Le Sourcing par Guillaume Alexandre !
Par : Jean-Christophe Anna
0

Le Sourcing est clé, hautement stratégique … déterminant.

Savoir sourcer les meilleurs candidats est une véritable science, un art à part entière dans la palette du (très bon) recruteur.

Pour mieux connaître cette activité très particulière et les experts qui l’exercent avec talent et brio, je vous propose une série de portraits des meilleurs Sourceurs en France, en Europe et dans le Monde !

J’en ai identifié spontanément une vingtaine et grâce à chaque interviewé nous allons en découvrir d’autres. Vous retrouverez chaque semaine le portrait d’un Sourceur et vous pouvez également suivre cette série sur les médias sociaux et notamment Twitter avec le hashtag #ItwSourcing.

Hier, mercredi 9 décembre 2015, à partir de midi trente, j’ai adressé mes questions aux 10 premiers que je souhaitais interviewer. Et il m’ont répondu favorablement en un temps absolument record.

J’étais initialement parti pour publier aujourd’hui l’interview de Paul Mouchet, Technical Sourceur à l’origine de la cellule Sourcing de BNP Paribas. Il m’a en effet promis hier, à 15h10, qu’il allait s’y coller hier soir afin de m’envoyer ses réponses ce matin. Mais, il a finalement été coiffé au poteau, 27 minutes plus tard,  par l’incontournable Monsieur Sourcing (@Mr_Sourcing sur Twitter) en personne, Guillaume Alexandre.

Monsieur Sourcing Guillaume Alexandre sur Twitter

Quoi de plus logique finalement que de commencer cette belle série qui s’annonce par le Chef d’orchestre du Challenge Sourcing de la dernière édition de #rmsconf le 13 octobre 2015.

 

Bonjour Guillaume. Qui es-tu ? Comment te qualifierais-tu ?

Je suis Guillaume Alexandre, j’ai 34 ans, je suis français et j’habite à Genève depuis 2006. Je suis dans le recrutement depuis 10 ans et j’ai créé ma propre agence, Gates Solutions, il y a maintenant bientôt 5 ans.

Guillaume Alexandre

Je me qualifie tout simplement comme un sourceur. Je trouve des gens. Je suis celui dont on n’attend pas forcément l’appel mais qui propose des postes qui font réfléchir. Dans une certaine mesure, je change la vie des candidats et c’est très gratifiant.

Gates Solutions Qui sommes nous ?

 

 

Quelle est ta définition du Sourcing ?

La définition officielle c’est : identifier/ qualifier et contacter des professionnels dans le but de leur proposer une opportunité.

Je vois le sourceur actuel comme un chasseur, à l’inverse du pêcheur. Le pêcheur pose son filet (son annonce) et attend que le candidat vienne. Le sourceur va le dénicher, le trouver, le contacter. Le sourceur n’attend pas que l’on vienne à lui, il va vers l’autre.

 

Comment t’est venue cette passion/expertise ?

Assez naturellement en définitive. J’ai commencé le sourcing lorsque j’étais spécialisé sur SAP. Plusieurs grands groupes Suisses démarraient leurs projets et il n’y avait aucune population locale, aucune société formant des consultants SAP. La Suisse ne faisant pas partie de l’Union Européenne, les annonces que je pouvais passer étaient en « hors Union Européenne » coincées entre le Swaziland et la Syria, aucun candidat ne postulait.

Le booléen c’était bien mais bon… what’s next ?

J’ai commencé à me renseigner sur Internet, j’ai découvert une communauté de sourceurs, principalement aux US, j’ai lu des blogs et je suis allé en 2013 au Sourcing Summit Europe (#SosuEurope) à Amsterdam et là, un monde s’est ouvert devant moi.

SOSU_EUROPE___Sourcing_Summit_Europe

J’ai rencontré des fous, tout comme moi, un peu geeks sur les bords et passionnés par les techniques innovantes. J’ai appliqué quelques recettes et ça a marché, j’ai donc foncé.

Je recrute maintenant tout type de profil à partir du moment où je suis convaincu que c’est une vraie opportunité pour les candidats et que c’est complexe à trouver.

 

Quel est ton meilleur souvenir de Sourceur ?

Quand on pense sourcing, on pense souvent internet, web et c’est vrai que c’est important. Mon meilleur souvenir est offline. Je devais recruter un « Ethical Hacker » pour un client Suisse, il y avait peu de monde en ligne, les hackers sont souvent méfiants. J’ai chassé dans une société spécialisée et le lendemain, mon propre site avait été hacké, coïncidence ?

Capture_d'écran_09_12_15_21_28

Par chance, la semaine suivante, il y avait la « nuit du Hack » à Genève. Je me suis dit, quoi de mieux qu’un regroupement de hackers pour en trouver un ? Nous avons donc imprimé des petits flyers, avec des QR codes renvoyant vers les postes et on est rentré dans la salle à 20h en se faisant passer pour des passionnés d’informatique qui voulaient découvrir.

