Non, l’employé n’a pas envie d’être ambassadeur !
Par : Laurent Brouat
10

Dans tous les programmes ambassadeurs et toutes les belles initiatives des entreprises, les employés ont rarement envie d’être ambassadeurs. Autrement dit, il y a pour moi un certain mythe de l’employé ambassadeur (volontaire)…et la tendance actuelle sur cet employé ambassadeur n’arrange pas les choses. Par contre les employés sont bien des ambassadeurs involontaires...et il va falloir s’en préoccuper tôt ou tard !

D’ailleurs beaucoup d’entreprises « luttent » pour mettre en place ces programmes ambassadeurs…les succès sont rarement au RDV…

L’employé est infidèle et indépendant

L’employé est aujourd’hui plus que jamais dans une démarche profondément individuelle et la tendance du marché de l’emploi aux US comme en France le montre notamment avec la montée du phénomène de l’auto-entrepeneur…Une individualisation du travail et donc une autonomie plus forte vis à vis de l’employeur.

De la même façon, les employés sont de moins en moins fidèles à une entreprise (ce qui n’est pas un problème en soi) et dans certains milieux, on voit de plus en plus de personnes se vendre en mode projet (je vous conseille d’ailleurs l’excellent livre de Dan Pink, « Free Agent Nation » à ce sujet).

recrutement employe ambassadeur

Des développeurs ou des ingénieurs indépendants se vendent au projet, les nouvelles générations dans toutes les études déclarent ne pas vouloir faire leur vie dans une seule et même entreprise.

Bref plus individuel et moins fidèle…et dans ce contexte, l’entreprise souhaite promouvoir « l’employé ambassadeur ».

L’employé ne souhaite pas forcément être monétisé ni utilisé plus qu’avant avec les réseaux sociaux. Il n’a pas envie de « représenter » l’entreprise. Sauf quand c’est fait dans un contexte et une cadre (juridique, monétaire) précis.

Arrêtons donc de croire en l’employé ambassadeur qui le ferait de sa propre initiative pour la beauté du geste. Je suis certes un peu cynique mais assez réaliste quand on parle aux employés dans les entreprises et surtout aux personnes qui rament pour mobiliser les employés en interne (notamment les responsables marque employeur ou autre).

 

L’employé, cet « ambassadeur involontaire »

Vouloir faire de ses employés des ambassadeurs est souvent illusoire car les employés sont souvent extrêmement résistants et plus encore dans le contexte de changement du travail actuel.

Seules des entreprises comme Zappos peuvent prétendre avoir changé leur employés en ambassadeurs mais Zappos est plus l’exception que la règle.

Mais la grand différence est que si vos employés ont crée un profil sur un réseau social professionnel (Linkedin ou Viadeo), ces employés sont DE FAIT des ambassadeurs, autrement dit ils sont des ambassadeurs involontaires.

Ils représentent l’entreprise malgré eux, qu’ils le veuillent ou pas…

Pour rappel, je le citais dans l’étude sur le référencement mais les candidats passent de plus en plus par les profils de vos employés sur les réseaux sociaux professionnels avant de postuler pour un poste.

parcours du candidat

Je suis Responsable Logistique chez Accor, je vais aller voir le profil du responsable Logistique chez Hilton sur Linkedin…L’employé qui fait le job qui m’intéresse est le 1er échelon dans ma découverte de l’entreprise.

Monter des programmes ambassadeurs « usine à gaz » ne sert pas à grand chose dans ce contexte…car il faut convaincre (avec de l’argent ou d’autres avantages) un petit nombre d’employés de contribuer activement. Et c’est difficile car les employés ne sont pas plus intéressés aujourd’hui qu’hier voir carrément moins.

Et ces programmes ambassadeurs sont des initiatives très court terme…l’argent n’achète qu’un temps limité. La reconnaissance sociale fonctionne bien mieux sur le long terme mais elle suppose un autre travail de fond que peu d’entreprises sont prêtes à faire.

Bref un employé moins impliqué, moins volontaire pour jouer les ambassadeurs et des entreprises qui se sentent de plus en plus exposées avec les réseaux sociaux par les prises de parole avec une communication que l’on cherche transversale et non plus descendante…autrement dit, moi candidat je veux parler avec la personne qui fait le poste que je vise et pas un RH ou un autre type.

