Jean-Christophe Anna m’a demandé de réfléchir à la question « Comment imagines-tu le Recrutement en 2025 ?« . Pour y répondre, j’ai envie de me placer plutôt du côté du candidat et d’aborder la recherche d’emploi. Retour de vacances oblige, je vais faire un parallèle avec la recherche de séjours de voyages.

Ceux qui, comme moi, s’y sont pris à la dernière minute, sauront de quoi je parle : il y a beaucoup trop d’offres qui ne me correspondent pas. Je n’ai pas envie de choisir parmi les 10 000 offres du web, je veux choisir parmi les 3/4 offres qui me correspondent le mieux. Et je serai prêt à payer pour que l’on me propose uniquement ces 3/4 offres. C’est pour moi l’enjeu du futur de la recherche d’emploi (et si on inverse le rôle, c’est également celui du recrutement). En 2025, qui sera le mieux placé pour me proposer ce service ? Un algorithme ou une personne ?

 

agence de voyage

 

J’aime bien la réponse qu’a apporté Palantir à cette question. Palantir est une startup californienne passionnante, fondée par des anciens de la Paypal mafia, notamment avec des fonds de la CIA, et dont la légende attribue un rôle dans la capture de Ben Laden. La force de Palantir est, au lieu d’avoir choisi de faire de l’intelligence artificielle, d’avoir essayé de faire de l’intelligence augmentée.
Les deux histoires qui suivent vont me permettre d’illustrer la différence.

En 1997, Gary Karparov, le champion du monde d’échecs, s’inclinait face à Deep Blue, le supercalculateur construit par IBM. Beaucoup y ont vu l’avènement de l’intelligence artificielle, et la supériorité de la machine sur l’homme. Kasparov n’en était pas persuadé. Il inventa les ‘freestyle chess », une nouvelle forme d’échecs où chaque joueur (humain ou machine) pouvait se faire assister d’un autre joueur (humain ou machine) pour battre l’adversaire. Les combinaisons étaient donc humain + humain, humain + machine et machine + machine. Il organisa un tournoi en 2005 et, surprise, les 4 finalistes étaient des combinaisons ‘humain + machine’ : l’alliance de la puissance de calcul des machines avec l’intuition des humains l’emportait sur les intelligences artificielles pures.

 

intelligence artificielle

 

Autre exemple, cette fois chez Paypal. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la plus grosse problématique chez Paypal (et ses concurrents de l’époque) n’était pas la gestion des transferts d’argent (finalement assez simple en réalité), mais la lutte contre la fraude. Tous les autres concurrents de Paypal (dont certains qui disposaient de plus grandes ressources financières) avaient le même problème, et avaient choisi de créer un algorithme qui détecterait automatiquement les fraudes. Le problème de cette approche est que le fraudeur (humain), s’adaptait très rapidement et changeait de méthode de fraude, rendant l’algorithme obsolète assez vite.

Paypal utilisa une autre approche, mettant un humain au centre du process, et créant des outils lui permettant de détecter une actions frauduleuse, et ensuite de rechercher automatiquement toutes les transactions qui avaient des caractéristiques similaires pour les bloquer. Là encore, l’alliance ‘humain + machine’ l’emporta sur les algorithmes purs. Tous les compétiteurs de Paypal mirent la clé sous la porte, et Paypal fut racheté 1,2 milliards par Ebay.

 

hacker

 

Dès aujourd’hui, chez Job2Day, c’est l’approche que nous avons sur les produits que nous développons, en essayant d’ajouter une dimension « intelligence ». En 2025, j’imagine que des humains / agents augmentés, ayant 1) accès à une grande source de données (intégralité des offres d’emploi en cours, trajectoire ‘type’ des profils similaires, …) et 2) les outils leur permettant, à partir de ces données, de prendre des décisions « éclairées » et d’identifier « à priori » les 3/4 offres pour lesquelles ils ont le plus de chances d’obtenir un entretien puis un emploi. Et que vice versa, les recruteurs, dès la rédaction de leur offre, auront accès à l’intégralité des candidats potentiels et pourront identifier les candidats qui (à priori) correspondent le mieux à leur besoin (et à leur culture d’entreprise).

La technologie est déjà là, le plus compliqué sera l’accès aux données. Ce service, c’est peut-être un LinkedIn (qui a récemment racheté Bright.com) / Viadeo qui le proposera. Ou encore Pôle Emploi, qui prend cette direction avec la transparence du marché de l’emploi. Mais à priori, c’est ce que je vois dans ma boule de cristal (qui est un peu cassée, je dois vous prévenir).

 

——————

 

Merci Tcherno !

Le Recrutement en 2025 sera le thème principal de la 4ème édition de notre événement #rmsconf (recrutement mobile & social) qui aura lieu le 14 octobre à Paris.

Tcherno Baldé modèrera à cette occasion  un débat sur les salons virtuels. Sa contribution s’inscrit donc dans le cadre de la série « Le Recrutement en 2025 vu par … », avec un RDV chaque semaine en amont de #rmsconf. C’est l’occasion pour les différents speakers de l’événement de partager leur vision et imaginer ensemble à quoi ressemblera le recrutement dans 11 ans. Vos commentaires sur chaque billet nourriront le débat et la réflexion.

 

——————

Voici les autres contributions :

#01 – La série a commencé le 25 juin avec le billet de Jean-Christophe Anna : Le Recrutement en 2025 vu par … Jean-Christophe Anna

#02 – Nathalie ServierLe recrutement en 2025 vu par… Nathalie Servier.

#03 – Jean-Baptiste AudrerieLe recrutement en 2025 vu par… Jean-Baptiste Audrerie.

#04 – Mohamed Achahbar : Le recrutement en 2025 vu par… Mohamed Achahbar

#05 – Loïc DenizeLe Recrutement en 2025 vu par… Loïc Denize.

#06 – Jean-Marc Mickeler : Le Recrutement en 2025 vu par… Jean-Marc Mickeler.

#08 – Christophe Fourleignie : Le Recrutement en 2025 vu par… Christophe Fourleignie.
 

Crédits photos : Shutterstock – human playing chess with a machine ; Photos of Greece hanging on a rope in front of the sea ; Hacker typing on a laptop with binary code background.