Il y a des avis POUR et des avis contre CONTRE dans la salle.

Qu’est-ce qu’une recommandation ? Il faut différencier les recommandations « traditionnelles » aussi appelées « références » des likes/endorsements sur Linkedin ou autres réseaux sociaux.

On peut se faire recommander sur des compétences qu’on maitrise peu ou pas, au détriment de son coeur de métier : même si l’on contrôle ce qui est affiché sur son profil, on peut être surpris des suggestions faites par autrui.

Quid des personnes qu’on ne connait pas, voire qui sont très éloignées de son champ de compétences, et qui vous recommandent en attestant des compétences qu’ils ne vous ont jamais vu mettre en action ?

On peut toujours refuser des endorsements sur Linkedin

Pour le moment, c’est plus un gadget qu’une réelle recommandation.

Beaucoup de dérives..? Il faudrait pouvoir pondérer ces recommandations en fonction du niveau d’interaction que l’on a avec la personne.
Est-ce que cela peut être un indicateur d’engagement ?

A l’unanimité, la recommandation écrite a plus de valeur qu’un clic : on engage sa responsabilité.

Ce sont les balbutiements de la technologie : avec plus de chiffres, on pourrait aller plus loin statistiquement et peut-être donner du sens à ces recommandations sociales.

Avoir une grande communauté autour de soi veut-il dire qu’on est plus compétent ? Non, attention : peut produire beaucoup de bruit.

Comment mesurer la valeur d’un réseau ?
Serait-ce le nombre de personnes qu’on peut mettre ensemble dans une pièce le jour où l’on en a besoin ?

Est-ce qu’il faut forcément être présent sur les réseaux sociaux pour avoir accès aux meilleures opportunités professionnelles ? Est-ce que cela est un critère de discrimination réelle dans le recrutement ? Attention à ne pas basculer vers un concept de « Marque candidat ».

Peut-on définir un profil de candidat sur des « soft skills » ou des aspects psychologiques ? Surtout pas : on ne donne au site que ce que l’on veut donner.
Un réseau social doit rester un outil pour entrer en contact plus qu’un outil d’aide à la décision.

Mon bilan : on ne doit pas confondre un bon candidat et un bon professionnel. La visibilité sur les réseaux sociaux passe par l’interaction sociale, mais elle doit être pondérée et ancrée à la réalité professionnelle.

Un débat passionné et enjoué ! Et vous, que pensez-vous des recommandations sociales ?

Jean-Marie Caillaud

Psychologue du travail de formation, Jean-Marie aide les entreprises à recruter des talents au sein du cabinet de recrutement international Approach People.
Egalement auteur du Blog du Recruteur : http://recruteur.wordpress.com
Pour le contacter : jmcaillaud@gmail.com