J’ai rencontré Yannick Vinay lors d’une conférence sur le recrutement 2.0 organisée par les anciens du CELSA (et notamment Anthony Babkine) l’an dernier. À l’époque, il m’avait présenté son projet ambitieux, Anamy… Yannick, c’est un tourbillon d’idées à la minute et sa vision pour faire progresser les ressources humaines est forte. Un changement à 360 degrés qui implique tous les acteurs pour accompagner la transformation.

Transformer les acteurs RH notamment sur le versant digital est tous les jours un challenge notamment dans les formations que j’anime et Yannick avec sa méthodologie nous propose une roadmap (comme diraient les anglo-saxons).

 

Bonjour Yannick pourrais-tu te présenter ?

Bonjour, je suis un « jeune » entrepreneur avec une vingtaine d’années d’expériences, principalement dans les Ressources Humaines et l’innovation. Je suis également enseignant vacataire en marketing et efficience RH à France Business School.

En dehors de quelques managers et collègues qui ont marqué mon histoire et plusieurs années de recherches académiques qui m’ont permis de rédiger une thèse professionnelle à HEC, deux ouvrages ont fortement contribué à construire mon identité professionnelle : « Stratégie Océan Bleu: Comment créer de nouveaux espaces stratégiques » de W.Chan Kim et Renée Mauborgne et  « Les employés d’abord, les clients ensuite : Comment renverser les règles du management de Vineet Nayar. »

ANAMY est la synthèse de tout cela.

Photo Yannick Vinay

Que propose exactement Anamy ?

Je suis parti d’une ambition, ou plutôt d’une vision, mais sans prétention messianique à la manière de Steve Jobs ou de Google, enfin pour l’instant du moins (humour !).

En fait, beaucoup d’économistes nous disent que la reprise dépend de facteurs ou d’événements qui ne devraient pas voir le jour à court terme, comme le possible gisement de gaz de schiste qui se cache sous nos pieds. En attendant le Saint Graal, il faudrait se serrer la ceinture. C’est ainsi que dans nos entreprises et dans la société en général nous sommes entourés de gens qui connaissent le coût de tout mais la valeur de rien comme le disait avec humour Oscar Wilde.

Pourtant, je crois au contraire que nous sommes au cœur d’un gisement de richesses encore inexploitées.  Nul besoin d’ailleurs de fracturation hydraulique pour les découvrir, la méthodologie proposée par ANAMY a justement pour objet de permettre à ses clients de trouver « leurs espaces humains inexplorés. » Le leitmotiv est le suivant : en veillant à un équilibre entre la performance économique et le progrès social, le profit est maximal pour chacune des parties prenantes.

 

Tu parles d’une méthodologie mais concrètement quels sont les avantages pour les RH à utiliser tes services ?

Tout d’abord l’approche est systémique, c’est à dire que la démarche permet une analyse complète du système concerné par l’objet de l’intervention. Il peut être simple et se limiter à la relation entre 2 individus mais être aussi beaucoup plus complexe et intégrer de nombreux acteurs au sein d’une organisation, voire toute l’organisation et son environnement. La méthodologie permet d’identifier les besoins de chacune des parties prenantes et de construire des solutions y répondant de manière crédible et efficiente.

Le second atout d’ANAMY est de favoriser l’émergence de solutions « cousues main » : l’objectif n’est pas d’imposer un modèle pensé pour d’autres. L’accompagnement permet ainsi aux clients de construire leurs propres dispositifs, basés notamment sur une analyse de leurs forces et de leurs faiblesses.

Le troisième atout d’ANAMY est d’avoir construit des partenariats et des proximités opérationnelles, notamment avec la Chaire de Recherche Capital Humain et Performance HEC Paris Webhelp et un groupe de services RH expert reconnu dans la gestion de l’emploi. C’est un gage de création de valeur et cela permet de rendre rapidement opérationnelles les solutions construites grâce à l’accompagnement d’ANAMY.

Enfin, la méthode est apprenante. A l’issue de l’intervention les clients maîtrisent la démarche et les différents outils. Il est même possible d’envisager de certifier des collaborateurs pour qu’ils continuent à faire vivre « l’expérience ANAMY » au sein de leurs organisations.

Logo Anamy

Je ne peux illustrer que de manière théorique « l’expérience ANAMY » car je suis tenu par la confidentialité des sujets sur lesquels je travaille actuellement. Mais imaginons par exemple une entreprise contrainte de fermer un site non rentable dans une petite ville de Province. Il est assez aisé d’imaginer le coût social et l’impact sociétal d’une telle décision qui devrait forcément se traduire par des licenciements. Notre approche permet d’envisager rapidement quelques alternatives : l’essaimage, le mécénat de compétences, la mise à disposition de collaborateurs auprès de TPE du bassin d’emploi pendant une durée limitée. Le coût du dispositif imaginé pourrait être financé par des gains de productivité dans d’autres secteurs de l’entreprise comme par exemple la dématérialisation de certains processus (la paie, la formation, …). Notons que dans la réalité, un travail d’animation collective grâce à nos outils d’aide à la créativité permettrait sans doute d’aller bien au-delà de ces propositions, en tenant compte des spécificités de l’entreprise et de son environnement. Suivrait ensuite une réflexion stratégique avec un business plan intégrant une analyse SWOT, la gestion des risques et des facteurs risques… Nos outils permettraient également de garantir la crédibilité et l’opérationnalité des solutions imaginées. Il est ainsi possibe d’envisager rationnellement l’impact très positif sur le capital réputation de l’entreprise aussi bien pour l’externe que pour l’interne ainsi que l’accélération potentielle de la conduite du changement liée aux opérations imaginées pour financer un tel dispositif et qui auraient peut être été difficiles de mettre en œuvre rapidement sans cette opportunité. La valeur créée profiterait aussi aux collaborateurs visés par la décision de fermeture du site et plus globalement, l’environnement économique du bassin d’emploi. Les premiers pourraient se construire un autre avenir professionnel, et le second se verrait doter de ressources à moindre coût.

Nous sommes conscients que certains DRH stratèges sont déjà capables de construire ce genre d’alternatives, l’intérêt de « l’expérience ANAMY » est de démocratiser cette approche auprès de chaque acteur de l’entreprise ou de la société.

 

Et justement en quoi cette méthode est-elle innovante ?

L’expérience s’appuie sur un moteur et son carburant spécifique. Le moteur est un processus unique d’accompagnement : la réflexion passe par différentes étapes, comme l’analyse du système concerné, l’identification des solutions existantes, la recherche de solutions alternatives…  A l’issue de l’intervention, le client sait ce qu’il faut supprimer, réduire, augmenter ou créer par rapport aux dispositifs existants pour créer de la valeur. Le carburant est le résultat de nombreuses années de recherche en gestion, notamment sur les principales théories de la motivation. Comprendre pourquoi un individu ou un collectif accepte de changer et de participer à la mise en œuvre de ce changement a toujours été au cœur de nos recherches.

L’expérience ANAMY pose un principe de base à l’intervention : l’objectif n’est pas d’imposer un dispositif préconçu avec une démarche coûteuse de conduite du changement. Le client et idéalement l’ensemble des parties prenantes participent à la construction de la solution dans une logique de création de valeur partagée. Au début de notre intervention, nous ne pouvons pas dire ce que nous allons construire avec lui, par contre nous savons que la ou les solutions issues de l’expérience ANAMY seront efficientes au regard de la problématique sociale ou sociétale qu’il rencontre. En ce sens aussi la méthodologie est innovante.

innovations RH digital

Pourquoi se spécialiser sur la chaîne de valeur RH ?

La dimension humaine semble être celle qui présente le plus de potentiel de création de valeur dans les organisations.

