Je connais Benoit Bliard depuis 4 ans. Je me souviendrai toute ma vie de cette mini session de formation improvisée pendant laquelle il m’avait initié aux bases de la recherche sur Google. J’avais été impressionné par sa science et sa capacité à aller trouver sur le web depuis Google à peu près tout et notamment les dossiers les plus « secret » ou « confidentiel » !!! 😉

Benoit a également été le « Maître Capelo » du Challenge Sourcing #rmsconf en 2013 et 2014. Il imaginait alors les épreuves proposées aux participants pour identifier le meilleur Sourceur de France.

Je vous invite à découvrir sans plus attendre son approche scientifique et pragmatique du sourcing.

 

Qui es-tu ? Comment te qualifierais-tu ?

Un entrepreneur ! Après avoir travaillé de nombreuses années chez Publicis puis au sein du groupe Monster, j’ai créé ou lancé plusieurs start-up (Mobiljob, Oh my Job). En 2014 j’ai co-fondé la société ESTHER ELLIS. La société propose une solution de sourcing innovante qui contribue à professionnaliser les recruteurs sur la recherche de CV ou compétences sur l’Open Web. Elle est fondée sur la mise à disposition d’un logiciel et de services associés et notamment d’une veille stratégique sur les viviers. Un programme de formation sur le langage de Google complète cette offre.

En parallèle j’anime une communauté de recruteurs sur LinkedIn, tous clients d’ESTHER ELLIS.
J’essaye d’être un transmetteur : le partage de compétences et l’accompagnement renforce la proposition de valeur.

 

Quelle est ta définition du Sourcing ?

Au sens strict, ou en tous cas à l’origine, le sourcing est un terme utilisé par les services achats ou informatiques pour trouver des fournisseurs. Appliqué au RH il s’agit tout simplement de la recherche de candidats. Le sourcing n’est donc pas que numérique et les moyens traditionnels ne doivent pas être négligés.
En ce qui me concerne, le sujet qui m’intéresse c’est l’open web sourcing, c’est à dire la recherche de candidats sur les pages Web ou documents indexés par les moteurs de recherche. La multiplication des réseaux communautaires, des hébergeurs, des blogs, des forums ouvre un champ des possibles incroyables. Sourcer sur l’Open Web c’est chasser en haute mer !

Esther_Ellis___Un_logiciel_de_sourcing_unique_sur_marché_

 

Comment t’est venue cette passion/expertise ?

J’ai commencé à m’intéresser au sujet début 2009. A l’époque je participais au lancement d’un outil de gestion de candidatures qui avait intégré un module de recherche de profils sur les réseaux sociaux via Google. Nos clients recruteurs adoraient cette solution, nous avons creusé le sujet et cherché à comprendre et à améliorer les requêtes. Dès 2010 j’ai commencé à former les cabinets de recrutements et les chasseurs de têtes. Je n’ai pas fait un compte précis mais je pense avoir formé plus de 1000 recruteurs en 5 ans.

 

Quel est ton meilleur souvenir de Sourceur ?

Quand j’utilisais le web sourcing non pas pour trouver des candidats mais pour récupérer les portables des DRH que je souhaitais prospecter. Je me souviens qu’un jour, ayant des difficultés à joindre un recruteur, je l’appelle sur son portable personnel. Il me demande qui m’a donné son numéro personnel. Je lui répond que je l’ai trouvé sur le Web et que je pouvais apprendre à ses sourceurs les mêmes techniques pour trouver des candidats. Il ne m’en a pas tenu rigueur puisque qu’il est devenu client !

 

Le Sourcing est-il un art et si oui pourquoi ?

Non ! L’art n’est pas que de la technique. El Loco de Picasso ou un solo de Jimmy Hendrix sont de l’art ! Le sourcing n’est qu’un mélange de technique, de méthode et d’ingéniosité. Il faut démystifier le sourcing qui ne doit pas être réservé aux gourous et aux geeks. Tous les recruteurs peuvent devenir de bons sourceurs. Par contre développer un sourcing efficace au sein d’un service RH nécessite une organisation adéquate, une montée en compétence des équipes et la capacité à accompagner le changement. C’est une des clés qui va garantir une efficacité et à terme des économies d’investissement.

Benoît Bliard Challenge Sourcing #rmsconf 14 Finale

 

Qu’est-ce qui te plait le plus dans cette activité si particulière ?

J’ai tendance à considérer le sourcing comme un jeu même si c’est un métier sérieux qui exige beaucoup de professionnalisme et de rigueur. Cela s’approche parfois d’un travail de détective : identifier les sources cachées, trouver LE réseau communautaire sur lequel se retrouvent les candidats rares, la satisfaction de découvrir la liste des anciens d’une école sur un extranet mal protégé. Le sourcing ce n’est pas du hacking mais il arrive que l’on remonte des informations dites grises, c’est-à-dire qui ne sont pas censées être libres d’accès… et qui pourtant le sont !

 

Tu dois trouver un Ingénieur Java J2EE. Comment t’y prends-tu ?

Spontanément, j’irai d’abord chercher les CV formalisés sur des formats classiques Word, PDF ou Open Office qui se trouvent sur des blogs ou des pages personnelles. D’une part parce que le volume est important et que la requête est simple, d’autre part parce que c’est la garantie de récupérer l’ensemble des informations personnelles des candidats qui vont faciliter la prise de contact (portable, email).
Dans un deuxième temps, j’irai explorer les communautés d’experts. Elles sont de plus en plus nombreuses : Github, Stackoverflow, Bitbucket, Developpez.com. Elles nécessitent parfois un peu plus d’effort pour remonter les coordonnées des candidats mais c’est la garantie de toucher des candidats compétents et passionnés par leur job.
Et puis, bien sûr, la puissance de Linkedin fait de ce réseau une source incontournable pour ce type de profil.

 

Réseaux sociaux professionnels, bases de CV, Google … quelles sont les outils qui ont ta préférence et pourquoi ?

Google évidemment puisque c’est la porte d’entrée à tous les autres sites (à l’exception des jobboards). J’ai d’ailleurs une interrogation sur la capacité des Jobboards généralistes à affronter l’émergence et la multiplication de la concurrence des nouveaux acteurs qui devraient les inciter à réfléchir sur leur offre et leur modèle économique. J’ai évoqué il y a quelques années la démonétisation du CV et la question de sa valeur réelle. C’est un sujet de plus en plus d’actualité, les CV, compétences, expertises sont diffusés aujourd’hui à peu près partout sur Internet.
J’ai aussi un petit faible pour Doyoubuzz qui est le précurseur des hébergeurs de CV en France. D’abord c’est un acteur français (un peu de cocorico ne nuit pas), ensuite il regroupe un volume de CV intéressants avec tous les éléments permettant à un recruteur de faire une mise en relation rapide et efficace. Je ne suis pas convaincu qu’ils aient définitivement trouvé leur modèle économique mais le site existe depuis presque 8 ans et continue visiblement à se développer, à l’inverse d’autres acteurs vite apparus et vite disparus.

Esther_Ellis___Un_logiciel_de_sourcing_unique_sur_marché_ 2

 

Quel est ton petit outil secret ?

Je teste régulièrement les nouvelles applications de Chrome. J’utilisais beaucoup 360 Social ou People Graph qui permet d’identifier les traces numériques d’un candidat en regroupant tous les réseaux sur lesquels il était présent. Le problème de ces applications est qu’elles sont anglo-saxonnes et ne référencent donc bien souvent que des réseaux peu présents en France. La très grande majorité des candidats français ne sont ni sur Crunchbase, ni sur Foursquare ou Qora. En ce moment j’expérimente Prophet qui propose des fonctionnalités intéressantes.
Mais mon vrai outil secret est à la portée de tout le monde : c’est Google Alert qui permet de recevoir un email dès qu’un nouveau candidat apparaît sur le web ou fait une mise à jour de son profil ou de son CV. Dans un contexte de sur-sollicitation de certains candidats, être le premier à identifier un candidat qui se met en veille est un point crucial qui peut faire la différence.

 

Qu’est-ce qui fait la différence selon toi entre un bon et un mauvais sourceur ?

La curiosité, la veille et la technique. Les sites évoluent en permanence et il est nécessaire d’être toujours à l’affut des nouveaux sites ou des nouveaux outils. Sans ce travail de veille un sourceur peut vite se faire dépasser. Et puis la capacité à effectuer une approche efficace des candidats sourcés. L’identification est certes indispensable mais ce n’est que la partie amont du travail du recruteur ; la mise en relation est tout aussi importante. De plus en plus d’entreprises chassent elles-mêmes des candidats sans l’intermédiaire de professionnels et certaines d’entre elles reproduisent les mêmes discours que lorsqu’elles contactent un candidat qui a postulé à une offre. Or l’approche et la méthode doivent être adaptées. C’est particulièrement vrai pour les profils très sollicités.

 

Quel est le meilleur Sourceur que tu connaisses ?

Mon premier contact avec un expert du sourcing date de 2010 lorsque j’ai rencontré Dave Mendoza qui est un consultant US et qui a commencé à s’intéresser au sujet au milieu des années 2000. Mais ma référence en la matière c’est Irina Shamaeva (US). Elle a été la première a former les recruteurs aux techniques de sourcing sur l’Open Web et je suis avec beaucoup d’intérêt son groupe Boolean Strings sur Linkedin. Elle est peut-être à ce jour la meilleure connaisseuse de Google et de LinkedIn qu’elle maîtrise à la perfection.

Irina Shamaeva

 

Comment vois-tu évoluer le Sourcing dans les 5/10 prochaines années ?

Je n’ai pas de doute sur le fait que les techniques de sourcing via Google vont se répandre au sein des entreprises. La création de structures dédiées à ce sujet dans certains groupes du CAC 40 démontrent bien leur prise de conscience des enjeux de l’Open Web sourcing. Les recruteurs montent en compétence et ont une approche de plus en plus professionnelle et quasi-systémique du sourcing.
Le développement des nouveaux mode de contractualisation ne se limite pas au CDD ou CDI et va accentuer la professionnalisation du Sourcing. Une plus grande fluidité de l’offre et de la demande incitera les entreprises à faire baisser les coûts d’acquisition des compétences, or le « do it yourself » est un élément de maîtrise de ces coûts. C’est déjà le cas dans certains secteurs où l’on recrute des indépendants pour des missions parfois à longue durée comme l’informatique, certains métiers du consulting ou les métiers du graphisme par exemple.

 

Quel conseil donnerais-tu à une personne qui veut devenir un expert du sourcing ?

D’abord apprendre. On peut bien sûr devenir un expert du sourcing en autodidacte mais il est plus simple et plus rapide de s’appuyer sur des professionnels qui ont la compétence.
Mais aussi et surtout être ouvert et curieux. S’intéresser aux nouveaux réseaux, aux nouveaux sites, se remettre en question en permanence et avoir l’humilité de penser qu’il y a toujours un meilleur sourceur que soi et surtout qu’Internet ira toujours plus vite que vous !
Consulter régulièrement les blogs et les groupes existants qui traitent du sujet. www.booleanblackbelt.com par exemple est très complet. Il manque un peu de clarté dans la forme mais ils ont récemment fait des efforts dans la présentation.
Enfin je conseille de s’inscrire au groupe Boolean Strings d’Irina, précédemment citée C’est son blog qui a inspiré la Communauté Google Search que j’ai développé sur Linkedin.

 

Merci Benoit !

 
Je vous donne rendez-vous dès la semaine prochaine pour un nouveau portrait de Sourceur.

En attendant, je vous invite à découvrir les autres portraits publiés :

Le Sourcing par Guillaume Alexandre

Le Sourcing par Vincent Rostaing

Le Sourcing par Elodie Labrosse

Le Sourcing par Sylvain Lareyre

Le Sourcing par Sandrine Théard

Le Sourcing par Benoit Bliard

Le Sourcing par Hugues Truttmann

Le Sourcing par Michel Sarfati

Le Sourcing par Paul Mouchet

Le Sourcing par Nicolas Galita

Le Sourcing par Judith Tripard

Le Sourcing par Adrien Castagna

Le Sourcing par Jacques Mouelle Ndume

Le Sourcing par les Guichet (Caroline et Marc)

Vous pouvez également suivre cette série sur les médias sociaux et notamment Twitter avec le hashtag #ItwSourcing.

 

Jean-Christophe Anna
Suivez-moi !

Jean-Christophe Anna

Maitre Jedi de #rmstouch, Jean-Christophe est passionné par l'innovation et la prospective en matière d'Expérience Talent (Expérience Candidat et Expérience Collaborateur).
Auteur du livre "Recrutement : du Papier au Robot - 30 ans d'évolution de 1995 à 2025", il a créé l'événement #rmsconf en 2011.
Président de CREDIR Transition depuis son Burnout en 2015, il est avec Jean-Denis Budin à l'origine du concept de Qualité de Vie Globale (#QVG = Santé + #QVT + #QVHT).
Citoyen engagé, Jean-Christophe a lancé le site www.2017-2037.com et le Podcast #1vie1terre pour éveiller les consciences sur les véritables enjeux de notre monde.
Jean-Christophe Anna
Suivez-moi !