 

 La solution ?

Ne pas créer un programme ambassadeur mais simplement accompagner les collaborateurs sur des fonctions clé  (voir tous les salariés) dans leur prise en main sur les réseaux sociaux professionnels

(certains esprits chagrin verront une tentative chez moi de vendre de la formation mais c’est une croyance profonde que j’exprime et je crois que le meilleur programme « ambassadeur » passe bien par l’accompagnement de TOUS les salariés et de leur faire un profil pro !).

employe ambassadeur

Autrement dit aider vos collaborateurs à faire leurs profils sur Linkedin ou Viadeo et le tout gratuitement (pour l’employé) en l’intégrant dans votre budget communication, communication RH ou même formation…bref ce que vous voulez en sachant que l’impact des profils de vos collaborateurs est considérable.

Un des conseils souvent prodigués ici est que si l’entreprise s’occupe bien de ses employés, ceux-ci parleront plus facilement de l’entreprise en bien sur les réseaux sociaux…mais c’est souvent peu le cas. Cette route est longue et indispensable mais difficile à mettre en place immédiatement.

Vos employés sont des ambassadeurs malgré eux et vous pouvez les aider dans cette prise en main en les aidant:

1)    A faire un profil professionnel

2)    En leur montrant comment rattacher leur profil à leur entreprise

3)    En leur payant un photographe professionnel (tant qu’à faire…les photographes vont me remercier !)

4)    En leur montrant l’importance du réseau et de son développement pour leur business

5)    En leur montrant comment communiquer sur ces réseaux et l’intégrant comme une pratique inhérente (notamment des informations sectorielles).

Les réseaux sociaux ont donc transformé vos employés en vitrine (et ce malgré eux) et en parallèle ils ont de moins en moins envie de se montrer comme ambassadeurs volontaires (je reconnais ici de vraies exceptions avec notamment Adecco qui a fait appel en interne pour des ambassadeurs réseaux sociaux et a reçu presque 200 « candidats » en l’espace de quelques mois !).

Et donc une de mes propositions simple est d’accompagner tous vos salariés sur les réseaux sociaux pro, c’est moins engageant pour vos salariés et en plus vous les aidez. Si vous ne pouvez le faire pour tous vos salariés, vous pouvez commencer par les salariés dit stratégiques (ceux qui sont sur des postes en tension par exemple).

Et non, vos employés ne seront pas plus « chassés » qu’avant

Lorsque j’évoque cette solution auprès de clients, la première remarque que j’entends souvent est « mes employés, si ils sont plus visibles sur Linkedin seront plus chassés par les concurrents ».

Ca me rappelle cette histoire dans les usines au milieu des années 1950 !

Les directeurs de site, quand ils distribuaient les journaux dans l’entreprise, enlevaient toujours au cutter toute la partie « offres d’emploi » de peur que leurs ouvriers postulent pour d’autres emplois.

Dans le monde d’aujourd’hui, si un employé veut partir, il partira s’il n’est pas bien et Linkedin/Viadeo ne changent strictement rien…cette notion de contrôle sur les employés doit être définitivement oubliée car c’est une perte de temps et d’argent pour l’entreprise.

 employe ambassadeur solution

Win-Win

L’employé n’est pas ambassadeur de sa propre initiative mais la technologie l’y a mis de fait.

Il s’agit pour les entreprises d’accompagner leur employés dans cette prise en main avec en tête une relation win-win :

  1. Pour l’entreprise : mes collaborateurs ont une image professionnelle sur les réseaux sociaux professionnels et communiquent de fait cette image. Et ils maximisent leur utilisation de ces outils pour leur développement professionnel (commercial, recrutement…)
  2. Pour les employés : je développe mon employabilité en développant mon image/ma présence forte sur les réseaux sociaux.

Des solutions simples à votre portée pour une problématique complexe…que ceux qui ont déjà géré des programmes d’ambassadeurs employés se lèvent 🙂

The following two tabs change content below.

Laurent Brouat

Ancien associé de #rmstouch, Laurent est Directeur de Link Humans France depuis 2015.