Mais ANAMY ne s’adresse pas qu’aux DRH. Par exemple, la méthode est actuellement utilisée pour accompagner une pépinière d’entreprises afin d’améliorer la proposition de valeur offerte à ses « pépins » et à son environnement. Il est également possible d’accompagner des organismes publics souhaitant construire des solutions innovantes pour leurs concitoyens.

ANAMY vient par ailleurs de signer un partenariat d’affaires avec la société SAVECODE, un éditeur de solutions logicielles de gestion de la performance énergétique automobile. Cette entreprise a inventé un système qui accompagne et récompense l’automobiliste éco responsable, et l’encourage à être plus efficace de jour en jour, sur n’importe quel véhicule. L’expérience ANAMY permet de construire un business model spécifique à chaque entreprise qui souhaiterait mettre en place un dispositif d’éco-conduite. La méthode identifie et prend en compte des leviers motivationnels propres à ses collectifs, ses métiers… et permet de maximiser le ROI de l’opération avec un impact très favorable sur le capital réputation de l’entreprise cliente.

 

Quels sont les projets futurs ?

ANAMY est engagée avec la Chaire de Recherche Capital Humain et Performance d’HEC Paris Webhelp dans la rédaction d’un livre sur la méthode et travaillons également sur la mise en œuvre d’un prototype informatique supportant la démarche. L’objectif est de faciliter l’accès à l’expérience ANAMY pour qu’elle soit connue et partagée par un maximum d’acteurs.

La recherche et développement s’axe aussi sur la construction de solutions apportant une réponse originale et créatrice de valeur aux problématiques d’emploi et de territoire. ANAMY travaille notamment sur la thématique des macro-compétences territoriales et / ou professionnelles : il s’agit de pouvoir garantir, de manière transversale sur toute une chaîne de valeur, la maîtrise et le développement d’une ou plusieurs compétences stratégiques. La méthode intègre, pour chaque acteur concerné (TPE, PME, grandes entreprises, organismes de formation, associations, acteurs publics et privés, salariés et futurs collaborateurs…),  l’identification des sources de création de valeur qui seront de véritables leviers motivationnels pour un engagement actif et déterminant dans la démarche. Nous aimerions d’ailleurs partager notre approche avec des acteurs potentiellement intéressés par notre R&D. Il ne faut pas hésiter à nous contacter.

 innovation RH digitale

Comment vois-tu le digital dans la transformation RH ?

Bien évidemment, le digital devrait fortement contribuer à la création de valeur dans les entreprises. Mais ce n’est pas une fin en soi, ce n’est qu’un moyen : face à une solution innovante, nous avons trop souvent l’habitude de regarder le doigt qui montre et masque la lune en même temps.

Ne passons pas à côté des vraies opportunités de transformation en refusant de nous poser les bonnes questions. Les possibilités offertes par les nouvelles technologies doivent d’abord nous aider à réfléchir à nos pratiques, notamment managériales et collaboratives… La transformation digitale des organisations met en évidence les dysfonctionnements que nous vivons au quotidien. Ce devrait être un véritable catalyseur des changements nécessaires et c’est ici que se trouvent les vrais gisements de création de valeur pour l’entreprise. L’expérience ANAMY peut d’ailleurs permettre de les révéler.

 

Merci Yannick !

NDLR : le site d’Anamy est en cours de construction donc si vous souhaitez contacter Yannick, yannick.vinay@anamy.fr.

 

Vous avez créé une innovation dans le recrutement, le marketing employeur ou en RH ? Contactez-nous pour que nous en parlions ici-même : contact@rmstouch.fr

 

Credit photo : Shutterstock : Stockholm old town skyline, 360 degree miniplanet (Elements of this image furnished by NASA)Concept of creative business with businessman working with laptopTeam of businesspeople build a new company

 

Laurent Brouat

Ancien associé de #rmstouch, Laurent est Directeur de Link Humans France depuis 2015.

Les derniers articles par Laurent Brouat