Pour moi, les applis carrières ont fait un effet pschiiitt depuis quelques temps car c’est pour beaucoup un vrai échec. Des dizaines de milliers d’euros investis pour rien… un peu de pub probablement mais rien de plus.

Alors pourquoi les applis carrières sont un échec ? (à quelques exceptions notables, Orange notamment). Quelles sont les priorités en matière de recrutement mobile ? N’oubliez pas que nous discuterons de tout ça à #TruParis le 23 mars prochain 🙂

 

Jérémy, ingénieur 32 ans et possesseur d’un iPhone

Pour faire ma démonstration, j’ai voulu prendre un exemple précis pour vous donner de la matière.

Je vous présente Jérémy. Il a 32 ans et est ingénieur structure dans le secteur BTP. Il sort de son école d’inégnieur et est « addict » à son téléphone. Il cherche des infos sur le téléphone sur tout ce qui l’intéresse, « tchat » avec ses copains, regarde la météo, consulte son compte Facebook toutes les 30 mn bref un vrai représentant de la génération Y. Jérémy a néanmoins changé son comportement sur le téléphone et ne télécharge plus que les applis qui lui servent vraiment régulièrement et où il va trouver de l’information ou avoir des échanges (météo, son journal préféré, Facebook, Snapchat…).

Son téléphone était devenu depuis déjà quelque temps, un cimetière à applis où il n’utilisait vraiment qu’une dizaine d’applis et les autres avaient été téléchargées sur un coup de tête. Du coup quand il clique sur un lien et que le lien lui dit (un lien qui parle J) « vous pouvez télécharger l’appli pour consulter l’article », il clique sur « annuler » car il a décidé d’arrêter de télécharger toutes les applis et préfère consulter l’article dans sa version mobile (quand il y en a une).

Jérémy, pour consulter des sites temporaires, ne télécharge plus d’appli sauf si il va l’utiliser vraiment, ce changement de comportement est fondamental dans la compréhension de l’échec des applis carrières.

L’an dernier, Jérémy a  téléchargé l’appli carrières de son employeur préféré mais après une consultation des offres (qui marchait tant bien que mal), il est passé sur le site et n’est jamais revenu. Pourquoi télécharger une appli pour une consultation unique ? Il vient d’ailleurs de supprimer les 2 applis carrières qui avaient échoué dans son cimetière d’applis.

Le cas de Jérémy n’est pas unique, regardez autour de vous comment les gens se comportent avec les applis aujourd’hui.

shutterstock_161198618

Les applis carrières, un flop pour beaucoup et une dépense d’argent inutile

Pendant longtemps, les KPIs des applis carrières étaient liés au nombre de téléchargement « nous avons 50.000 téléchargements » nous annonçaient fiers certains responsables RH ou prestataires. Mais le vrai KPI est celui de l’utilisation et celui-là, personne n’en parle vraiment !

Combien de fois les candidats viennent et reviennent sur l’appli ? Combien de personnes l’utilisent vraiment ? C’est ce KPI qui n’est jamais ou rarement donné (consultez donc les derniers articles sur le sujet). On est tous d’accord pour dire que télécharger l’appli n’est pas l’utiliser même si c’est un bon début.

Par nature même, une appli carrières n’est là que pour fournir une seule chose, des offres d’emploi. Les candidats ne vont venir qu’une seule fois, voire deux fois, pour consulter une offre précise mais cela ne justifie plus de télécharger une appli… le candidat préfèrera de plus en plus passer par le site carrières de son mobile que télécharger l’appli… et si l’expérience mobile (sans passer par l’appli) est catastrophique, il passera à un autre site ou carrément à autre chose.

Je trouve que l’approche appli carrières n’a de sens que si l’on va y revenir sinon on ne la télécharge même plus ! Donc une bonne appli carrières sera celle qui fournira du contenu et des services au candidat. Prenons l’exemple de l’appli de la BNP Paribas, Dr Job, qui conseille les candidats pour leur entretien. On est vraiment ici dans une démarche d’accompagnement et non seulement je téléchargerai l’appli mais je retournerai la voir pour suivre les conseils.

L’appli carrières, un flop par nature et une dépense d’argent inutile ? Quelles sont les solutions ?

shutterstock_109737137

Alors que faire ?

Si vous avez créé une appli carrières avec des offres, surveillez votre KPI sur l’utilisation de l’appli. Les gens reviennent –ils ? Quelle utilisation ? Combien de personnes candidatent ? Quels profils ?

Les applis carrières avec uniquement des offres fonctionnent vraiment pour les très grosses entreprises qui ont beaucoup de flux… et encore, quand je demande autour de moi si les personnes téléchargeraient une appli pour trouver des offres, les réponses sont souvent les mêmes : non.

Votre priorité ici est de rendre votre site responsive voir de le rendre mobile, c’est le minimum syndical. L’appli est un luxe inutile sauf si vous voulez apporter du contenu et créer plus qu’une appli avec des offres d’emploi qui justifie que les personnes reviennent (et que vous avez de l’argent à dépenser).

Rappelez vous aussi que la plupart des jobboards ont aujourd’hui des applis qui recensent à la fois vos annonces mais aussi celles de vos concurrents… et ça, pour le candidat, c’est un gros avantage. C’est ce que j’appelle le « one stop shop », le candidat aura toutes les annonces en un seul endroit et n’aura pas à télécharger 10 applis pour avoir les annonces de chaque entreprise… cela serait évidemment ingérable. En y réfléchissant, quel candidat va télécharger une appli pour chaque annonce à laquelle il répondra ?!

Une aberration !

Le cas Orange est évidemment intéressant car ils ont combiné l’ensemble avec une appli et un site mobile. Pour moi Orange se devait de faire une appli du fait de son positionnement et de sa marque. L’appli a un vrai sens marketing et représente pour eux une image de marque notamment auprès de son public candidat et consommateur.  Evidemment dans le cas d’Orange, je surveillerai différents KPIs pour être sûr que cette appli a du sens et notamment le nombre de candidatures et leur origine.  D’où viennent-elles ces candidatures ? Je serais curieux de savoir la différence entre les candidatures reçues via l’appli et celles via le site mobile.

Alors quelles applis vous téléchargez tous les jours et lesquelles vous consultez vraiment ?

Le destin des applis carrières est de finir dans le cimetière des applis du fait de la nature même de leur contenu. Et le temps n’arrangera pas la situation.

Le choix de faire une appli carrières devra donc avoir un sens stratégique pour l’entreprise car la priorité reste pour moi de transformer l’expérience du candidat dès le site (version mobile ou responsive) avec une préférence chez moi pour le site mobile mais c’est une autre histoire (je rejoins Jean-Christophe qui nous disait aussi sa préférence pour le site mobile).

 

Crédit photo Shutterstock : rows of colorful ice lollies, Tsing Ma Bridge in Hong Kong with the sunshine in soft focusTerraced rice fields – three women visit their rice fields in Mu Cang Chai, Yen Bai, VietnamBees are flying insects closely related to wasps, ants. Known for their role in pollination and producing honey beeswax

Laurent Brouat

Ancien associé de #rmstouch, Laurent est Directeur de Link Humans France depuis 2015.

Les derniers articles par Laurent Brouat