La grande messe des startups

Me voilà à peine rentré dans l’antre de la startup nation : Vivatech. Je vous propose, si vous n’y étiez pas, de découvrir l’événement. Avec un regard de professionnel des RH, parce que c’est très probablement votre cas. Voici donc la HRTech à Vivatech, avec beaucoup d’images… parce que c’est encore la meilleure façon d’en parler.

C’est devenu le grand événement annuel des startups en France. Sans conteste. Et ce n’est pourtant que la 4ème édition. La progression de l’événement sur les 3 dernières éditions est manifeste (et encore, je n’ai pas assisté à la toute première édition). Le format est simple : 2 jours pour les pros et 1 jour grand public… que les startups ont tendance à fuir un peu d’ailleurs. La fatigue probablement mais surtout la perspective de faire moins (ou pas !) de chiffre d’affaires.

La cohue était impressionnante sur le trottoir jeudi matin, qui est sans doute le jour le plus fort. Je vous conseille franchement le vendredi si vous avez le choix. Il fallait donc patienter un bon moment avant de pouvoir rentrer. Une fois à l’intérieur : lumières, couleurs, bruits, odeurs, tous les sens sont sollicités !

Avant de voir la HRTech à Vivatech

 

 

Salon de l’auto ou Salon des startups ?

Au gré de mes déambulations dans les allées de Vivatech (son petit nom commun), je découvre des véhicules partout. A tel point que l’on pourrait se demander si on n’est pas parfois hors sujet. Le thème de la journée grand public (le samedi) étant le futur de la mobilité, cela peut s’expliquer. Je n’ai quand même pas pu m’empêcher de penser qu’il y a un salon exclusivement réservé à ce sujet, au même endroit, quelque mois auparavant.

 

Vehicule stand HP

 

 

Véhicule Akka

 

Batmobile AT&T

 

Véhicule stand Orange

 

Flying car

 

L’avenir du travail est-il celui des robots ?

Evidemment, quand on se rend sur un tel salon, il faut s’attendre à voir de la robotique. Et cette année, on est servi ! De quoi relancer le sempiternel débat de la disparition des emplois du fait de l’avènement des robots dans l’entreprise. Les avis divergent toujours, même avec le temps qui passe. Une étude récente de la part de l’OCDE indique qu’ « un chômage technologique de masse est peu vraisemblable ».  Toutefois, l’enjeu de la formation et de la reconversion est particulièrement important. Cette semaine on pouvait aussi entendre Jack Ma annoncer que « la révolution digitale, l’IA ne vont pas tuer les emplois, mais elles vont faire changer le monde de l’emploi ». A contrario, on peut également lire depuis quelques jours qu’Amazon met en place un nouveau robot qui met à risque 1300 emplois dans l’entreprise. Bref, on ne se sort pas du débat et on soupçonne même parfois d’être un peu manipulé par l’information.

En tout cas, les modèles de robots sont de plus en plus variés. A tel point que j’ai dû déambuler pas mal avant de voir le premier robot Pepper. Pepper, vous savez, la star d’il y a 2 ans. Aujourd’hui il semble presque déjà un peu ancien. Comme si les robots étaient semblables aux smartphones, avec une durée de vie programmée de 3 ans. Tiens, ne serait-ce d’ailleurs pas là un des avantages (injustes) que les robots ont sur nous… leur mise à jour hardware ou software est tellement plus facile à effectuer…

 

 

Welcome robot

 

Robot4Work stand Manpower

 

Robot console

 

Enfin Pepper...

J’ai même trouvé le robot pour cirer les chaussures ! Mais, sans blague, on va quand même pas mettre des robots pour ça ? Si ? Surtout que la place prise n’est pas négligeable. En revanche, attendez-vous peut-être à ce qu’ils remplacent les bonnes vieilles cireuses électriques que l’on trouve dans de nombreux couloirs d’hôtels… En tout cas, dans nos contrées, le cireur de chaussures de la rue est un boulot qui a déjà disparu, ce ne sont donc pas eux dont l’emploi est menacé.

Cireuse automatique

 

Et l’homme dans tout ça ?

Pour d’autres startups, le choix est plutôt d’augmenter les capacités de l’homme. On l’entraîne avec de la Réalité Virtuelle ou on l’assiste avec de la Réalité Augmentée. La dimension humaine est quand même largement plus séduisante.

 

VR stand Thales

 

AR pour maintenance

 

Elles sont assez rares mais certaines startups pensent Green plutôt que Tech

Dans un monde où l’environnement panique de plus en plus de monde, on se demande bien si la priorité ne va pas ailleurs. De la tech à gogo, c’est souvent de l’énergie à gogo quand même. Peu de stands mettaient en avant de manière flagrante le fait de consommer le moins d’énergie possible. On pouvait voir quelques concepts autonomes, munis de panneaux solaires par exemple, ou utilisant l’hydrogène. Finalement c’est quand même l’IA qui règne en maître sur tout le salon.

Pourtant, certains avaient misé sur une image verte. Parce que les plantes seront cruciales à l’avenir, c’est une évidence. Et on était contant de voir quelques plantes vertes ici ou là. Avec une mention spéciale pour la serre autonome et connectée de la startup myfood.

Mais nous sommes là bien loin de la HRTech, essayons de ne pas perdre notre fil rouge…

Serre myfood

 

Stand My Little Paris

 

Pavillon LVMH

 

Tout le monde s’intéresse à la HRTech à Vivatech !

Au départ, si on se met dans les baskets d’un∙e DRH, on se dirige naturellement sur la zone de Manpower. Là, toutes les startups sont de la HRTech. On peut se faire plaisir. C’est le cœur du réacteur. Mais on peut aussi rendre visite au Lab RH, également présent et qui propose des parcours thématiques.

Il faut dire qu’on est vite perdu, même si on se limite à une thématique comme celle de la HRTech. En effet, si l’on consulte la liste de la catégorie « HR/Training/Education », on pouvait en trouver 170 ! Autant dire que même à coup de 15 minutes par startup, il faudrait plus de 5 jours pour les voir toutes. C’est le côté frustrant de tels événement, on ne voit pas le quart de ce qui pourrait nous intéresser.

Du côté des startups, il faut savoir qu’elles sont extrêmement nombreuses à vouloir être présentes sur l’événement. Il faut dire que les places sont chères et la concurrence rude. Bien sûr, ce n’est pas le CES de Las Vegas mais être présent à Paris, c’est déjà une preuve que l’on sort vraiment du lot. C’est un coup de projecteur et un signal envoyé à votre écosystème, à vos (futurs) investisseurs, à vos prospects. Du coup, on ne recherche pas forcément le stand le plus pertinent pour son activité. Le plus important c’est avant tout d’y être. La première enseigne qui vous invite remporte souvent la mise. Les grandes entreprises, les régions, les incubateurs, font tou∙te∙s un gros travail de sourcing et de sélection en amont de Vivatech.

Visiteur∙euse∙s, sachez donc une chose, même si vous êtes en quête d’innovation RH, vous pouvez aller partout. Je citerais par exemple SAP, Thales, Accor, Bouygues, Sodexo, les différentes régions présentes (Ile de France, Grand Est, Sud, …), etc, où l’on pouvait trouver de la HRTech à Vivatech. Par conséquent, difficile pour moi de vous en choisir quelques unes parmi celles rencontrées. Je vous propose donc simplement un patchwork de celles que je ne connaissais pas encore, ou pas bien.

Startups HRTech

La QVT mise en avant

Mon attention a même été retenue par une société qui fait de la purification d’air. Il faut savoir que, bien souvent, l’air à l’intérieur des bâtiments est plus pollué que l’air extérieur. Par conséquent, cette société s’est attelée à construire un robot qui se charge de « purifier à 99,9% l’air intérieur d’une pièce » (Le DIYA ONE X de Partnering Robotics). Un robot fabriqué en France d’ailleurs, ce qui n’est pas si commun. Mais de manière surprenante, c’est la QVT qui est mise en avant et pas la santé. Parce qu’un air purifié dans un openspace, un espace de production ou une zone logistique, c’est vu d’abord comme de la qualité de vie au travail.

DIYA ONE X

 

La guerre des talents concerne aussi les startups

Les entreprises ont souvent du mal à sourcer certains profils de candidats. Et s’en plaignent. On pense bien sûr aux data scientists, aux développeurs, mais aussi aux ingénieurs, aux soudeurs ou aux business developpers. Pour certains de ces métiers, les startups en ont autant besoin que les grands groupes. Peut-être plus. Et chez les startups, la pression de la courbe d’évolution du business est importante. Quand on a levé de l’argent, on se doit d’accélérer, et le plus vite possible. Sauf que cela ne se fait pas sans forces vives.

Vivatech a structuré tout un pan de l’événement autour du recrutement et de l’identification des talents dont les startups ont besoin. C’est Manpower Group qui, là aussi, s’y est attelé. On pouvait cette année, tester ses compétences digitales, uploader son CV et accéder à des centaines d’offres.

Talent Connect Manpower

 

Les prochaines licornes seront de la HRTech

Vivatech était le cadre donné aux premières « Next European Unicorn Awards ». On le remarque de plus en plus, l’ambition de l’événement est européenne et ne se borne pas qu’à la France. Pour preuve, la sélection des startups pour ce concours avec des origines de tous les pays d’Europe. Parmi les 6 vainqueurs, on peut tout de même trouver 2 startups que l’on peut ranger en HRTech. Tout d’abord Payfit, qui propose un logiciel destiné aux RH. Ce logiciel en SaaS automatise la gestion de la paie et des employés. La preuve que cette startup a de l’avenir ? On trouve dans la base de ses 2500 clients un très grand nombre de startups… et non des moindres. Une startup qui vend aux startups, pas forcément le modèle économique le plus répandu,

Mais le grand vainqueur n’est autre qu’OpenClassrooms. Ils reçoivent le titre de « Next European Unicorn », rien que ça ! Bien sûr, les puristes diront que c’est de l’EdTech et non de la HRTech. Sauf que leur modèle au départ exclusivement B-to-C est devenu aussi B-to-B depuis quelques temps. Et si on fait de l’EdTech en B-to-B, ce n’est pas autre chose qu’une startup HRTech du domaine de la formation. Peu importe, un grand bravo à eux pour cette reconnaissance ultime, même si rares étaient ceux qui doutaient encore de leur talent et de leur potentiel.

OpenClassrooms Winner (EdTech & HRTech)

Un vrai goût de l’esthétique

Il y a des stands qui « claquent » et d’autres où on s’ennuie. Bien sûr, les acteurs du luxe et de la beauté font un effort très particulier pour mettre du beau dans leur décor. Mais on peut tout de même dire que le stand de Google avait une esthétique extrêmement réussie. Difficile d’ailleurs d’y trouver une place tant le lieu attire les visiteurs.

Pourtant, si je devais donner un prix pour le stand le plus réussi, c’est klaxoon qui le recevrait. Des couleurs, une belle configuration, une visibilité excellente, une ambiance vraiment dynamique, tout y était. Cette startup de Rennes est épatante. Et ils ont sacrément progressé depuis leurs débuts. Dorénavant, ils jouent dans la cour des grands. En témoigne leur dernière levée de fonds avec pas moins de 42 millions € ! Leur solution, visuelle, pratique, ludique, efficace est faite pour dynamiser les réunions et faciliter le travail en équipe. On y retrouve les outils utiles aux méthodes agiles, avec une belle dimension communautaire et un design bien léché.

Stand Google

 

Stand klaxoon, une très belle Startup HRTech

 

On a toujours un coup de cœur

Quand on rencontre autant de startups en une journée, on finit par les mélanger. Mais certaines sortent du lot, naturellement. Il y a déjà toutes celles qui remarquent à peine que vous vous êtes arrêté devant leur stand, celles qui ne sont pas là, celles qui vous présentent leur produit avant de savoir ce qui vous amène. Et puis il y a les autres, celles où le sourire est naturel et l’intérêt pour l’autre est sincère. Et si leurs produits sont réellement différents, alors vous risquez de vous souvenir d’elles en fin de journée.

Mon coup de cœur cette année s’appelle Fifty. Une startup qui s’est attaquée au développement des compétences. Que ce soit les « soft skills » ou les « hard skills ». Il y en a des startups sur ce créneau ! On n’est pas vraiment dans un océan bleu : les requins sont nombreux. Nous vivons dans un monde où les connaissances deviennent très vite obsolètes. Un monde où les plus jeunes peuvent rapidement griller les plus anciens par leur capacité à maîtriser le digital. Un monde dans lequel se former est une obligation. Se former en continu bien sûr !

Nombreuses startups l’ont compris et rivalisent pour proposer des concepts les plus sexy possibles. Fifty semble avoir très bien compris les enjeux de cet univers. Ils ont compris que la formation devait être quelque chose de dynamique et rapide. Qu’il ne fallait pas en demander trop mais plutôt peu et régulièrement. Alors ils focalisent sur des micro-actions. Que la pratique était le seul moyen efficace. Alors ils réduisent les contenus formels à 10% du temps. Que le nudge était un outil très puissant.  Alors ils jouent avec les biais cognitifs pour mieux apprendre. Je parierais bien que l’on entendra encore parler d’eux !

Startup Fifty à Vivatech

 

Startups HRTech, en attendant Vivatech l’année prochaine…

Tout le monde ne peut pas être Olivier Ezratty. Mais ce rapide tour d’horizon vous donnera peut-être envie d’y aller en 2020.

En attendant, si vous êtes passionnés de startups HRTech, vous pouvez toujours consulter le seul annuaire complet des startups HRtech présentes en France. Vous pouvez aussi suivre notre actualité car #rmstouch organise depuis 6 ans le challenge startups #rmsconf. C’est tout simplement le plus grand en France ! Jugez plutôt : 75 et 109 startups inscrites ces 2 dernières années…

Welcome Sign

 

Crédit photos : Vivatech et… les miennes pour l’essentiel !

 

 

 

Frédéric Cambecèdes
Suivez-moi

Frédéric Cambecèdes

Propulseur d'entrepreneurs et de managers
Après 22 ans dans l'industrie à des postes à responsabilité, son projet professionnel s'est orienté vers le développement d'entreprises qui recherchent croissance et innovation.
Il est aujourd'hui actif dans l'accélération d'entreprises, la stratégie, l'accompagnement et le capital-investissement.
Frédéric Cambecèdes
Suivez-moi