Je n’ai pas encore eu le plaisir de rencontrer Vincent, mais j’ai apprécié la façon dont il m’a interpellé à l’occasion de l’une des premières interviews de cette série en me faisant comprendre clairement qu’il aimerait/mériterait d’en faire partie. Comme je n’ai pas la prétention de connaître tous les bons sourceurs de France, je me suis laissé séduire. Autant vous dire qu’à la vue de ses réponses, je ne suis vraiment pas déçu de lui avoir fait confiance ! 😉

Le souhait de Vincent était que je présente son interview sous un angle disruptif. Inutile selon moi, son engagement militant au sein de l’association « Les Hacktivateurs » et ses réponses sont on ne peut plus parlants, non ?

Qui es-tu ? Comment te qualifierais-tu ?

Pour résumer, je suis chasseur de têtes depuis plus d’une dizaine d’années. Concrètement, le cœur de mon activité consiste aujourd’hui à adresser les besoins de mes clients sur des problématiques organisationnelles ponctuelles (des missions sur des fonctions cadres), mais je réalise également environ une demi-douzaine de chasses pour pourvoir à des besoins pérennes (essentiellement sur des postes de management et/ou des profils d’experts).
Pour me qualifier, je dirais que je suis un touche-à-tout très orienté vers les nouvelles technologies, développeur à mes heures et fervent défenseur du libre et des distributions GNU/Linux.

Vincent_Garcia___LinkedIn

J’ai commencé à travailler en Angleterre comme administrateur réseau pour une grande banque, puis comme conseiller technique auprès d’une startup qui développait une méthode d’apprentissage accéléré des langues basée sur la PNL et l’hypnose Ericksonienne.
De retour en France, j’ai rapidement valorisé mes acquis en intervenant au sein d’un grand cabinet de recrutement parisien sur les volets évaluation, formation et suivi de la formation en mettant en place plusieurs outils maisons que l’on m’a laissé le soin de développer. De fil en aiguille, j’ai rapidement participé au développement des outils de sourcing et suis finalement passé du côté des « chasseurs », rôle que je n’ai plus quitté depuis.

Vincent_Garcia___LinkedIn 2

 

Quelle est ta définition du Sourcing ?

Pour moi, « sourcer », c’est savoir utiliser tous les outils/méthodes/moyens disponibles pour identifier ses cibles et en inventer de nouveaux quand ceux-ci ne produisent pas les résultats attendus. Le sourcing implique donc une remise en question permanente en termes d’outils et de moyens pour arriver à ses fins. Bien sûr, il est possible et même souhaitable d’établir une méthodologie dédiée à chaque outil, mais très souvent, il faut savoir « hacker » les outils et processus existants pour identifier la perle rare.
Par ailleurs, même si l’aspect technique est très important, il me semble que sans une connaissance très fine du secteur et des métiers sur lesquels on travaille, on n’arrivera jamais à rien. En d’autres termes, on ne trouve rien si l’on ne sait pas, ou si l’on ne comprend pas ce que l’on cherche.

 

Comment t’est venue cette passion/expertise ?

Quand j’ai commencé à apprendre mon métier de chasseur, j’ai d’abord eu la chance de recevoir l’héritage et la méthodologie des plus anciens collaborateurs de mon cabinet. Ils m’ont donné le goût de la chasse et appris à développer ma connaissance de différents secteurs, des acteurs qui les animent et de leurs métiers. Ils m’ont appris à reconstruire les organigrammes des sociétés ciblées et inculqué l’importance d’entretenir une relation de proximité avec un réseau de qualité. Un travail passionnant s’apparentant beaucoup au métier de détective privé et qu’ils savaient alors faire sans autres outils qu’un téléphone, un stylo, un papier et beaucoup d’ingéniosité.

Vincent_Garcia___VincentGarciaPM____Twitter 3
L’arrivée tonitruante de l’outil informatique dans le métier m’a conforté dans mon choix et mon côté « techos » a ainsi librement pu s’exprimer et m’a permis d’optimiser la méthode et l’utilisation de nouveaux outils « en surfant » sur la montée en puissance d’internet, des réseaux sociaux, et ainsi profiter de l’émergence de nouveaux moyens.

J’ai naturellement eu envie de « challenger » les process existants et montrer qu’avec de nouveaux outils et une approche plus moderne, on pouvait faire la même chose que nos glorieux prédécesseurs, mais beaucoup plus vite et parfois même mieux.

 

Le Sourcing est-il un art et si oui pourquoi ?

Fondamentalement non. Ériger une compétence technique au rang d’art, je trouve ça un peu exagéré. Un art a ses codes, ses règles, ses conventions et relève aussi beaucoup du talent et du don.
Le sourcing, à mon sens, est avant tout un savoir-faire que l’on développe par l’expérience et l’erreur. Il faut oser, se tromper et recommencer. Il faut savoir innover et on n’innove pas sans sortir des sentiers battus. On peut parler d’une forme de créativité, d’expérimentation et de beaucoup d’ingéniosité.
Comme le rappelait fort justement Glen Cathey, éminent spécialiste en la matière : Si un sourceur a bien un talent, celui-ci ne relève pas d’un art ou d’un don mais réside dans sa capacité à savoir trouver des solutions aux problèmes qui lui sont posés. En somme, des qualités que l’on retrouve dans un grand nombre de métiers.

Vincent_Garcia___VincentGarciaPM____Twitter 5

 

Qu’est-ce qui te plait le plus dans cette activité si particulière ?

Ce qui me plait le plus c’est le challenge. Le fait de devoir, pratiquement à chaque fois, me remettre en question et chercher de nouvelles solutions. Par exemple, un client m’appelle et a besoin d’un médecin comme co-pilote pour participer à un rally raid : départ dans 72h et son co-pilote s’est désisté. On cherche qui, quoi, où, comment ? Hôpitaux ? Clubs de golf ? Bars chics ? LinkedIn ??? Il faut trouver. C’est une activité presque enivrante qui vous donne l’impression que vous ne faites jamais la même chose. Si tant est que vous ne soyez pas enfermé dans des processus et une méthodologie imposés…

 

Tu dois trouver un Ingénieur Java J2EE. Comment t’y prends-tu ?

Je dirai presque comme une boutade que le problème n’est pas de le trouver mais de le convaincre d’accepter le poste qu’on lui propose.
Techniquement, c’est un type de profil assez facilement identifiable, mais par acquis de conscience, j’utilise tous les canaux possibles : réseaux directs et indirects, recherche avancée Google (can you speak boolean ?), CVthèques, forums et communautés en ligne (ah ! la communauté des moddeurs sur le jeu minecraft…), ciblage d’événements autour de ce métier et présence physique à ces événements (oui, c’est important d’aller sur le terrain pour créer une relation de confiance), et bien entendu, je tente de rentrer discrètement dans les entreprises où l’on trouve ces profils et ensuite, on discute !

 

Réseaux sociaux professionnels, bases de CV, Google … quels sont les outils qui ont ta préférence et pourquoi ?

Je n’ai véritablement aucune préférence. Je me sers au quotidien de tous ces outils. Je pourrais parler des dizaines de Custom Search Engine Google que j’ai créés ou des trucs et astuces pour sourcer sur facebook, stackoverflow, github, badoo, meetic (!)…
Chaque outil a ses avantages et est plus ou moins adapté à une recherche donnée. Le tout est de parvenir à créer rapidement un échange avec la « cible ». Le téléphone me semble à ce titre plutôt indispensable mais, encore une fois, la finalité c’est de créer un lien qui permette d’avoir un réseau qualifié sur lequel on pourra s’appuyer pour toutes les recherches à venir.

 

Quel est ton petit outil secret ?

Vincent_Garcia___VincentGarciaPM____Twitter 2

Ah… le petit outil secret… La pinte de bière ? Le thermos de café ? Comment ça, ça ne compte pas ? Un sourire ravageur ? Bon ok, ok, je vais rester technique. Récemment, un certain Nicolas Galita (vous pouvez « googler ») m’a fait découvrir une petite extension pour Google chrome qui s’appelle sidekick. Elle avait échappé à mes radars ! Pas vraiment un outil de sourcing en soi, mais elle permet de savoir, en temps réel, quand la personne à qui vous avez envoyé un mail l’a ouvert. Un excellent moyen de l’appeler « au bon moment » !

 

Qu’est-ce qui fait la différence selon toi entre un bon et un mauvais sourceur ?

