#rmsconf

#rmsconf
Travail ou Emploi ? Le Salariat fera-t-il de la résistance ? (par Frédéric Mischler – #rmsconf 2018)
Par : Frédéric Mischler
0

« … tu sais quoi ?… Je rêve du jour, où plus personne ne parlera de « Valeur Travail »… et je me dis que ce jour là,… enfin…, nous aurons basculé dans une nouvelle ère ! »

Adrien fut stupéfait par les propos de Guy… « Euh… comment ça ? Mais c’est justement parce qu’aujourd’hui, de moins en moins de personnes ont cette « Valeur Travail », que nous avons tant de mal à trouver des candidats motivés pour travailler chez nous ! »

Guy le regarda un instant, voulut contre argumenter, mais se ravisa… Combien de fois déjà, avait-il échangé des personnes, qui comme Adrien, étaient ancrées dans cette même croyance ?… En fait, bien trop à son goût… Il préféra lui poser une question : « As-tu déjà entendu André Comte-Sponville sur ce sujet de la Valeur Travail ? »

 

« Non,… ça ne me parle pas… »

«… et bien, dans les grandes lignes, il démontre que le Travail, en soi, n’est pas une Valeur morale… l’Amour ou la Générosité sont des Valeurs morales… mais le Travail lui, n’en est pas une… Une Valeur, cela n’a pas de prix, on ne paye pas pour l’Amour ou pour la Générosité de quelqu’un… »

« Ouais ok, je vois,… contrairement au Travail que l’on rémunère… humm »

« Exactement… si une entreprise arrête de payer ses salariés, ils ne vont pas continuer à travailler bien longtemps !… »

« et oui,… et tout Travail mérite salaire !… comme on dit… » lança comme par reflexe Adrien, tout en arborant un large sourire…

Un sourire qui s’estompa bien vite, quand Emilie lui rétorqua : « Sauf que ce n’est pas totalement vrai… ok, tout Travail mérite salaire… ça c’est dans le monde du Salariat et du Business,… par contre dans le monde du bénévolat par exemple, ce n’est pas le cas !… Il y a même à l’inverse dans les associations, des bénévoles, qui réalisent des activités, qui ne sont ni plus ni moins que du Travail… et pourtant elles ne demandent pas à être payées ! »

« … tu as totalement raison… et quand on y pense, vous ne trouvez pas ironique, que ces bénévoles,… non seulement ils travaillent pour autre chose que pour de l’argent, mais qu’en plus, ils payent généralement pour le faire, par une cotisation pour être membres de l’association ?! » renchérit Guy…

Cette discussion plongea Adrien en pleine réflexion… Il pensait aux collaborateurs de l’entreprise dans laquelle il travaillait, et qui comme lui, étaient salariés… Il pensait à toute cette énergie qu’il mettait en œuvre en tant que RRH, pour chercher à les engager,… tout ce temps consacré à trouver comment développer leur motivation… Tout ça pour quoi ?… Une situation qui n’évoluait guère,… et dans laquelle il ne trouvait pas comment parvenir durablement à développer l’engagement de ses comparses salariés. Qui plus est, une situation dans laquelle, quels que soient leurs niveaux d’engagement et de contributions, ils étaient de toutes manières rémunérés à l’identique à la fin de chaque mois !… A l’idée que certains de ses salariés insuffisamment motivés, pour ne pas dire désengagés au quotidien, devaient en effet potentiellement être tout à l’inverse autrement plus engagés, dans l’une ou l’autre association durant leurs week-end,… cela le rendait véritablement perplexe… et comble du comble… ils n’étaient même pas payés pour cela !…

 

Cette soudaine prise de conscience amena Adrien vers une seconde… : « et s’il y avait un bug à la source du système ?… Et si en fait il cherchait à faire son job de RH, en visant notamment à contribuer au développement de l’engagement des collaborateurs, dans un système dont les fondamentaux n’étaient pas conçus pour cela ? »… L’espace d’une seconde une image envahit son esprit… il se perçu tel Don Quichotte s’agitant vainement dans un espace-temps particulier, celui du Salariat… et fonçant bille en tête contre des moulins à vent…

