Bonjour à toutes & à tous !

Cela fait maintenant un peu plus d’un mois que j’ai rejoint l’équipe #rmstouch.
Pourquoi évoquer ce sujet me direz-vous ?
Parce que j’entame ma 5ème semaine et que jusqu’ici tout va bien, et même très bien.
Et surtout parce que je me rends compte que j’ai eu/j’ai la chance d’être intégrée comme trop rarement dans ma carrière (pour la petite histoire, #rmstouch est mon 16ème employeur…!)

Je me suis donc naturellement posée une série de questions :
Qu’est-ce qui fait qu’après un mois, une semaine et même un jour on se sent bien (ou pas) dans sa boîte ?
Quels éléments font la réussite ou l’échec d’une intégration ?
Ces éléments sont-ils seulement humains ?
Et surtout, comment optimiser cette phase trop peu souvent évoquée et pourtant déterminante dans le succès d’un recrutement ?

Je partage donc ici avec vous retour d’expérience et réflexions.

 

L’onboarding : top ou flop

L’intégration ne fait pas tout et le succès d’un recrutement va au-delà des premiers jours/semaines du nouveau collaborateur dans le poste, ok, et pourtant.

Onboarding-G2NL

Si on regarde de plus près la belle infographie concoctée par nos amis belges de Go2NextLevels, on voit bien à quel point les 6 premiers mois et même le 1er jour d’intégration sont décisifs dans la prise de décision finale de rester ou de quitter une entreprise.
Parce que cette période d’onboarding est lourde de conséquences, professionnelles et personnelles.
Il y a bien sûr toujours, à l’origine, un grand sentiment d’excitation à démarrer une nouvelle aventure professionnelle : nouvelles missions, nouvelle équipe, nouveau challenge !
Avec un peu de chance vous avez pu négocier une évolution de poste, de salaire, un rapprochement géographique, des horaires de travail plus confortables, etc.
Si on change de boîte, c’est clairement parce qu’on pense que l’herbe est effectivement plus appétissante dans le champ voisin.
Mais cette phase-clé peut également être source de stress, de doute voire de frustration.
Pour la personne intégrée, pour le recruteur, pour le manager, pour son équipe : c’est un équilibre fragile qui est remis en jeu à chaque nouvelle intégration.
Et c’est ce dernier point de vue, celui de la nouvelle recrue en question, que je souhaiterais aborder aujourd’hui.

 

Les 4 facteurs clés d’une intégration réussie

La pré-intégration

Du « ok » au 1er jour dans la boîte.
Il y a généralement un gros blanc entre le moment où tombe le « oui » du candidat et le moment où il intègre vraiment l’équipe, en fonction d’un préavis de départ notamment.
Dans mon cas, il s’est passé 2 mois et demi environ.

Que s’est il concrètement passé pendant ces 2 mois et quelques ?
Beaucoup de choses.

JoinSlack
On s’est rencontrés à plusieurs reprises, avec Jean-Christophe bien sûr, mais aussi avec le reste de l’équipe (pour parler boulot mais pas que), on s’est envoyé régulièrement des messages, des news, on a échangé des bons plans pendant nos vacances respectives, etc.
Je vous passe le moment où on m’a demandé de choisir/inventer mes futurs intitulés de poste (décalé et officiel) et un avatar pour le mettre en BD à mon effigie…
Mais surtout on m’a consultée pour que je donne mon avis sur des sujets stratégiques pour l’année à venir !
On est même allé jusqu’à me présenter les chiffres de la boîte, les prévisions et l’historique.
Je suis une fille plutôt sérieuse et droite dans mes baskets, no worries, mais j’ai littéralement halluciné qu’on me témoigne une telle confiance si rapidement.

Au final c’est la 1ère et unique fois que j’ai eu l’occasion de faire partie intégrante d’une équipe avant même d’avoir officiellement signé mon contrat.
Vous allez peut-être pensé que c’est too much et que dans votre boîte c’est impossible pour des raisons de confidentialité etc.
OK, mais ce qui nous intéresse ici c’est ce sentiment de confiance, d’appartenance et de reconnaissance que cela a généré.
Ils auraient pu simplement m’inviter au dîner de Noël et j’aurais déjà trouvé ça super !
Parce que le plus important ici, c’est que dès ce fameux « oui » on m’a fait comprendre, dans les faits, que j’étais la personne pour ce poste, qu’on m’attendait et donc que j’étais DÉJÀ un membre à part entière de l’équipe.

Les conditions matérielles de travail

C’est un élément tellement basique et évident que c’en est presque gênant de devoir encore aborder ce sujet en 2016.
Je ne compte pas le nombre d’intégrations où j’ai dû attendre des jours et des jours avant d’avoir mes accès, un mail valide, un ordinateur, un téléphone…
Et je ne suis certainement pas un cas isolé.

CondTravail
D’où mon étonnement à voir mon mail activé 1 mois 1/2 avant mon arrivée, des accès sur Slack, Trello & autres.
Sans parler de mon laptop et de mon téléphone que j’ai moi-même choisis en fonction d’un budget plutôt coquet et que j’ai pu utiliser à des fins purement personnelles déjà 2 semaines avant ma prise de poste effective.

En résumé : commencer son premier jour de travail avec tous ses outils à dispo et opérationnels, c’est vraiment confortable.
Et ne sous-estimez pas ce point parce que même si les choses se passent finalement bien avec votre nouvelle recrue et bien attendez-vous à ce qu’à la première désagréable occasion ressorte la sad joke du « j’ai quand même dû attendre 3 semaines [voire 4 mois] pour avoir un ordi et pouvoir commencer à bosser » (Quand on est dev, avouez que c’est gênant).

PS : Pour ceux que j’entends déjà crier au loup à savoir « oui, ça c’est encore une belle façon de te faire déjà bosser alors que tu n’es pas encore dans les effectifs » je répondrai simplement que c’est une question de tempérament.
Non pas du candidat, mais du manager, qui échange librement avec vous mais qui vous fait clairement comprendre que les échanges le weekend ou après 19h30 c’est juste NO WAY.

Un parcours d’intégration décalé et complètement personnalisé

Nous touchons ici le coeur du sujet : les premiers jours dans la boîte.
Ces premières journées sont souvent pleines d’enthousiasme heureusement mais également de questions voire d’appréhensions selon les candidats.
Pour ma part, le programme fut :
– invitation à petit-déjeuner à l’extérieur avec l’équipe
– échanges
– questions
– projets
et un SMS étonnant découvert au moment du déjeuner :

SMS-1erDefi

Défi1-Appli.001

En fait à ce moment-là je me suis rendue compte que mes collègues, un peu fous mais ça je l’avais déjà compris, m’avaient préparé des « défis/missions » online pour mon intégration, en résonance avec mon titre, choisi, d’Agent Spécial.

Et là c’en est suivi toute une série de Tweets, SMS, messages WhatsApp, DM et autres emails qui m’amenèrent à découvrir tout un tas de choses sur une dizaine de jours.
J’ai tour à tour découvert les arcanes du média #rmsnews, l’historique de #rmsconf, l’Emploi Store de Pôle Emploi, les temples Khmers du Cambodge (cherchez l’intrus), l’historique complet de PotentialPark et j’en passe !
J’ai dû rédiger ma bio, actualiser mes présences sur les différents médias sociaux, me créer un compte sur WordPress & Gravatar, fouiller dans les 855 billets (!) en ligne sur #rmsnews, répondre au défi de notre bien connu @Mr_Sourcing…j’ai même terminé avec un défi envoyé par Greg Savage en personne 🙂

GregSavageAU
Bref, j’ai été amenée à découvrir l’histoire de la boîte, son écosystème, les différents supports de travail, mes missions etc. de manière hyper fun, surprenante & vraiment stimulante.

Et puis, cerise sur le gâteau, a été créé le hashtag #rmstouchlive pour l’occasion (aujourd’hui repris pour partager la vie de la #rmsteam au quotidien) pour partager défis, réponses, encouragements & autres indices.
Mes amis, collègues & autres followers ont donc pu suivre l’avancée de ce parcours insolite et surtout, cette communication à l’externe m’a permis de gagner en visibilité auprès d’un nouvel écosystème de référence.
Soit une intégration en interne comme à l’externe.

Capture d’écran 2016-04-14 à 10.30.53

L’émergence d’un sentiment curieux

En fait, il s’est surtout passé quelque chose au 3ème défi.
Vous l’avez peut-être vue vous aussi : mes collègues ont fait faire une BD de bienvenue pour mon arrivée.

En voyant ça, en plus de tout le reste, je me suis dit « Punaise… » (bon, j’avoue, j’ai pensé à un mot bien plus vulgaire), « ils ont fait tout ça…pour moi ! »
J’ai commencé à prendre conscience du temps et du travail de réflexion, de mise en place, de coordination avec des tiers et de suivi que tout ce « jeu de piste » demandait/avait demandés à mes nouveaux collègues/patron.
Et j’ai été profondément touchée, pour ne pas dire émue, par cette réelle attention à mon égard.

Je pense qu’on n’avoue jamais à quel point les sphères personnelles et professionnelles sont liées.
Reconnaître et revendiquer le potentiel de bien-être au travail qui se cache derrière les notions de gentillesse, de bienveillance et de « faire plaisir » (le care dans son sens premier, prendre soin de) est essentiel.
Il n’est pas seulement question de partager des valeurs communes d’exigence, de respect, de transparence ou autre.
La notion très personnelle de care, d’attention sincère et personnalisée à l’autre est un sentiment puissant et un levier d’engagement fort et pourtant trop peu présent en entreprise.

Enfin, avant de conclure, j’ajouterai une dernière petite chose.
Simple, futile, essentielle : l’humour.
Ne l’oubliez pas.
Parce que l’humour sauvera le monde (et l’entreprise), j’en suis profondément convaincue.

HumourEntreprise

En conclusion…

Une intégration réussie est avant tout une question de volonté humaine avant d’être une question de temps ou de moyens.
Comment ai-je envie d’accueillir mes futurs collaborateurs ?
Quelle place ai-je envie de leur donner au sein de mon équipe ?
Quelle expérience voudrais-je vivre si j’étais à leur place ?

Parce que nous avons tous vécu à un moment dans notre carrière un onboarding plus ou moins raté, osons nous poser ces questions pour redonner du sens et de l’envie aux candidats, au-delà du sentiment euphorique et éphémère généré à la validation d’un process de sélection.
Et si vous pensez que cette démarche est trop chronophage, que vous voudriez mettre en place de nouvelles approches d’intégration pertinentes et personnalisées mais que vous avez besoin de conseils et d’outils pour construire ce projet et bien sachez que nous lançons officiellement la commercialisation de ce service chez #rmstouch !

Vous rêvez d’un onboarding unique, ludique, online mais aussi offline ?
Le tout avec la mise en place d’un site ressources dédié à vos couleurs et qui permettrait également d’intégrer vos process ?
Laissez-moi un commentaire, un mail, un message & parlons-en !

Une chose est sûre : nous n’avons pas fini de parler onboarding, personnalisation & gamification chez #rmstouch !
Avec vous ?

A très bientôt,

Sophie

PS : je dois l’avouer cependant, la vie n’est pas toujours rose bonbon comme on le souhaiterait et chaque médaille à son revers…
Depuis que je suis arrivée chez #rmstouch, je me rends compte du travail de lobbying qui m’attend à devoir convaincre Jean-Christophe de l’intérêt d’un homologue canin dans l’équipe.
Oui je rêve d’avoir un chien et de pouvoir l’amener au bureau, un chien de refuge qui plus est, la cause est noble.
Mais Jean-Christophe se montre de marbre face à la cause animale…

Triste sort qui est le mien puisque j’avais eu l’autorisation chez Spring France de ramener mon chien au bureau 30 jours/an.
Le DRH et le DG m’avaient même offert un panier, panier vide qui attend son futur propriétaire…

Je compte sur vous pour appuyer la cause de la #rmsmascotte et vous invite à envoyer vos photos pleines d’amour et de croquettes à @jchristopheanna

Merci à vous !

Chien de Laurie invité au bureau l'été dernier @Spring_FR                                        Timiya, chienne de Laurie qui a pu profiter de mes #DogDays l’été dernier 😀

 

Recrutement, Marque Employeur : suivez toute l’actualité #rmstouch !


 

Sophie Guenat
Suivez-moi !

Sophie Guenat

Geekette enthousiaste & passionnée de relations humaines, Sophie a eu l’occasion d’intervenir sur des missions très variées, principalement à l’international.
Aujourd’hui Agent Spécial chez #rmstouch, elle met à profit son énergie et son sens du service auprès des entreprises, cabinets, institutions & écoles afin de promouvoir le recrutement de demain et les accompagner dans cette évolution.
Nom de code : @sophilantropy
Ce message s’autodétruira dans 10, 9, 8, …
Sophie Guenat
Suivez-moi !