Recrutement et marketing employeur sont intimement liés, encore plus quand il s’agit des jeunes diplômés. Retour sur le campus management, une pratique qui souffre encore trop de son statut 1.0. Alors comment faire du recrutement universitaire 2.0 ?

Les étudiants une cible privilégiée

businessRecruter des jeunes est devenu le fer de lance des stratégies de recrutement de toutes les entreprises. En témoigne le développement des pages Facebook carrières visant à attirer les jeunes présents sur ce canal.

En France par exemple, les entreprises sont très friandes des business games. Mais si Danone lance Trust c’est avant tout pour faire découvrir son environnement à des jeunes afin de créer une relation qui se pérennisera. C’est le but.

Le campus recrutement évolue, lentement

Développer sa marque employeur dans les écoles est une pratique vieille comme le monde. Souvenez vous des présentations métiers que les papas venaient faire à l’école, 5 ans et cibles marketing déjà ?

Comme dans beaucoup de domaines, en grandissant les pratiques se dégradent. L’arrivée à l’université marque souvent la fin de la créativité. L’école a standardisé ses élèves.
Les fameux forums recrutement sont annoncés par des mails du spam que personne ne lit. Ils se déroulent tous sous le même format, deux professionnels distribuent des brochures souvent, récupèrent des CVs parfois, échangent rarement.

Or, le campus management est en pleine évolution et nous sommes témoins, ici et là, de pratiques innovantes.

Les étudiants ont déjà tout vu

Un étudiant se rend au moins à un salon de recrutement par an (stat perso) et ce depuis le lycée.
Au moment où cette démarche acquiert une véritable importance (~bac+5), il y a de fortes chances qu’il soit vacciné à toutes les tentatives basiques d’attraction.

Le but premier du salon pour un employeur devient alors, non plus de récupérer des CVs mais de se faire remarquer comme employeur potentiel, de susciter une vocation.
Pourquoi croyez-vous que le stand le plus visité à la kermesse de l’école est toujours celui de l’armée ou des pompiers ?

Tous les moyens sont bons

Students globally are choosing employers that they mainly associate with innovation.1

Les étudiants recherchent l’innovation, ils vont être attirés par le recruteur le plus innovant. Pour cela le campus manager doit avoir l’idée qui tue.

Social Media

Parler d’innovation en recrutement revient souvent aujourd’hui à parler de médias sociaux.

Les entreprises participant à un salon étudiant aujourd’hui ne sont plus à la recherche de CVs mais de comptes Facebook.
En témoignent les différentes initiatives des entreprises comme Deloitte qui amène un caricaturiste dans ses salons pour dessiner les étudiants et poster le dessin sur Facebook, Microsoft avec son profil public, ou Thales UK et la photo du professeur.1

Le but n’étant évidement pas de récupérer les infos « personnelles » des étudiants mais surtout de créer une relation qui se poursuivra online dans le temps.

Des campagnes trans-média

Si les réseaux sociaux sont à la mode, les campagnes les plus efficaces ne se feront pas exclusivement via ce canal. 2
Les meilleurs utiliseront aussi du print couplé à des QR codes par exemple afin d’attirer l’attention des candidats et le diriger online vers le site carrières ou les médias sociaux justement.

Finalement, ce sont tous les moyens qui vont susciter une interaction avec l’étudiant qui retiendront le plus l’attention.
Et il semblerait donc que l’attention soit le graal absolu du recruteur en 2013. Son objectif étant plus de récupérer du temps de cerveau disponible pour son marketing employeur que de recruter à proprement parler.

Les jeunes veulent du sur-mesure

Si les pratiques évoluent, les erreurs à ne pas commettre aussi.
Ainsi, l’étudiant voudra un contenu personnalisé, et par contenu je comprends absolument tout.

Nous évoquions les campagnes print avec QR codes, mais si celles-ci ne renvoient pas vers un site au design et à la navigation mobile-friendly elles seront tout à fait inefficaces.

Cette pratique vaut également pour les réseaux sociaux comme en témoignent ces entreprises qui segmentent leurs présences (au sein d’une même plateforme ou pas) afin qu’elles collent parfaitement aux jeunes diplômés.
Nous avons par exemple sur Facebook : GDF Suez young Talents ou Push my Career de la Société Générale qui se focalisent exclusivement sur les jeunes diplômés.

En terme de contenu pur, les étudiants vont rechercher du contenu plus authentique, vidéos, témoignages, photos…
Ne soyez pas ennuyeux ou trop Corporate, c’est rédhibitoire.

Le travail n’est qu’à moitié fait

Le campus management a quand même comme but ultime de recruter des étudiants !
Grâce à cette visite campus, l’étudiant reconnaîtra l’entreprise mais aura surtout créé une relation avec elle, et en particulier sur les médias sociaux.

L’enjeu va donc être d’entretenir cette relation avec du contenu de qualité, de la réactivité et de la personnalisation.
Le meilleur campus recruteur étant désigné selon son interactivité avec les étudiants, ses échanges et sa réactivité. 2

Comme vous avez pu le constater le chemin est encore long pour se démarquer du modèle habituel de deux campus managers autour d’une table remplie de brochures ultra Corporate.
Le recrutement se réinvente et entraîne avec lui toutes ses formes, le campus management ne déroge pas à la règle et l’innovation dans ce domaine est toujours bienvenue.

Ressources :

1 : Webinar TMP : new marketing trends on campus
Darren Harris : head of digital strategy UK
Natalie Horan : client partner – future talents UK

2 : Campus Recruitment Excellence awards

Guillaume Caramalli

Les derniers articles par Guillaume Caramalli (tout voir)