’était un sourire, pour moi le premier signe du début de l’aventure.

 

Ce projet possède-t-il une philosophie particulière ? Oxycar, ça fonctionne comment exactement ?

Ces dernières années, le covoiturage s’est démocratisé pour des trajets moyens et longues distances. Sur cette idée de partager son véhicule, nous avons avancé l’idée que le covoiturage courte distance domicile-travail se devait d’exister. Le constat que 25% des candidats ont déjà refusé une offre d’emploi faute de moyen de transport est devenu pour nous une ambition : créer un covoiturage entre salariés soutenu financièrement par leurs entreprises !

Présentation de l'application d'Oxycar

 

Si vous deviez convaincre une entreprise d’utiliser Oxycar, que lui diriez-vous ? Quel est l’intérêt pour leurs collaborateurs ?

On expliquerait beaucoup de choses sur l’impact de la mobilité dans la vie de leurs salariés. Pour résumé, on essayerait déjà de comprendre comment se passe la mobilité au sein de leurs entreprises. Combien de temps en moyenne pour venir à l’entreprise ? Est-ce qu’il y a des retards, des fatigues liés à ces trajets du quotidien qui se répercutent sur le travail ? L’idée est surtout de faire comprendre que la mobilité d’une entreprise dépend de beaucoup de facteurs.

Notre solution n’est pas juste du « covoiturage », c’est un ensemble de services, de taux de remboursement, de plan de déplacement entreprise, de plan RSE. Un vrai produit RH digital qui permet aux ressources humaines d’une entreprise de venir apporter un vrai plus à leurs salariés et aux syndicats sociaux en leur apportant des solutions win-win.

On dit souvent qu’il y a d’un côté les dirigeants et de l’autre les employés, et qu’un fossé les sépare, mais nous avons fais le pari avec nos clients actuels de combler une partie de ce fossé.

 

Un évènement en particulier à nous raconter ?

Les assises de la mobilité 2017 ! Nous avons été invités par le Gouvernement afin d’apporter notre expertise sur la mobilité courte-distance, domicile-travail pour trouver des nouvelles solutions législatives pour les usagers français.

3 mois d’aller-retour à Paris, des réunions pour créer les lois de la mobilité de demain et une expérience unique pour un jeune de 24 ans !

Pour savoir tout ce qui a été travaillé par l’ensemble des intervenants, et le résultat final, il faudra attendre ce printemps que les lois soient votées au Parlement mais je vous promets des nouveautés !

Les assises de la mobilité

 

Qui se cache derrière Oxycar ? Vous nous présentez davantage votre équipe ?

Obligatoirement, les deux personnes sans qui toute l’idée du projet n’aurait jamais pu arriver à terme. Felix Kletti et Vincent Ostermann, mes deux associés et amis d’enfance. Notre Startup va bientôt fêter ses 2 ans d’existence. Chacun a sa spécialité, et mes deux magiciens du code sont les directeurs techniques. Vincent, ingénieur diplômé de l’UTBM, déposait déjà des brevets technologiques de sécurité pendant ses études avec Orange et Alcatel, il s’occupe du Back-end. Félix, notre ingénieur, Allemand de nationalité, diplômé de la formation trinationale d’ingénieur de l’UHA dirigeait déjà une équipe de développeurs chez Bosch pendant ses stages, et s’occupe chez nous du Front-end.

Derrière nous, on a un board de conseillers qui nous aident depuis un moment à grandir et offrir un service BtoB digne des grandes entreprises de ce monde. Ils sont 5 à œuvrer dans l’ombre depuis 2 ans et vous pourrez bientôt découvrir leurs profils complets sur notre site internet !

Et parmi les salariés et futurs salariés, on compte une équipe d’ingénieurs et de commerciaux pour développer tous nos produits, et les faire découvrir aux entreprises

 

En termes d’offre, combien faut-il compter pour profiter de vos solutions ?

Et bien, cela dépend essentiellement du nombre de covoitureurs qui utiliseront le service dans l’entreprise. Toute l’installation auprès de l’entreprise est GRATUITE (non, non vous ne rêvez pas ! Nous aussi, nous étions étonnés au début..).

Les seuls frais de l’entreprise seront la subvention qu’ils reverseront via nos plateformes à leurs salariés. Je précise par avance pour nos amis RH, que ces « subventions » ne sont pas assimilés comme des avantages en nature aux salariés et pour le salarié, les remboursements sont nets d’impôts (moins de paperasse, plus de bonheur).

Retrouvez les engagements d'Oxycar

 

Comment se passe l’implantation d’OxyCar chez vos clients ?

Un de nos premiers clients est une filiale de Transdev, SOLEA MULHOUSE qui gère le parc de Tram-Bus de la métropole. Nous sommes sur une innovation des mobilités pour rassembler et créer des modèles uniques de mobilités.

Par extension Transdev nous accompagne aussi afin d’orienter le prochain produit sur la création du premier système de mobilité internationale (France-Allemagne-Suisse). Nous espérons ainsi pouvoir créer ensemble une mobilité nouvelle et innovante entre Mulhouse-Bâle-Fribourg.

Bien sûr, nous avons d’autres produits en développement pour des multinationales qui nous suivent depuis 1 an maintenant, mais il faudra attendre encore les prochains mois pour pouvoir vous révéler leurs identités !

Nous sommes toujours en développement avec eux et nous espérons observer les premiers résultats à la fin de l’année.

 

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Les projets ne manquent clairement pas pour le moment. Nous sommes demandés de tous les côtés pour répondre au besoin croissant des entreprises et autorités organisatrices de la mobilité. Nous nous intéressons à la blockchain pour l’avenir, car nous avons déjà identifié et sommes en production d’un système de mobilité « de confiance » avec une grande simplification pour les usagers à la clé.

Et bien sûr l’international ! Nous nous intéressons de près aux frontaliers, et les pays comme l’Allemagne/Suisse sont un vrai vecteur des mobilités au vu des zones industrielles de nos régions. (Alsacien Oblige !)

 

Avant de nous quitter, un dernier message à faire passer ?

On ne mord pas ! N’hésitez pas à venir nous poser des questions, vous renseigner, j’ai même entendu dire qu’on avait une adresse mail et un numéro de téléphone pour cela ! 😉

 

Merci Mathieu !

 

Vous avez créé une innovation dans le recrutement, le marketing employeur ou le campus management ? Contactez-nous pour que nous en parlions ici-même : contact@rmstouch.fr

Recrutement, Marque Employeur : suivez toute l’actualité #rmstouch !


 

The following two tabs change content below.

Claire Vély

Chief Happiness Officer chez #rmstouch
Claire a décidé d'allier sa fascination pour la place de l'humain dans l'entreprise et sa curiosité pour la digitalisation en entamant sa dernière année d'alternance en tant que Chief Happiness Officer dans la team #rmstouch.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *