L’avenir du monde du travail dépend aussi de vous (Par Benjamin Chaminade – #rmsconf 2018)
Par : Benjamin Chaminade
0

Le futur du travail va être beaucoup plus personnel que vous le pensez. L’enjeu n’est pas de jouer au fléchettes dans le noir pour tous se diriger vers le même avenir étincelant mais de comprendre que l’avenir du travail sera d’abord «personnel» avant d’être collectif. En d’autres mots, l’avenir du travail dans votre entreprise ne sera pas l’avenir du travail dans celle de quelqu’un d’autre !

En s’intéressant au sujet du futur du travail on peut en catégoriser les intervenants en 6 catégories :

Les consultants « libérés », pour lesquels l’avenir du travail signe la fin de la hiérarchie et des compétences et qui le démontre en cataloguant les pratiques issues des startups.

Les sur-optimistes pour lesquels l’avenir va être marqué par la fin du travail salarié au profit des «Free agents» ou électrons libres selon le bouquin de Dan Pink « Free Agent Nation ». En oubliant que selon les derniers chiffres de l’Insee (qui datent de 2015) il y a en France 6% de travailleurs indépendant de moins qu’en 1980 (10,3 contre 16,3).

Les fans de management pour lesquels l’avenir va renouveler le lieu de travail pour favoriser la collaboration, la transversalité, la confiance et l’autonomie et donc demander encore plus de Leadership. Youpi.

Les techno-prophètes anxieux pour lesquels avenir = Digitalisation + automatisation + robotisation et qui nous voient déjà tous remplacés par un algorithme ou un robot et à toucher un revenu universel pour rester propre.

Les sociologues post68 pour lesquels l’avenir du travailleur se devine dans les mutations sociales, la place du capital et que travail vient de Tripalium après tout. (Ce qui n’est pas vrai en passant).

Les adeptes du NWoW – New Way of Working – pour lesquels l’avenir du travail est en train de s’affranchir du lieu de travail pour nous permettre de travailler où nous voulons quand nous voulons et tout en restant salariés de notre entreprise. Et le sourire de la crémière.

Il y en a forcément d’autres, tellement ce sujet du futur du travail est porteur.

Pourtant, en prenant un peu de recul sur le sujet et en restant réaliste et concret, nous ne pouvons que constater que ce qui est le futur pour une entreprise (pénurie de talent, automatisation, vacances illimitées…) peut être dépassé pour une autre.

Ce qui signifie que nous n’avons pas besoin de Futurologues pour nous annoncer un avenir qui n’arrivera pas. Il nous faut plutôt des « Maintenantologues » pour nous aider à comprendre les transformations actuelles qui auront un effet sur NOTRE monde du travail.

L’avenir du travail ne sera surement pas comme décrit dans le dernier article sur le sujet que vous avez lu dans le Monde. L’avenir du travail sera sans doute à mi-chemin entre le parcours que semble suivre la société (autonomie, accélération, digitalisation, bla bla…) et les changements que votre culture d’entreprise est capable d’accepter. Votre futur dépendra de vos  filtres culturels qui dépendent de votre culture d’entreprise actuelle, la vision de l’avenir de vos propres managers ET les attentes de ceux que les recruteurs laissent entrer dans leur entreprise. En d’autres mots, l’avenir du travail dans votre entreprise ne sera pas le même que dans une autre entreprise.

Alors comment identifier le futur du travail pour SON entreprise ?

Je vous propose 3 étapes, simples à écrire mais plus compliquées à mettre en oeuvre pour concevoir un avenir du travail adapté à votre entreprise et qui sera en phase avec les valeurs du moment.

  1. Comprenez que les valeurs d’entreprises ne peuvent plus être gravées dans le marbre. Elle sont désormais inscrites au marqueur effaçable sur la porte du frigo ! La société évolue rapidement et votre entreprise doit évoluer avec elle sous peine de ne plus être attractive et de ne plus être capable de devancer les attentes de ses clients. 

 

  1. Identifiez les valeurs sociétales actuelles. Ou du moins, celles avec lesquelles vous êtes en contact. Conviez tous vos collaborateurs qui sont en relation avec l’extérieur à une réunions de réflexion sur le sujet : équipes commerciales, recruteurs et ambassadeurs écoles et bannissez toute réflexion qui commence par «Ahhh, les jeunes de maintenant».

 

  1. Identifiez les valeurs actuelle de votre entreprise. Certes, à la mode en ce moment. Pour identifier vos valeurs, reprenez les valeurs sociétales que vous avez identifiées à l’étape 2 et déduisez-en les similitude ou écarts avec les vôtres. Comme exemple le cas de cette grande entreprise du domaine pétrolier qui avait pour habitude de recruter des ingénieurs pour une carrière et qui se retrouvent confrontée à des développeurs web plus intéressés par le nom qu’ils allaient pouvoir ajouter à leur portfolio que par un CDI. 

 

Vous pouvez aussi faire ce petit exercice : classez les buzzwords suivants selon les possibilités :

A> « Peut-être pas pour tout de suite mais c’est crédible »
B> « C’est de la «science-fiction »
C> « Je ne sais même pas de quoi il s’agit »

 

Pénurie de compétences, innovation managériale, recrutement par les appétences, programme d’onboarding en 90 jours, entretien d’évaluation entre collègues, BYOD, Klout, Shadow Comex, management tournant, management à distance, ROWE, flexdesk, cleandesk…

 

En fonction de vos réponses, il est évident que vous allez vite voir si votre futur du travail va ressembler à votre «maintenant» du travail ou sera adapté à ce qu’attendra la société à ce moment-là !

 

Recrutement, Marque Employeur : suivez toute l’actualité #rmstouch !


The following two tabs change content below.
🔛Entrepreneur & investor 🎤 speaker Innovation, management, HR & Future of Work 📖 Author of +10 books 🇦🇺 & 🇫🇷 Binational Occasional Time Traveller

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *