Lors d’un échange avec Tristan, fondateur du site Explorajob, il m’a présenté son site comment étant le premier site emploi sans offre d’emploi. Alors forcément j’ai voulu en savoir plus, et quoi de mieux qu’une petite interview pour ça ?

 

Bonjour Tristan, est-ce que tu peux te présenter en quelques lignes ?

Bonjour Pierre-Gaël,

En trois mots, j’ai un parcours académique assez standard : DUT Informatique et Master d’Ecole Supérieure de commerce effectué en apprentissage. Je vendais des progiciels de gestion dans le domaine agro-alimentaire. Je suis ensuite monté à Paris pour devenir ingénieur commercial et proposer les solutions logicielles de GPEC de Trivium à de grands groupes, autour du concept d’arbre de compétence, avant de prendre des responsabilités commerciales pour Profisoft (Luceo de CareerBuilder maintenant). J’ai eu la chance, en 7 ans, de rencontrer plusieurs milliers de recruteurs et d’étudier, analyser en face à face les processus de recrutement de milliers d’entreprises, en PME et en grands comptes (plus de 10 000 heures de réunions !). Puis j’ai eu la malchance de devenir demandeur d’emploi. J’en ai profité pour étudier l’envers du décors : le système Pôle-Emploi et ses sous-traitant… Avec cette connaissance de l’écosystème emploi en France, coté recruteur et coté demandeur d’emploi, j’ai décidé d’agir et de créer Explorajob, 1er site emploi sans offre d’emploi, expert en candidature spontanée : http://explorajob.fr/  !

 

screenshot Explorajob

Tu peux nous en dire un peu plus sur ExploraJob ?

Bien sur, Explorajob permet aux candidats de transmettre leur CV à des dizaines, parfois à des centaines de recruteurs, en candidature spontanée ciblée. Par recruteur, j’entends les « vrais » recruteurs, c’est-à-dire, les managers de proximité et les directeurs de services en PME.

En analysant toutes les étapes entre l’émission d’un besoin de recrutement par un manager et la réception de CV par ce manager, j’ai pu me rendre compte qu’il existe, selon les cas, entre 6 et 14 filtres (!) générant donc un tri de CV extrêmement fort, et parfois peu approprié, avant que le CV n’arrive sur le bureau du manager ayant émis un souhait de recrutement.

Explorajob considère que ce sont avec les managers que les candidats travailleront le plus, et qu’ils doivent donc les rencontrer assez rapidement dans le processus de recrutement, pour que chacun évalue sa capacité à travailler avec l’autre. Pour les candidats, il faut donc rencontrer en entretien le plus de managers possible, et donc envoyer le plus de CV possible.

 

Ca donne un peu l’impression de jeter une bouteille à la mer, non ?

C’est le propre d’une candidature spontanée… Elle peut être ultra-ciblée et être un coup d’épée dans l’eau pour autant

Par contre, les statistiques parlent pour Explorajob : plus de 25% des postes sont pourvus suite à une candidature spontanée (sources : Pôle-Emploi). L’Express parlait même de 38% il y a quelques semaines en citant un rapport d’une économiste du Centre d’études pour l’emploi.

Nous pensons que statistiquement, plusieurs dizaines (parfois plusieurs centaines) de CV transmis en candidature spontanée doivent nécessairement arriver de temps en temps au bon moment, à condition qu’ils soient bien ciblés. Et la qualité du ciblage de ces candidature spontanée, c’est nous qui nous en occupons. (D’ailleurs, les retours candidats nous donne raison pour 80% d’entre eux avec quelques bons témoignages sur Trustpilot par exemple)

Les recruteurs utilisent des robots analyseurs de CV et des outils de multidiffusion d’annonces emploi pour publier la même offre sur différents supports ; pourquoi les candidats n’auraient-ils pas le droit, eux aussi, de multidiffuser leur CV, plutôt que de répondre annonce par annonce (parfois aux même annonces sans le savoir) ?

 

Screenshot Explorajob-2

Concrètement ça marche comment côté recruteur et côté candidat ?

Côté recruteur : le système n’est pas encore totalement optimisé, mais il permet pour l’instant de déposer gratuitement des « profils types » qui sont souvent recrutés. Le but étant de recevoir des CV, tout au long de l’année, de profils souvent nécessaires à l’entreprise et aux recruteurs. L’idée est d’alimenter sa CVthèque au fur et à mesure, gratuitement, avec les candidatures spontanée ciblée reçue. Le recruteur utilisera son budget annonce pour des postes spécifiques ou le réallouera aux cabinets de recrutement pour des profils spécifiques. Plutôt que de publier des annonces, qui se ressemblent souvent, à longueur de temps, autant que les recruteurs  dépensent leur temps à l’étude des CV reçus, ou en entretien ! Il y a aura une proposition de service d’un genre nouveau d’ici quelques mois pour les recruteurs.

Côté candidat : Le système est très simple et il suffit de se laisser guider. Il faut tout d’abord choisir ses critères de recherche d’emploi et ceux de son profil dans le moteur de recherche d’emploi, puis le système cherche les adresses mails de recruteur pertinentes pendant que le candidat rédige son mail de motivation et télécharge son CV.

Afin que la candidature spontanée reçue par le recruteur soit bien ciblée, et n’apparaisse pas comme une bouteille à la mer, nous demandons au candidat de parler d’un seul secteur d’activité dans son mail de motivation (celui du recruteur, pour que le mail parraisse personnalisé… s’il est lu mais c’est un autre débat) ; et donc nous l’obligeons, dès le choix de ces critères de recherche, à ne choisir qu’un seul secteur d’activité par envoi de CV.

En dernière étape, le candidat voit s’afficher le nombre d’adresses email trouvées par l’algorithme et le tarif pour les utiliser en envoyant son CV.

 

Le business model repose sur le fait que le candidat doit payer c’est bien ça ?

Ca vous étonne hein… Mais nous assumons totalement ce positionnement. Nous faisons payer nos prestations car il s’agit de notre seul et unique moyen de financement : il n’y a pas de publicité sur Explorajob, ni de tracking (pas de cookies), ni de revente de données personnelles… Notre charte éthique est très claire à ce sujet.

Il faut partir du principe suivant aujourd’hui sur le web : « si c’est gratuit, vous êtes le produit ! ». Nous prônons un web plus éthique qu’il ne l’est actuellement et c’est dans cette optique que le financement s’effectue par l’utilisateur du site.

Le prix est souvent compris entre cinq et quinze euros pour envoyer son CV à entre 30 et parfois jusqu’à 250 recruteurs.

Ce prix est fonction des résultats de la recherche d’adresses mails de recruteurs, il est donc différent pour chaque recherche et il est visible sur l’étape 3 de la recherche, avant de choisir de payer ou non.

 

Une idée de nombre de recrutements réalisés par ce biais ? Sur quels types de postes ?

Concernant le nombre de recrutement, nous n’avons pas de statistiques car justement, nous ne traquons pas nos utilisateurs… Par contre, avec le suivi effectué par mail suite aux envois de CV de nos candidats, nous avons la statistique suivante : 80% de nos candidats obtiennent au moins un entretien d’embauche, et 34% en obtiennent plusieurs. Nous considérons donc que notre méthode d’envoi de CV en candidature spontanée ciblée et multiple fonctionne. Mais ce n’est pas assez, car 20% de candidats, n’ayant aucun retour de recruteurs sont frustrés par les résultats d’Explorajob. Ils se voient donc offrir, en contre partie de la confiance qu’il nous ont accordée, une analyse, un audit de leur CV  avec des recommandations personnalisées.

 

Merci Tristan !

Merci à #rmsnews surtout pour cette interview et à bientôt sur Explorajob.

Pierre-Gaël Pasquiou

Pierre-Gaël travaille chez #rmstouch en tant que Responsable Partenariats et Business Development. Il forme également les BAIP des Universités et des Ecoles dans le cadre de l’utilisation des médias sociaux pour l’insertion professionnelle.