On a passé la soirée au bar, à discuter tranquillement avec des hackers d’Europe qui nous demandaient ce que nous faisions là. On a discrètement distribué nos flyers et on a fini par se faire sortir manu militari par les organisateurs mais qu’est-ce qu’on a ri !

Nuit du Hack Genève par www.pierreabensur.com

(Crédit Photo : www.pierreabensur.com)

 

Le Sourcing est-il un art et si oui pourquoi ?

J’ai trop de respect pour les artistes pour me qualifier comme tel. Le sourcing c’est surtout un état d’esprit : penser différemment, réfléchir et trouver des solutions, être constamment les oreilles et les yeux ouverts pour découvrir les nouveaux outils, les utiliser et choisir les meilleurs.

 

Qu’est-ce qui te plait le plus dans cette activité si particulière ?

Cela va paraitre simpliste mais ce que je préfère c’est recevoir un email  d’un candidat qui me dit, quelques mois après avoir commencé son nouveau job, que j’ai changé sa vie, qu’il adore son nouvel employeur et que sa famille est heureuse. Sourcer n’est qu’une étape, aussi essentielle soit elle, d’un process de recrutement.

Gates Solutions Accompagnement

 

Tu dois trouver un Ingénieur Java J2EE. Comment t’y prends-tu ?

Tu veux connaître toutes mes techniques c’est cà ?? lol

Java J2EE c’est assez classique, il y a quand même du monde sur ce marché donc avant de commencer à chasser, je pêche, je pose une annonce, on sait jamais.

Après, je fais le tour des CVthèques (et là il faut maitriser parfaitement la magie du booléen), je récupère tous les CVs qui m’intéressent et je les mets dans un grand pot. Je vais utiliser ensuite quelques Google Custom Search Engines que j’ai créés pour remonter tous les profils type CV (comme doyoubuzz) et je mets dans mon pot magique. Tous ces profils sont disponibles et j’ai les coordonnées, pourquoi aller chercher plus loin ? Ensuite, je fais le tri.

Si ça marche pas, je commence à sortir les armes, c’est parti pour les réseaux sociaux professionnels et là tout est dans le marketing. Approcher les bons, avec la bonne accroche, pile le bon mot, une pincée d’humour. Faire sourire est la meilleure manière de briser la glace. Créer le petit truc qui va faire « Je cherche pas de job mais lui il a l’air sympa, je vais faire sa connaissance et si il en ressort quelque chose qui m’intéresse, tant mieux »

Capture_d'écran_09_12_15_21_41

Si je n’ai toujours pas trouvé, je sors l’artillerie lourde, je détecte les traces sur internet qui gens qui pourraient connaitre quelqu’un qui pourrait faire le job. Je passe au mass scraping, au recoupage de données mais c’est très chronophage, il fait vraiment que ce soit nécessaire.

L’important, ce de ne pas oublier d’être fainéant, ou disons donc plutôt efficace. Pourquoi utiliser des techniques couteuses en temps si il y a des personnes identifiables qui ont gentiment mis leurs coordonnées ? Keep it simple.

 

Réseaux sociaux pro, bases de CV, Google …quels sont les outils qui ont ta préférence et pourquoi ?

Ils ont tous leur place, c’est la combinaison de ces techniques, leur utilisation au bon moment qui va amener l’efficacité. Mais c’est sûr que tout ce que fait Google pour indexer Internet est absolument exceptionnel, quand on sait chercher, on finit toujours par trouver.

 

Quel est ton petit outil secret ?

Ca change tous les mois ! En plus c’est un peu technique, cela risque d’endormir les lecteurs de l’interview.

Capture_d'écran_09_12_15_21_34

En ce moment, je m’amuse comme un petit fou en utilisant le scraping d’adresse emails et en les réintégrant dans LinkedIn recruiter via Talent pipeline. Cela permet de sortir des profils qui ont marqué uniquement « développeur » et savoir par défaut qu’ils sont bien développeur sur la technologie que je cherche, avec l’expérience qui m’intéresse etc. LinkedIn, c’est l’Océan Pacifique il ya plein de poissons, certains sont faciles à attraper et n’importe qui peut le faire. J’aime bien ceux qui sont cachés, ils sont souvent très bons. 😉

 

Qu’est-ce qui fait la différence selon toi entre un bon et un mauvais sourceur ?

J’ai presque envie de dire que maitriser les techniques du sourcing c’est bien mais si on ne sait pas parler à un candidat, cela ne sert à rien. Derrière les profils, il y a des humains, des gens avec une histoire à raconter. Il faut leur donner envie de vous parler, ne pas être un spammeur de jobs, s’intéresser à eux et ensuite les écouter. Tous les sourceurs bien formés peuvent identifier les profils, cela n’en fait pas des candidats motivés pour autant.

Le bon sourceur est un peu geek, toujours les oreilles en alerte pour de nouvelles choses, très orienté marketing, il travaille constamment son discours.

Capture_d'écran_09_12_15_21_38

 

Quel est le meilleur Sourceur que tu connaisses ?

J’ai quelques références absolues, Glen Cathey (US) pour la partie Booléen, Irina Shamaeva (US) pour LinkedIn et Balazs Paroczay (HUN) pour Facebook.

Si je devais élire le meilleur sourceur du monde, pour moi c’est Irina Shamaeva. Elle réfléchit vraiment différemment, constamment à la recherche de nouveauté, elle maitrise Google à un niveau incroyable et sait exploiter toutes les failles de LinkedIn. J’ai énormément appris grâce à elle.

Capture_d'écran_10_12_15_09_17

 

Comment vois-tu évoluer le Sourcing dans les 5/10 prochaines années ?

En toute sincérité, je vois une évolution vers un sourcing simplifié, automatisé, internalisé et despotique.

Simplifié : Le nouveau moteur interne de Google indexe mieux les recherches booléennes simples que les complexes. Google va interpréter mieux les requêtes, ressortir des résultats plus pertinents avec des recherches plus simples.

Automatisé : Les agrégateurs balbutient mais arriveront forcément ceux qui réussiront à rendre automatique ce que nous faisons à la main. Vous entrerez une descriptif de poste et la machine saura trouver les profils sur tout le web (réseaux sociaux, Google, Facebook, Twitter), et vous donner une liste de profils qui seront notés en fonction de la pertinence des compétences, des qualités interpersonnelles et même de la probabilité qu’ils soient à l’écoute du marché (si quelqu’un a passé 2 ans par poste et que cela fait presque 2 ans qu’il est dans ce poste.. cqfd).

Internalisé : Les grandes sociétés auront des sourceurs en internes, qui sauront identifier par eux même les profils dont leur société a besoin. Ils pourront travailler main dans la main avec la marque employeur. Après tout le sourceur c’est le tout premier contact d’une entreprise avec son futur collaborateur et on n’a qu’une chance de faire une première bonne impression.

Despotique : Si ces outils (agrégateur, simplification Google) arrivent, et je suis convaincu qu’ils arrivent, tout le monde va les utiliser, c’est logique. Derrière il y aura des algorithmes et non des humains donc les personnes ayant un joli parcours parfait vont ressortir en premier, c’est mathématique. Les personnes ayant un parcours plus atypique ressortiront systématiquement très loin dans les recherches et quel meilleur endroit pour cacher un cadavre qu’en page 10 des résultats Google ? Personne n’y va jamais.

 

Quel conseil donnerais-tu à une personne qui veut devenir un expert du sourcing ?

Je lui dirais d’être curieux, d’apprendre les techniques mais surtout de ne jamais oublier que nous recrutons des personnes, que notre travail impacte les vies professionnelles et donc personnelles des candidats et qu’il faut écouter. On a peut-être un poste à « vendre » mais ce n’est pas du tout B2B ou B2C, c’est du H2H, Human to Human.

 

Merci Guillaume !

 
Je vous donne rendez-vous dès la semaine prochaine pour un nouveau portrait de Sourceur.

En attendant, je vous invite à découvrir les autres portraits publiés :

Le Sourcing par Guillaume Alexandre

Le Sourcing par Vincent Rostaing

Le Sourcing par Elodie Labrosse

Le Sourcing par Sylvain Lareyre

Le Sourcing par Sandrine Théard

Le Sourcing par Benoit Bliard

Le Sourcing par Hugues Truttmann

Le Sourcing par Michel Sarfati

Le Sourcing par Paul Mouchet

Le Sourcing par Nicolas Galita

Le Sourcing par Judith Tripard

Le Sourcing par Adrien Castagna

Le Sourcing par Jacques Mouelle Ndume

Le Sourcing par les Guichet (Caroline et Marc)

Vous pouvez également suivre cette série sur les médias sociaux et notamment Twitter avec le hashtag #ItwSourcing.

 

The following two tabs change content below.
Maitre Jedi de #rmstouch, Jean-Christophe est passionné par l'innovation et la prospective en matière d'Expérience Talent (Expérience Candidat et Expérience Collaborateur). Auteur du livre "Recrutement : du Papier au Robot - 30 ans d'évolution de 1995 à 2025", il a créé l'événement #rmsconf en 2011. Président de CREDIR Transition depuis son Burnout en 2015, il est avec Jean-Denis Budin à l'origine du concept de Qualité de Vie Globale (#QVG = Santé + #QVT + #QVHT). Citoyen engagé, Jean-Christophe a lancé le site www.2017-2037.com et le Podcast #1vie1terre pour éveiller les consciences sur les véritables enjeux de notre monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *