Nous poursuivons aujourd’hui notre série de portraits de Sourceurs. Après Monsieur Sourcing himself, Guillaume Alexandre, le pirate Vincent Rostaing et l’experte Elodie Labrosse, place à Sylvain Lareyre, l’un des tous meilleurs en France ! Vainqueur du Challenge Sourcing #rmsconf lors de l’édition 2014, il a terminé à la seconde place lors de l’édition 2015 … No Comment ! 😉

 

Qui es-tu ? Comment te qualifierais-tu ?

Je suis Sylvain Lareyre, 31 ans, responsable recrutement chez Supralog et formateur en sourcing 2.0 pour Haastin. J’ai un parcours plutôt atypique : 5 ans en tant qu’ingénieur informatique puis ces 3 dernières années comme recruteur IT sur la technopole de Sophia Antipolis.

Je me qualifierai de sourceur « geek » ! Mon job est de trouver et convaincre des développeurs au profil pénurique de rejoindre ma société. J’ajouterai également l’humain, l’écoute et la compréhension des candidats qui sont trop souvent oubliés dans notre secteur.

Sylvain_Lareyre___LinkedIn

 

Quelle est ta définition du Sourcing ?

Le sourcing est pour moi l’ensemble des techniques qui permettent de rechercher, identifier, contacter et qualifier des profils. Tous les moyens et outils sont bons pour y parvenir, même les méthodes « border line » où il faut exploiter les failles des systèmes. Le sourcing se décompose donc en 2 phases principales : trouver puis convaincre.

Le sourceur est selon moi un cran au dessus du classique chargé de recherches, trop axés sur les annonces, les CVthèques, les bases de données et de la chasse « old school », bien que cela fasse partie du métier.

shutterstock_244276822

 

Comment t’est venue cette passion/expertise ?

J’y suis venu en fait assez naturellement. Lors de mon changement de carrière, j’ai été formé assez sommairement. Le secteur IT étant pénurique, je me suis rapidement aperçu qu’il fallait sortir du cadre pour se différencier et surtout trouver pour recruter. Être le 10ème recruteur en moins d’une heure à appeler le pauvre développeur ayant mis son CV sur Monster n’était pas viable.

J’ai commencé par rechercher les sites et blogs persos des informaticiens, puis les réseaux sociaux. Mon expérience d’informaticien m’a été utile au début avant de suivre des webinars et apprendre par une veille très poussée sur les réseaux sociaux et sites web spécialisés (dont #rmsnews !). Puis je me suis laissé prendre au jeu, puisque sourcer est un vrai travail d’investigation et de recherches.

 

Quel est ton meilleur souvenir de Sourceur ?

Je n’ai pas un meilleur souvenir en particulier, même s’il y a le titre de meilleur sourceur de France #rmsconf gagné l’année dernière.

Je n’oublierai jamais un soir, il y a quelques mois. Lors d’un afterwork technique « réservé » aux ingénieurs, une personne m’a félicité de ne pas rester enfermé dans mon bureau et d’aller au devant des gens. Il se faisait harceler sans cesse par toutes les SSII et cabinets de recrutement mais personne ne faisait l’effort de sortir de sa tour d’ivoire pour écouter et rencontrer les candidats. Le sourcing sur le terrain est très valorisant. C’est là que je me suis dis que je faisais bien mon job (en tous cas je l’espère !).

#rmsconf

 

Le Sourcing est-il un art et si oui pourquoi ?

À mon sens, non. Je verrais plus le sourcing comme une technique de pointe. C’est comme dans l’informatique, un métier en perpétuel évolution. Des outils changent ou naissent, la société évolue et il faut sans arrêt se remettre en question pour trouver la bonne solution techniquement et humainement. Ce n’est pas une question d’art mais presque de survie face aux concurrents ! Une requête sur Google doit être efficace avant d’être belle.

 

Qu’est-ce qui te plait le plus dans cette activité si particulière ?

Je suis assez terre à terre et je prends vraiment plaisir au quotidien à rechercher les profils impossibles, les fameux moutons à 5 pattes en France ou autres purple squirrel pour les anglo-saxons. Les retours que je peux avoir, même négatifs, sont vraiment gratifiants quand on vous remercie de l’attention, de la justesse de la proposition et de la personnalisation du message. La reconnaissance des candidats est très importante !

 

Tu dois trouver un Ingénieur Java J2EE. Comment t’y prends-tu ?

C’est la grande question que se posent des milliers de sociétés aujourd’hui et il s’agit de mon fond de commerce. J’en ai moi-même était un il y a quelques années. On ne dit d’ailleurs plus J2EE mais JEE ou Java EE, même si J2EE est encore utilisé.

Il n’y a pas une méthode miracle mais un ensemble de canaux différents à activer. Aujourd’hui les développeurs ne prennent même plus la peine de postuler. Ils attendent que l’on vienne directement les contacter.

La première étape est de faire le tour des jobboards et CVthèques afin d’avoir des profils (normalement) en recherche, ce qui est le plus simple. Mais il faut avoir de la chance car la quantité est peut être là (en même temps que la concurrence) mais sans la qualité.

Je recherche ensuite sur les réseaux sociaux comme LinkedIn car tout le secteur IT y est inscrit aujourd’hui. Il y a toujours des personnes qui indiquent être en recherche et qu’il faut cibler avant de se lancer dans une chasse chronophage, pauvre en retours positifs et qui se pratiquent plutôt pour du moyen/long terme.

#rmsconf

Car c’est là que se joue la différence et surtout sur ce type de profil, il ne faut pas être dans une fuite en avant à la recherche frénétique de candidats. Au contraire, il faut capitaliser sur son vivier ! C’est  à dire être actif sur les réseaux, liker, commenter et prendre régulièrement des nouvelles.  Mes meilleurs recrutements en Java EE se sont fait par réseautage. Se faire connaitre du milieu notamment dès l’école est primordial. L’ATS interne est également une mine d’or de profils déjà qualifiés.

Pour les plus audacieux, on peut partir à la recherche de profils sur Twitter (très peu utilisé aujourd’hui), Google (vous n’imaginez pas le nombre de CV que l’on trouve avec des coordonnées), les plateformes techniques (GitHub, Stackoverflow…) et les événements online (type hackaton, battledev) et terrains (événements techniques, relations école, donner des cours).

Selon le type de compétences en JEE (web ou non, front ou back-end, big data, middleware, frameworks, etc…), l’urgence et le degré de séniorité certains canaux vont être privilégiés plus que d’autres.

 

 

Réseaux sociaux pro, bases de CV, Google … quels sont les outils qui ont ta préférence et pourquoi ?

Je les utilise tous ! Les jobboards me servent aujourd’hui de moins en moins, les réseaux sociaux ayant pris le relai. Mais déjà sur ces supports la concurrence est rude dans l’IT et il faut trouver d’autres alternatives. Je privilégie de plus en plus Google, les solutions de type DoYouBuzz et la présence événementielle. La clé dans mon travail est d’arriver à contacter mes candidats en sortant de la masse.

 

Quel est ton petit outil secret ?

J’en ai vraiment beaucoup, qui s’ajoutent au fur et à mesure. L’outil miracle n’existe pas ! Sinon j’utilise beaucoup de plugins sur le navigateur Chrome pour trouver des coordonnées (Prophet ou Connectifier) ou pour contourner les restrictions des réseaux sociaux (lippl ou Viad30). En donnant Viad30, je mets en lumière un outil quasiment inconnu qui va, je l’espère, suite à l’arrivée des nouvelles interfaces Viadeo, se mettre à jour pour déverrouiller tous les filtres de recherche comme il y a quelques mois. Mais vous pouvez déjà accéder sans efforts à toutes les vues de votre profil. Tout cela sans compte payant bien entendu.

Je dispose également de nombreuses requêtes Google. Et surtout j’ai mes petites techniques pas très légales et que je ne pourrais pas citer ici pour améliorer mon sourcing sur LinkedIn et Viadeo.

shutterstock_225997423

 

Qu’est-ce qui fait la différence selon toi entre un bon et un mauvais sourceur ?

Encore une fois il y a deux domaines dans le sourcing à distinguer. Un excellent sourceur fera la différence sur la qualité et la pertinence des ses canaux de recherche mais aussi sur l’approche et le verrouillage du candidat. Il faut savoir trouver et vendre !

Le sourceur « ultime » est celui qui reçoit spontanément et en continu des candidatures dans son spectre de recherche et qui mobilise facilement un réseau/pool de candidats. Mais cela demande énormément de temps et d’investissement.

 

Quel est le meilleur Sourceur que tu connaisses ?

Je pense tout de suite aux américains Glen Cathey et Irina Shamaeva. Mais j’aime beaucoup Jim Stroud, moins technique mais très drôle dans ses vidéos.

 

Comment vois-tu évoluer le Sourcing dans les 5/10 prochaines années ?

La tendance pour ces prochaines années est à la généralisation du sourcing sur les réseaux sociaux, Google et autres plateformes. Les outils intègrent de plus en plus aujourd’hui la recherche sémantique. L’Apec, TalentBin ou tout récemment Google facilitent les recherches, interprètent et pensent à toutes les possibilités à la place du recruteur. Finis les synonymes et les longues requêtes compliquées.

Même s’il restera toujours une part de technique, tout le monde va avoir accès « facilement » aux mêmes ressources et de nouvelles solutions verront le jour à ce moment là. Comme les jobboards aujourd’hui qui sont concurrencés par les réseaux sociaux. La génération Z étant une population de youtubers, nul doute que les sourceurs devront s’y mettre, le sourcing sur LinkedIn/Viadeo étant devenu la norme. Facebook ou Google devraient également prendre de l’importance.

Le big data en tous cas n’est pas pour tout de suite. Les solutions actuelles sont balbutiantes et utilisables uniquement pour du recrutement ponctuel.  Une recherche de développeur Java EE sur TalentBin en province ne donne pas accès à un volume de candidats suffisants. Mais d’ici une dizaine d’années, les algorithmes se seront affinés et les sociétés auront investis dans ce sens. L’humain restera toujours au cœur du système car ce sera lui qui devra le paramétrer.

#rmsconf

Je me mouille mais je pense que le sourcing ira tôt ou tard aux opérationnels. Les étapes supérieures comme l’entretien resteront aux RH. Après 20 ans de carrière, quoi de mieux que le réseau d’un opérationnel ? Le salarié ambassadeur sera au cœur de la stratégie de recrutement : indirectement via la cooptation ou directement en mobilisant ses contacts. Cela voudra dire aussi que nous n’en avons pas fini avec les clones…

Des entreprises devraient se spécialiser, si la législation le permet, dans la constitution d’immenses bases de CV (avec coordonnés, donc pas un simple profil social). Un peu à la manière des sociétés actuelles en marketing digital qui brassent, s’échangent et vendent des millions d’adresses emails qualifiées et catégorisées. Les jobboards et CVthèques devraient aller dans ce sens et ne plus se contenter uniquement des populations « en recherche ». Ce qui veut dire que tout le monde sera candidat et à vie !

 

Quel conseil donnerais-tu à une personne qui veut devenir un expert du sourcing ?

Je lui dirais déjà que c’est à sa portée. Il suffit de bonne volonté (ce qui manque le plus souvent), d’être formé pour mieux appréhender les différentes techniques et enfin de pratiquer. Il faut commencer doucement, tâtonner au début avant de trouver les bonnes méthodes. Une veille est indispensable pour rester au courant des évolutions et déceler des tendances. Cela se traduit pas suivre les bons influenceurs et sites web (notamment américains).

Le chemin n’est pas forcément long mais demande de l’investissement !

 

 

Merci Sylvain !

 
Je vous donne rendez-vous dès la semaine prochaine pour un nouveau portrait de Sourceur.

En attendant, je vous invite à découvrir les autres portraits publiés :

Le Sourcing par Guillaume Alexandre

Le Sourcing par Vincent Rostaing

Le Sourcing par Elodie Labrosse

Le Sourcing par Sylvain Lareyre

Le Sourcing par Sandrine Théard

Le Sourcing par Benoit Bliard

Le Sourcing par Hugues Truttmann

Le Sourcing par Michel Sarfati

Le Sourcing par Paul Mouchet

Le Sourcing par Nicolas Galita

Le Sourcing par Judith Tripard

Le Sourcing par Adrien Castagna

Le Sourcing par Jacques Mouelle Ndume

Le Sourcing par les Guichet (Caroline et Marc)

Vous pouvez également suivre cette série sur les médias sociaux et notamment Twitter avec le hashtag #ItwSourcing.

 

Jean-Christophe Anna
Suivez-moi !

Jean-Christophe Anna

Maitre Jedi de #rmstouch, Jean-Christophe est passionné par l'innovation et la prospective en matière d'Expérience Talent (Expérience Candidat et Expérience Collaborateur).
Auteur du livre "Recrutement : du Papier au Robot - 30 ans d'évolution de 1995 à 2025", il a créé l'événement #rmsconf en 2011.
Président de CREDIR Transition depuis son Burnout en 2015, il est avec Jean-Denis Budin à l'origine du concept de Qualité de Vie Globale (#QVG = Santé + #QVT + #QVHT).
Citoyen engagé, Jean-Christophe a lancé le site www.2017-2037.com et le Podcast #1vie1terre pour éveiller les consciences sur les véritables enjeux de notre monde.
Jean-Christophe Anna
Suivez-moi !