Comment dire… Le mauvais sourceur va sur les CVthèques, fait des recherches Google plus ou moins avancées avec plein de booléens, appelle beaucoup de candidats, passe des annonces sur l’APEC ou Cadremploi… et c’est réellement un mauvais sourceur ! C’est même un mauvais recruteur ! Bon, je ne vais pas vous refaire le sketch des inconnus. Concrètement, le bon sourceur a très bien compris ce qu’il cherchait (j’en reviens à la connaissance sectorielle et métier) alors que le « mauvais » n’a qu’une idée approximative de sa cible (qui s’arrête bien souvent à la compréhension qu’il a du cahier des charges ou de la définition de fonction qu’on lui a transmis). Au final, et c’est le point le plus important, le bon sourceur sait se réinventer et innover dans son approche.

Vincent_Garcia___VincentGarciaPM____Twitter 4

 

Quel est le meilleur Sourceur que tu connaisses ?

Je trouve un peu prétentieux de juger et classer mes pairs. Je pense qu’on peut apprendre de tout le monde y compris de ceux dont on s’y attend le moins (femme, enfants, entourage…).
Je suis convaincu qu’il y a un grand nombre de sourceurs dont on n’entendra jamais parler et qui sont sûrement extrêmement pointus dans leur approche du sourcing.
En tout cas, les meilleurs sourceurs que je connaisse sont ceux qui ont compris qu’on a tous tout à gagner à mutualiser les savoirs. Ils se reconnaîtront, où qu’ils soient en France et dans le monde !

 

Comment vois-tu évoluer le Sourcing dans les 5/10 prochaines années ?

Le sourcing tel qu’on le définit aujourd’hui aura disparu. La recherche booléenne Google, ainsi que les nombreuses autres techniques qui permettent l’identification de profils sur internet et les réseaux sociaux n’auront probablement aucune valeur ajoutée. Je vois déjà émerger des outils très puissants basées sur l’agrégation des données (le Big Data) : Watson d’IBM, Talent Wunder, Little Big Job… Nous vivons un véritable changement de paradigme. Dans 5 à 10 ans, les Y ou Millennials seront aux commandes du navire et les Z ne seront pas loin derrière. Quand je vois mes enfants connectés à des copains aux 4 coins du monde comme si c’était la chose la plus naturelle qui soit à leurs âges, je me dis que oui, beaucoup de choses vont changer !
Le sourcing se résumera alors à ce qu’il devrait être en essence : la capacité à identifier les bonnes cibles au-delà d’un outil ou d’une technique particulière.
Nous serons vraisemblablement tous plus ou moins connectés les uns aux autres d’une manière très horizontale. Le rôle d’intermédiaire s’en verra largement transformé et si les acteurs de ma corporation ne se sentent pas menacés, ils le devraient ! Et ils auraient tout intérêt à revoir très rapidement leur modèle d’affaire ! Seuls ceux qui pourront justifier d’une véritable valeur ajoutée dans le processus de recrutement resteront. Les autres devront se chercher un autre job…

 

Quel conseil donnerais-tu à une personne qui veut devenir un expert du sourcing ?

Je lui dirai de ne surtout pas considérer que le sourcing est un métier en soi. Les outils et méthodes d’hier nous font aujourd’hui sourire et nous semblent bien désuets. Il en sera de même demain pour ceux que nous utilisons aujourd’hui.
S’il veut vraiment se dédier au sourcing et à en faire son métier, je l’inviterai surtout à s’inventer un modèle d’affaire où le sourcing sera simplement un moyen parmi d’autres d’arriver à une fin. Cette fin étant le service qu’il offre en échange d’une rémunération.

 

Merci Vincent !

les_Hacktivateurs___hacktivateurs____Twitter 2

 

Je vous donne rendez-vous dès la semaine prochaine pour un nouveau portrait de Sourceur.

En attendant, je vous invite à découvrir les autres portraits publiés :

Le Sourcing par Guillaume Alexandre

Le Sourcing par Vincent Rostaing

Le Sourcing par Elodie Labrosse

Le Sourcing par Sylvain Lareyre

Le Sourcing par Sandrine Théard

Le Sourcing par Benoit Bliard

Le Sourcing par Hugues Truttmann

Le Sourcing par Michel Sarfati

Le Sourcing par Paul Mouchet

Le Sourcing par Nicolas Galita

Le Sourcing par Judith Tripard

Le Sourcing par Adrien Castagna

Le Sourcing par Jacques Mouelle Ndume

Le Sourcing par les Guichet (Caroline et Marc)

Le Sourcing par Sophie Guenat

Sourcing by Irina Shamaeva

Le Sourcing par Pierre Cannet

Vous pouvez également suivre cette série sur les médias sociaux et notamment Twitter avec le hashtag #ItwSourcing.