10 commentaires

  • Fred says:

    Bonjour Laurent,

    Je serai un peu moins catégorique dans votre approche en différenciant le type d’entreprises dont vous parlez. Votre théorie s’applique bien dans le cas de grands groupes où noyé dans la masse l’employé veut garder son indépendance.
    En revanche, c’est ben moins notable dans les TPE/PME où l’équipe « est » l’entreprise. Les employés sont souvent plus à même de devenir des ambassadeurs de leur plein gré car ils jouent un rôle décisif au sein de l’entreprise.

    • Laurent Brouat says:

      Bonjour Fred,

      Merci pour ce retour et la différence grande entreprise et PME…et je trouve votre remarque assez fine car au finale la TPE est constituée uniquement de ses employés (3/4 ou plus..) et du coup, tout le monde se sent peut-être plus dans le même bateau 🙂 A méditer !

  • Caroline says:

    Bonjour Laurent, merci pour ce billet argumenté et juste.

    Je partage ton point de vue en ajoutant un élément : Tout ne passe pas par le digital.

    On l’a vu à #TruParis il y a encore beaucoup de collaborateurs qui ne veulent pas être présents sur les médias sociaux et pourtant ces derniers sont aussi acteurs de leur marque employeur. C’est pourquoi travailler sur le plaisir et la convivialité au travail mais aussi sur des parcours “trajectoires” de “talents management ” est selon moi le premier pas à mettre en oeuvre pour promouvoir sa marque employeur.

    Enfin je te rejoints sur la nécessité d’accompagner ses équipes dans l’appropriation des outils numériques de personal branding que sont Viadeo et LinkedIn, notamment. Même si ,effectivement, on va leur permettre de gagner en visibilité au risque de les rendre accessibles par les recruteurs….
    Bonne nouvelle ! Comme le disait Laurent Choain ( Chief HR Officer MazarsGroup) à #RmsConf “La meilleur façon de fidéliser un collaborateur et de lui ouvrir la porte ” . Je partage ce point de vue, où, le fait de favoriser l’employabilité de ses salariés est un gage de fidélisation…. Peut être pas à chaque fois mais le jeu en vaut la chandelle !
    En entretien individuel, je dis souvent : “ta réussite sera la mienne”.

    Au plaisir de te lire à nouveau
    Caroline

    • Laurent Brouat says:

      Merci Caroline ! Effectivement, cela rejoint l’importance de développer l’employabilité du salarié…lui dire que la porte est ouverte 🙂 Même si encore quelques salariés n’y sont pas, le travail d’éducation doit commencer dès le départ !

  • Shana ROY says:

    HR Business partner pour le groupe Danone, les sujets d’actualité sur le recrutement sont intéressantes dans mon travail.

  • Durand says:

    Amusant, l’article montre le profil LinkedIn d’un collaborateur Mazars et je suis justement dans cette entreprise (au passage, j’ai trouve le lien vers cet article dans le groupe LinkedIn des salaries Mazars).

    Mais je voulais surtout dire que je trouve l’article tres interessant et pertinent. Du moins pour moi, en effet j’utilise beaucoup LinkedIn, et je me retrouve dans le fait de chercher les profils de personnes dans une entreprise au moment ou je fais mes recherches avant de postuler ou avant un entretien. Chercher les personnes au poste equivalent bien sur, mais aussi diverses personnes de l’entreprise. Cela me donne une idee un peu plus precise des personnes qui travaillent ou ont travaille la, de leur experience ou formation avant cette entreprise, de leur evolution dans l’entreprise, et de leur evolution apres qu’il l’ait quittee. Cela peut donner un apercu des qualites ou parcours requis et des possibilites d’evolution donc.

    Et effectivement, au passage il est evident que si les profils rencontres sont complets, bien presentes, et surtout professionnels, cela me donnera une meilleure image de l’entreprise dans laquelle j’envisage de postuler. Tout a fait d’accord avec l’article donc.

    Cyril,
    http://uk.linkedin.com/pub/cyril-durand/22/490/357/

    • Laurent Brouat says:

      Merci Cyril pour votre partage 🙂
      D’autant que je connais bien Mazars et que nous avons fait un travail avec Mazars sur cette question des profils!

      Bonne journée,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *