En décembre dernier, je vous parlais déjà de la relation parfois tumultueuse entre le « NON » et les recruteurs. Cette difficulté à ne pas savoir poser, parfois fermement, de limites peut malheureusement être contre-productive.
Dernièrement j’ai animé pas mal de formations en recrutement stratégique et sourcing auprès de populations de recruteurs très différentes : cabinets, entreprises, « petits », « gros », recruteurs newbies ou super confirmés.
Mais hier, une idée m’est revenue.
Si les recruteurs trop souvent ne savent  pas dire non à leur client/manager ou à leur candidat, ils ont par ailleurs une facilité déconcertante à dire non à l’évolution de leurs pratiques.

M-Non-couverture-livre

Clairement, je ne suis pas là pour jeter des cailloux ou pointer du doigt qui que ce soit en mode walk of shame (oui la reprise de GoT est dans pas mal de têtes en ce moment, dont la mienne). Moi ce qui m’intéresse c’est d’essayer de comprendre d’où vient cette réticence au changement quand il s’agit de remettre en question, de faire évoluer ses pratiques professionnelles.
Oui, le recrutement a changé. Le monde a changé ! Quel métier s’exerce aujourd’hui de la même manière qu’il y a 10 ans ?

Alors si vous aussi vous vous sentez coincé·e dans ce statu quo, je vous invite à m’appeler ou à me glisser un mail et on prendra le temps d’en parler. Simplement, entre pairs 😉

 

Choisir c’est renoncer

Oui, Merci André.
Mais il est vrai que faire des choix implique de devoir reconnaître ce qui est bon ou non, selon soi bien sûr. Dans le cadre du recrutement, cela signifie qu’à un moment il faut avoir le courage (et je dis bien le courage) d’observer le plus objectivement possible son travail. Quelles sont vos méthodes, votre orga (ou absence de méthode ou d’orga) ? Qu’est-ce qui fonctionne ? Qu’est-ce qui ne fonctionne pas ou plus ?
Pour avancer, il faut savoir faire du tri, faire de la place pour accueillir du neuf.

marie-kondo-rangement

Mais ça demande une certaine prise de conscience, d’accepter que le modèle établi ne fonctionne plus.

En effet, on ne change pas comme ça, simplement parce qu’un matin on se dit qu’on a envie de changer. Non, on change, on prend la décision d’évoluer parce que la situation présente n’est juste plus tenable. Parce qu’il y a une « douleur » (quelle qu’en soit la nature) à rester dans la position actuelle.
On change son approche candidat parce qu’un jour on se dit que c’est juste insupportable que 2 candidats sur 3 auxquels on écrit ne donnent juste jamais signe de vie. Et qu’on a juste perdu 2/3 de son temps à leur écrire alors qu’on accumule les heures au bureau. Après il y a les curieux, qui veulent en permanence tester et tenter de nouveaux trucs, mais soyons honnêtes, même si ce sont les plus visibles, et notamment sur les réseaux, ils ne représentent qu’une minorité des recruteurs.

Inutile de se voiler la face si vous préférez rester dans votre zone de confort plutôt que d’avoir de vrais résultats de performance. Acceptez que l’inconfort de la situation n’est juste pas encore assez « douloureux » pour que vous décidiez de relever les manches et passer à autre chose. Et c’est parfaitement acceptable. Du moment que vous vous l’acceptez, sans vous victimiser ou accuser le reste du monde 😉

un-taxi-pour-tobrouk

 

Le besoin d’être accompagné·e

Ce qui nous empêche ensuite d’avancer, une fois la prise de conscience faite, bien souvent c’est de ne pas savoir où aller, par quoi commencer. « Ok mes annonces sont nazes, mon sourcing sur Linkedin ne donne rien qui vaille mais du coup je fais quoi moi ? »
Quand on apprend à nager, ce n’est pas un hasard s’il y a le maître nageur là avec sa perche juste à côté de vous.
Il est donc super important de s’entourer de gens performants avec qui échanger de bonnes pratiques. Que ce soit via de la formation, un sourcing buddy, des events, des médias dédiés, des groupes, peu importe. Ne restez pas seuls.
S’il a l’envie, il y aura des solutions et des résultats. Mais personne ne peut le vouloir à votre place, et certainement pas votre manager.

Finalement, on en revient aux fondamentaux : pourquoi faites-vous ce job ? qu’est-ce qui vous motive vraiment à faire du recrutement ? D’ailleurs avez-vous fait votre petit check-up de printemps ?

check-up-recrutement

Je vous souhaite sincèrement de trouver en vous la motivation à évoluer vers des pratiques vraiment innovantes. Tout simplement parce que c’est valorisant, enrichissant et vous en sortirez grandi·e à de nombreux niveaux.

Ne restez pas seul·e avec vos difficultés, trouvons ensemble des solutions pour faire décoller votre job !

 
Crédits photos : Pixabay, Librestock, Shutterstock, Pexels

Sophie Guenat
Suivez-moi !

Sophie Guenat

Geekette enthousiaste & passionnée de relations humaines, Sophie a eu l’occasion d’intervenir sur des missions très variées, principalement à l’international.
Aujourd’hui Agent Spécial chez #rmstouch, elle met à profit son énergie et son sens du service auprès des entreprises, cabinets, institutions & écoles afin de promouvoir le recrutement de demain et les accompagner dans cette évolution.
Nom de code : @sophilantropy
Ce message s’autodétruira dans 10, 9, 8, …
Sophie Guenat
Suivez-moi !

Les derniers articles par Sophie Guenat