Le recrutement sur mobile est une réalité en 2014.  Les services et solutions techniques proposés répondent un peu plus chaque semaine aux nouvelles attentes des candidats.  Les anticipent même pour certains… Un phénomène calqué sur celui de son cousin le m-commerce, tant dans les chiffres de croissance que dans l’indispensable mutation stratégique et managériale que les entreprises doivent engager, sous peine de manquer le train du m-recrutement.

« Personne n’achètera sur un mobile. Les écrans sont trop petits, la sécurité reste un frein incontournable. D’ailleurs, un téléphone n’est pas fait pour ça… »  Que n’a-t-on pas entendu sur l’avenir impossible du m-commerce il y a quelques années ? Peu y croyaient malgré l’élan exponentiel du e-commerce. Au fur et à mesure que les premiers acteurs s’y sont mis, le secteur marchand tout entier a suivi, faisant multiplier le nombre de sites et de transactions. Porté par le e-commerce en pleine euphorie (51Mds d’euros générés par le e-commerce en 2013 et +13% sur 1 an, le m-commerce s’est développé à vitesse grand V (+106%), avec une statistique aussi impressionnante : 82% des sites existants sont utilisés par les internautes. Acheter est véritablement entré dans les mœurs et dans les habitudes.

Le phénomène du recrutement sur mobile (m-recrutement), digne successeur du recrutement sur internet, est en tous points comparable à celui du commerce, en ligne et sur mobile.

 

Forte attente de services de recrutement mobile

Il ressort d’ailleurs que 87% des candidats sont prêts à faire acte de candidature à une offre d’emploi via leur Smartphone ou tablette mobile. Et pourtant, en réponse à ce besoin quasi unanime, seulement 4% des sites carrière permettraient à ce jour d’aller au bout de l’acte de candidature avec son mobile.

Mais alors pourquoi un tel écart entre la demande et l’offre ?

La première réponse est technique. Les outils de gestion des candidatures en back office ATS (Applicant Tracking System) ne sont pas compatibles avec l’environnement mobile.  La plupart des sites carrière disposent, au mieux, d’une version responsive design permettant de consulter les offres d’emploi au format mobile mais ne permettent pas d’aller plus loin.

Impossible donc de postuler en temps réel à une annonce qu’on vient de découvrir. Les candidats doivent retrouver l’offre avec leur ordinateur pour finaliser leur acte de candidature. Frustrant, surtout en situation de forte concurrence…

recrutement mobile

 

Les ATS ne proposant pas de réelle approche mobile, des solutions techniques ont vu le jour telles que l’américain MOBOLT et la technologie proposée en marque blanche de JobAroundMe. Ces outils permettent de créer une site webmobile dans lequel le candidat pourra candidater avec son smartphone, via un formulaire adapté, du linkedin connect et du cloud connect avec pour aller chercher son CV, le tout connecté à l’ATS.

C’est le choix qu’a déjà fait ELIOR avec son nouveau site webmobile carrière (à consulter avec un smartphone).

 

La technologie n’est plus un obstacle

Malgré les solutions technologiques qui ont vu le jour, la question est encore en suspens auprès de nombreux recruteurs et comités de direction d’entreprises.

Car avec ce nouveau media mobile, sont nés de nouveaux usages, de nouvelles demandes fonctionnelles qu’il devient indispensable de prendre en compte sous peine de perdre en image, en modernité, en talents  et donc en durabilité sur son marché !

L’avènement du m-recrutement remet au goût du jour des questions fondamentales sur le recrutement web classique. Mon formulaire est-il adapté ? Est-il trop long ? Réduire et simplifier mon formulaire est nécessaire pour un passage au mobile mais quid de la qualification des candidatures ? Comment gérer la lettre de motivation ?

Autant de questions et problématiques qui montrent bien que la technologie va plus vite que les usages… Mais les entreprises ont-elles vraiment le choix ? Mesurer la motivation d’un candidat à la longueur du formulaire est-il la bonne méthode ? Ne pas permettre aux candidats de postuler avec leur smartphone de peur d’avoir trop de CVs est-il une bonne manière de garantir d’avoir les meilleurs profils ?

Il paraît aujourd’hui désuet d’envoyer sa candidature sous format papier et pourtant ces mêmes questions se sont posées lors de l’arrivée de la candidature web. Le fait de pouvoir candidater avec son smartphone deviendra également un usage commun d’ici peu. Cela impliquera aux entreprises de repenser leur modèle de sélection, de qualification des candidats. Des pistes existent déjà avec des outils de Big Data couplés à des algorithmes d’intelligence artificielle qui analysent et font un profiling des candidats.

Aujourd’hui, les ventes de tablettes ont dépassé celles des ordinateurs, le taux d’équipement en France est proche des 100% et selon les études, on utilise son téléphone mobile environ 50 fois par jour.

En 2014, le M-recrutement est encore considéré par les entreprises comme un « nice to have », en 2015 il deviendra sûrement un « must have ».

————-

Dans le prolongement de cette tribune, Jean Mariotte interviendra également le 14 octobre à #rmsconf pour introduire et modérer le débat « Et si le recrutement de demain n’était que mobile ! ».

Jean Mariotte

Fondateur de l’agence smart&geek, spécialisée dans le positionnement de marques employeur sur les medias sociaux. Jean Mariotte est également un inventeur d’expériences sociales & mobiles, il est le fondateur de JobAroundMe, première application 100% mobile, 100% emploi.

Les derniers articles par Jean Mariotte