Jusque là, Adrien ne s’était jamais interrogé sur le modèle du Salariat en tant que tel. Il était né dans un monde où la très grande majorité des actifs de son entourage étaient salariés. On lui avait préconisé de faire des études, les plus abouties possibles, pour ne pas risquer d’être au chômage, ce qu’il avait fait. Puis, comme la très grande majorité de ses congénères, il s’était mis en quête d’un emploi salarié, si possible le plus rapidement en CDI, pour ne pas avoir à recommencer à rechercher…

Perdu dans ses pensées, Adrien avait laissé filé la conversation entre Emilie et Guy,… Un coup de klaxon au loin dans la rue, remmena son attention à cette table en terrasse, où tous les trois s’étaient retrouvés en cette belle fin de journée ensoleillée,… Histoire de boire un verre, garder le lien, prendre des news des uns et des autres, et… tant qu’à faire… parler RH entre RH…

« Ça va Aurélien ? » demanda Emilie, en le regardant et tout en portant son verre à ses lèvres…

« Oui, très bien, j’étais en train de penser à tout cela… au Travail, à la motivation à travailler… au Salariat… Tiens d’ailleurs Emilie, toi qui est passée de DRH salariée à Consultante RH en freelance… avec le recul, qu’est-ce que tu en penses du Salariat ?… Tu te vois reprendre un job salarié un jour ?… »

Emilie adressa un sourire amusé à Aurélien… « En fait, je suis toujours salariée… »

 

« Euh, comment ça ?… »… Aurélien ne comprenait pas, il savait qu’Emilie avait maintenant développé depuis quelques années sa propre activité en tant que Consultante et Formatrice RH indépendante… et à sa connaissance, elle n’avait pas arrêté récemment pour reprendre un poste de RH en entreprise…

« Et bien en fait, lorsque j’ai développé mon projet de créer ma propre activité il y a 3 ans, j’étais partie en mode entrepreneurial, à me poser comme beaucoup, des questions sur les statuts de ma future structure, à identifier les différentes possibilités qui s’offraient à moi, et tout et tout… et puis par le plus grand des hasards j’ai découvert l’existence de ce que l’on appelle les Coopératives d’Activité et d’Emploi… Cela te parle ? »

« Euh, non… c’est quoi ? »

« Et bien pour faire simple, disons que c’est une Entreprise en mode Coopérative, qui permet à chacun de développer individuellement son propre business, tout en étant salarié de l’entreprise… Au quotidien je suis dans une dynamique entrepreneuriale, j’établis mes devis, mes factures avec le nom et le logo de mon activité via les outils de gestion de la coopérative,… et en même temps, je bénéficie à la fois des avantages du Salariat, sans les inconvénients »

« C’est à dire ? »

« Et bien, je suis totalement autonome et responsable de mon activité, de mon chiffre d’affaire, je n’ai pas de chef, je ne suis pas dans une logique de lien de subordination, j’ai des dizaines de collègues salariés de la Coopérative d’Activité et d’Emploi,… Nous avons régulièrement des réunions et moments d’échanges, ce qui nous permet d’apprendre à mieux nous connaître, à développer des collaborations fondées sur nos complémentarités d’expertises et nos affinités… »

« Ah ouais, autrement dit vous avez la possibilité de travailler ensemble, sur les projets qui vous branchent, et avec qui vous le souhaitez, quand vous le souhaitez ? »

« Oui, c’est exactement ça ! »

« Et pour ta rémunération ? »

« Et bien, au fur et à mesure du développement de mon activité et de la visibilité de trésorerie que j’avais, nous avons défini avec l’équipe de gestion de la Coopérative le montant de mon salaire mensualisé »

« Et donc,… Il y a un service RH ? »

« En fait, c’est là que c’est intéressant, comme dans toute entreprise, nous avons des pratiques RH et légales, comme les entretiens professionnels, des avantages sociaux comme de l’intéressement,… Par contre nous n’avons pas besoin de RH pour gérer par exemple de quelconques conflits interpersonnels, ou de travailler sur l’engagement ou la motivation des collaborateurs… puisqu’en fait chacun d’entre nous au sein de la coopérative est naturellement motivé et engagé… puisque sa rémunération résulte de sa propre activité… »

« ça paraît dingue ! ça existe depuis quand ce type d’entreprise ? »

« En fait, ce qui est dingue, c’est que ce concept des Coopératives d’Activité et d’Emploi existe à ma connaissance depuis bien plus de 15 ans en France… et qu’il doit bien y en a avoir largement plus d’une centaine aujourd’hui,… »

Guy renchérit… « et ce que je trouve particulièrement intéressant dans ce que tu nous dis Emilie,… C’est qu’en quelque sorte, il s’agit d’entreprises dont la finalité n’est pas le profit, mais d’accompagner chacun de ses salariés… entrepreneurs à réussir… » 

 

« Oui, je ne l’aurais pas mieux dit, en tout cas c’est comme ça que je le vis… et pour refaire le lien avec notre discussion précédente, et aller dans ton sens Guy, je te confirme que nous ne sommes pas les uns et les autres animés par une quelconque Valeur Travail… en fait, pour vous partager mon expérience, cela m’a même plutôt permis au contraire, de me reconnecter à la Valeur de mon Travail, à ma propre Valeur »

« Géant ! » s’exclama Guy… « Voilà à mon avis l’un des problèmes majeur du salariat tel que nous le connaissons dans la majorité des entreprises, nous y perdons de vue la juste Valeur du Travail réalisé, et les salariés eux-mêmes ne développent pas leur conscience de leur propre Valeur… »

Adrien n’était pas certain de suivre le fil de pensée de Guy… « Que veux-tu dire ? Les salariés ne développent pas la conscience de leur propre Valeur ? »

« Et bien dans une majorité de cas, j’ai le sentiment que les Salariés s’identifient à leur titre, dans leur entreprise… : Bonjour, je suis MachinBidule, et je suis Responsable TrucMuche chez Duchmol, et quand pour différentes raisons ils se retrouvent au chômage, et quand j’échange avec certains, plutôt que de se projeter sur ce qu’ils recherchent, sur leurs spécificités,… ils commencent par m’expliquer qu’est-ce qu’ils étaient… qu’ils étaient Responsable TrucMuche chez Duchmol… un peu comme si c’était leur titre qui leur donnait de la Valeur,… et quand ils ne l’ont plus, il leur est particulièrement difficile de se connecter à leur véritable Valeur,… à identifier concrètement leurs compétences, leurs Talents,… et à en parler…»

« Oui, je vois maintenant ce que tu veux dire… et cela me fait penser aux Développeurs Freelances, qui eux à l’inverse ont à l’heure actuelle une conscience ou une confiance dans leur Valeur bien plus développée ! »

« A la différence près, que je pense que les Développeurs Salariés, ont également bien conscience aujourd’hui de leur Valeur sur le marché du Travail »… compléta Emilie…

 

Guy et Adrien sourirent, tout en exprimant par leur non verbal, qu’ils partageaient le constat…

 

 

Adrien rebondit…  « Tiens, à propos de Freelances et de Développeurs, vous y croyez-vous à l’idée que l’on va vers la fin du Salariat, que demain nous serons majoritairement Freelances ? »

 

« Pour ma part, ce que je crois, c’est que derrière cette notion de Salariat, il y a énormément de choses…  Il y a ce qu’une majorité de personnes recherchent au travers d’un emploi,…  une certaine sécurité grâce à un salaire mensuel,… et donc quand ils pensent Salariat ils pensent CDI… et là en fait, le concept de CDI tel qu’il est encore rêvé par beaucoup de personnes, c’est à dire comme un Contrat à Durée Infinie jusqu’à la retraite, oui, ce concept là est déjà largement derrière nous… » 

 

« Je suis d’accord avec Guy, je crois également que de plus en plus de personnes aspirent à être considérées véritablement comme des collaborateurs, reconnus pour leurs contributions, dans le cadre d’un travail qui a un sens pour eux, et donc de moins en moins comme des subordonnés… On fait de plus en plus comme si le lien de subordination n’existait plus, alors qu’il constitue toujours l’un des fondamentaux du Salariat dans l’entreprise… c’est un peu schizophrénique… et c’est là je pense, que le modèle du Salariat va à un moment où un autre devoir être reconsidéré, dans ses règles du jeu… »

 

« D’ailleurs… » reprit Guy, « si on refait le parallèle avec le statut d’Emilie, à la fois en mode Freelance, Entrepreneur et avec les avantages du Salariat, il n’est peut-être pas si aberrant que cela, d’imaginer que plutôt que de tendre à diminuer et à disparaître… en étant remplacé au fil des ans par de plus en plus d’indépendants et des Freelances qui décrochent des missions via des plateformes en ligne et applications,… il n’évolue pour être plus adapté aux réalités et attentes actuelles de relations au travail,…. Non ? »

 

 

«  Oui, tout à fait » acquiesça Adrien, « d’autant que, même si nous allions au bout de l’idée d’avoir des entreprises contractualisant majoritairement avec des Freelances plutôt que d’avoir des salariés,… et bien se poserait à mon avis assez rapidement, la question de l’absence du sentiment d’appartenance, qui fait la force de pas mal de boites »

 

«… Et sans compter la perte de temps et d’énergie transactionnelle chaque mois, d’une gestion par facturation de tout ce petit monde »… ajouta Emilie

 

« Sauf à automatiser tout cela !… » lança Guy sur le ton de la connivence…

 

Adrien saisit la balle au bon… « Ah, nous y voilà !… c’est vrai que nous n’avons pas évoqué l’IA jusque là… alors, vous en pensez quoi ? Au final, nous allons vers la fin du Travail ? L’IA et les robots vont détruire massivement l’Emploi ? Ou bien est-ce que Schumpeter et la destruction créatrice vont encore nous sauver ? »

 

 

Guy fit un large sourire… « Vous savez quoi ? »

« Non… ? »

« Et bien j’ai une bonne nouvelle… »

« Ah oui ? »

« Oui, c’est que l’IA et les robots ne vont pas nous remplacer et détruire massivement des emplois… !! »

Adrien et Emilie ne s’attendaient pas à cela, à l’heure où bon nombre de voix et d’études prédisent de plus en plus largement le contraire…

…ils n’eurent pas le temps de réagir, Guy repris : «… par contre la Mauvaise Nouvelle, c’est que ce sont d’autres Humains, des Humains comme vous et moi, qui vont prendre la décision de nous remplacer par des Robots et par les algorithmes d’intelligence artificielle… Ce n’est pas de l’IA et des Robots en tant que tels dont il faut avoir peur…, En fait, l’IA et les Robots n’y sont pour rien… Ce dont il faut s’inquiéter, c’est des Humains et de leurs choix, qui eux vont détruire au final massivement des emplois»


Guy marqua une pause avant de reprendre…

« … Vous-mêmes, imaginez que vous soyez chef d’entreprise,… vous avez quelques dizaines d’employés,… ce sont les profits de votre entreprise qui conditionnent vos revenus… et vous avez bien entendu des concurrents. Alors, si demain, grâce à la technologie, vous avez le choix entre faire réaliser une large partie de votre production, de votre service, par une IA ou des Robots,… Mieux et à moindre coût qu’avec vos salariés actuels… Quelle décision allez-vous prendre ? D’autant que vos concurrents accèdent à la même technologie… et qu’il est probable que s’ils prennent la décision avant vous, ils produiront mieux et moins cher que vous… Ce qui augure une baisse envisageable de votre part de marché… et posera peut-être  même la question de la survie de votre entreprise et donc de la pérennité de vos revenus…  Alors, qui au final détruira des emplois ?Vous et votre décision, ou une IA apparue subitement d’on ne sait où avec son armée de robots, et détruisant tout sur leur passage ? »

« C’est vrai que dit comme ça… je réalise qu’à force d’entendre que c’est l’IA qui va nous remplacer, ça fait oublier qu’en fait c’est bien nous qui prenons au fur et à mesure du développement de la technologie, la décision de ces remplacements… » lâcha Adrien songeur…

 

 « Parler constamment de l’IA, des Robots et de leurs impacts, ça a le mérite de nous faire oublier notre responsabilité d’Humains dans ce qui se passe » compléta Emilie…

 

« Oui, et vous savez ce que je trouve le plus dingue dans tout ça ? » leur demanda Guy…

 

« Non… ? »

 

« C’est que nous nous sommes, embarqués nous-mêmes dans cette course folle, sur la base de règles du jeu que nous avons nous-même inventé, et de croyances purement imaginaires que nous nous sommes forgées » 

 
« C’est à dire ? »

 

« Ce que je veux dire, c’est que si demain vous étiez ce chef d’entreprise, vous prendriez la décision de remplacer vos salariés, sur la base de trois croyances… Un, que vous êtes en Concurrence,… Deux qu’il faut toujours faire plus de Profit,… Trois que si on ne continue pas à créer de la Croissance ce sera la catastrophe… »

 

« En quoi la concurrence est-elle une croyance ? » répliqua Adrien… « Je te garanti que dans mon entreprise c’est une réalité… et si on innove pas, on va perdre des parts de marché, et je vais devoir licencier ! »

 

« Oui, par contre le fait que tu perçoives cette réalité, est fondé à l’origine sur une croyance que nous avons développé,… qui est que nous étions, ou que nous devions être en concurrence… Si par exemple l’espèce Humaine avait imaginé au départ que la règle de base était que l’on avait plus à gagner à inventer des relations de coopération, que des relations concurrentielles, nous serions aujourd’hui dans une toute autre réalité… »

 

« Bref, t’es en train de nous parler du capitalisme et de sa remise en cause… » embraya Emilie…

 

« Le problème avec l’idée de la remise en cause, c’est que l’on reste enfermé dans un cadre de réflexion,… et le capitalisme n’est rien d’autre qu’un modèle de pensée,… Ce que j’évoque, c’est même plutôt de sortir carrément du cadre, de se dire que c’est nous qui avons imaginé nos propres règles du jeu,… qu’il ne tient qu’à nous de décider de changer le jeu… que tout cela c’est dans notre tête,… Comme par exemple pour l’argent, qui n’est finalement qu’une pure invention de notre imagination, puisque la valeur que nous lui accordons n’existe nulle par ailleurs que dans nos esprits d’Humains… un peu comme dans le film Matrix, où la cuillère n’existe pas… »

 

« Excellent… ! »…  s’exclama Emilie… « J’ai comme l’intuition que vu comme tu es partis, tu vas gentiment mais sûrement nous parler de l’idée du Revenu Universel !
»


« Je vois que tu me connais bien,… et j’aurais aimé développer l’idée avec vous, sous un angle un peu décalé, mais je vois malheureusement que l’heure tourne et je vais devoir vous laisser… »

 

« Ah,… il va falloir que l’on se cale une prochaine date pour se revoir maintenant ! J’ai hâte que l’on débatte sur ce sujet !! On prend nos agendas ? »  proposa Adrien…

 

Les trois amis sortirent leur smartphone,… le soleil commençait à disparaître derrière les bâtiments, irradiant le ciel d’une couleur orangée… la terrasse du café s’était doucement vidée autour d’eux…

 

 

Recrutement, Marque Employeur : suivez toute l’actualité #rmstouch !


The following two tabs change content below.

Frédéric Mischler

DRH : Développeur de la Réussite Humaine chez Humaineo
Spécialisé dans le domaine de l'innovation en RH, il anime des communautés d’apprentissage de professionnels RH, et intervient sur les thématiques opérationnelles de la fonction en vue d’accompagner sa transformation, à l'occasion de formations, missions de facilitation au changement, conseils et conférences RH. Il est le créateur et l'animateur du blog "Innovations et RH"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *