Il y a quelques semaines, Jessie Abitbol, co-fondatrice de BizMarks, nous interpelait pour nous faire découvrir cette nouvelle plateforme de notation à destination des salariés.
Et tout récemment encore à #TruParis, j’ai eu l’occasion de constater l’intérêt croissant, mêlé d’un peu d’inquiétude, des entreprises vis-à-vis des sites de notation.
Dans ce contexte, il me semblait intéressant de vous faire découvrir les réflexions de Jessie sur le sujet et de plonger au coeur de BizMarks pour mieux en comprendre les enjeux.

 

Bonjour Jessie,

Après un parcours d’une dizaine d’année dans la com, vous avez décidé de créer Bizmarks. Pouvez-vous nous expliquer ce qui vous a incitée à passer de BETC Euro RSCG à la vie de startupeuse ?

Volontiers ! J’ai effectivement travaillé chez BETC (à l’époque BETC Euro RSCG), c’est d’ailleurs là que j’ai rencontré mon associé. Après quelques années, nous avons tous les deux quitté l’agence pour chercher bonheur ailleurs et comme pour tous ceux qui décident de changer de job, nous avions finalement peu d’information sur les entreprises qui allaient nous accueillir. On s’est lancé… et on s’est trompés.
Alors on s’est dit qu’il y avait peut-être une idée à creuser. Après quelques mois de maturation on a quitté nos jobs respectifs et on a créé BizMarks.

jessie et arnaud bizmarks

 

Quelle est la raison d’être de BizMarks et comment ça fonctionne ?

Rejoindre une entreprise est souvent un saut dans l’inconnu. Dans la plupart des cas, on doit se décider sur la base de quelques entretiens, d’informations trouvées sur le web, et il arrive que l’on se retrouve dans un endroit qui n’est pas fait pour nous.
Une épreuve jamais évidente pour le salarié qui doit alors relancer ses recherches, mais également pour l’entreprise qui a investi du temps – 6 mois en moyenne entre la décision d’embaucher et la fin de la période d’essai – et de l’argent – le coût global d’une embauche non aboutie se situe en moyenne entre 50k€ et 100k€ – et qui doit aussi repartir de zéro. Cela arrive plus souvent qu’on ne le croit, quand on sait que 16% des embauches en CDI se terminent lors de la période d’essai, dans la moitié des cas à l’initiative du salarié.

C’est là qu’intervient BizMarks. Nous avons voulu donner une tribune aux salariés en mettant à leur disposition un espace gratuit et anonyme sur lequel ils peuvent évaluer leur entreprise actuelle ou passée. Bons ou moins bons, les commentaires laissés par les salariés permettent de dépasser le « discours officiel » pour mettre en avant les recommandations des vrais gens. En rendant l’entreprise plus transparente, nous pourrons réduire l’écart entre les attentes des salariés et la réalité du travail.

Par ailleurs, pour les entreprises qui souhaitent soigner leur image de marque et s’inscrire dans une démarche d’amélioration du bien-être de leurs salariés, BizMarks donne le feedback nécessaire pour progresser.

logo bizmarks

 

Quels critères évaluez-vous et pourquoi avoir choisi ces critères plutôt que d’autres ?

C’est une question importante que tous les sites de notation devraient se poser. Le choix des critères est primordial pour la pertinence du résultat final. Si je note un hôtel sur 4 critères, dont 3 concernent l’attrait touristique de la région et 1 le confort de la chambre, la note finale ne donnera pas beaucoup d’indications sur la qualité du petit déjeuner, ou de l’accueil…

De même, dans notre cas, peut-on décider de mettre au même niveau la rémunération, l’équilibre vie pro/vie privée etc. Ces critères ont-ils la même importance pour tout le monde ?

Deux partis pris pour répondre à cette question :
8 critères pour balayer les aspects principaux de l’expérience du salarié et ne pas laisser de « zones d’ombre » dans la notation : salaire, avantages, management, perspectives d’évolution, ambiance de travail, équilibre vie pro/vie perso, environnement de travail, responsabilité sociale
une pondération des critères grâce à une échelle d’importance accordée à chacun d’eux.

Ainsi, la note globale attribuée reflète l’expérience réelle du contributeur.

notation bizmarks

 

A qui s’adresse BizMarks ?

En réalité nous ne nous posons pas vraiment la question en termes de cibles. Nous partons plutôt du principe que l’information doit exister et être consultable. Un peu comme Wikipedia en somme.

Mais pour ne pas éluder complètement votre question, disons que différents publics y trouveront un intérêt différent :
– les salariés en poste, qui souhaitent participer à la démarche de transparence dans leur entreprise et aider les autres à s’y projeter (ou pas)
– les dirigeants, responsables RH pourront accéder aux notes et commentaires des salariés et y répondre publiquement. Ils pourront également publier des offres d’emploi à un endroit où leur marque employeur est valorisée
– les gens en recherche active pourront être orientés dans leur choix par les avis laissés et également y trouver des offres d’emploi correspondant à leurs critères de préférence

 

Combien d’entreprises sont évaluées sur la plateforme à ce jour ?  Et comment s’est fait la sélection des entreprises proposées sur la plateforme ?

Pour l’instant, BizMarks recense les entreprises françaises de plus de 500k€ de chiffre d’affaires et leurs filiales, ce qui représente environ 800 000 entités. Notre objectif est de bâtir une communauté de membres suffisamment importante pour que cette base soit nourrie naturellement par nos utilisateurs, et qu’à terme la définition d’une entité sur le site corresponde plus à leur ressenti qu’à la réalité juridique. En effet, un même bâtiment, une même société, peuvent abriter des services complètement séparés et différents ; il est dès lors pertinent de créer des entités différentes.

home bizmarks

 

Et combien d’évaluations réalisées au total par les salariés ?

A ce jour, nous avons enregistré plus de 200 notes sur le site pour une cinquantaine d’entreprises. Notre réseau dans la com est principalement représenté puisque ce sont les agences de pub qui sont les plus notées jusqu’à présent, mais nous avons aujourd’hui de nouveaux membres dans des entreprises du secteur du luxe, de l’industrie, de la banque, etc…

 

Les évaluations sont-elles plutôt positives ou est-ce que les salariés viennent plutôt sur BizMarks pour manifester leur mécontentement ?

Les évaluations sont plutôt … modérées ! Les membres jouent le jeu des commentaires constructifs et font pour certains l’effort de valoriser les « plus » et les « moins ».

mug bizmarks

 

Entre les restaurants qui publient des avis élogieux sur La Fourchette ou TripAdvisor et les compagnies de théâtre qui s’envoient des fleurs en ligne, les gens sont parfois suspicieux vis-à-vis des outils d’évaluation. Alors comment garantir la fiabilité des avis ?

Nous sommes bien conscients de ce problème. La confiance des utilisateurs est indispensable à la réussite de notre site. Il est donc primordial pour BizMarks de garantir au maximum la fiabilité des commentaires posés sur le site, via, par exemple, la prise en compte d’une seule note par utilisateur, la vérification des adresses email données par les utilisateurs, la possibilité donnée aux entreprises et aux utilisateurs de signaler les messages suspects, etc…

 

Glassdor a débarqué en France et suscite à la fois un grand intérêt et inquiétude de la part des entreprises. Pensez-vous qu’il puisse y avoir de la place pour plusieurs acteurs sur ce créneau ?

De la place pour plusieurs acteurs ? Peut-être, ce qui est sûr, c’est que personne ne s’est encore réellement imposé et que toute la place reste à prendre. Les gens ne savent pas que ce type de service existe et je suis convaincue qu’ils sont plus nombreux aujourd’hui – chez les salariés, mais aussi chez les dirigeants – à considérer que la transparence, l’évaluation, peuvent être des leviers pour améliorer l’entreprise.

 

Quelle est votre valeur ajoutée ?

La valeur ajoutée de BizMarks : la pertinence des informations trouvées sur le site. Les entreprises y sont découpées en entités (départements, établissements secondaires, etc) et organisées en « arbre », c’est-à-dire que nous restituons les liens capitalistiques et organisationnels entre établissements, sièges, filiales, maisons mères.
Il est possible de naviguer facilement d’une entité à l’autre au sein d’un groupe et noter très précisément l’entité qui nous intéresse. Il est par exemple possible d’isoler les notes du centre technique de Peugeot à Vélizy, ou de consulter les notes de Peugeot France dans son ensemble – là où cette possibilité n’existe pas chez nos concurrents. Notre outil améliore ainsi la précision et l’utilité des informations disponibles pour les utilisateurs.

arbre-d'entreprise bizmarks

 

Pensez-vous que l’engouement pour les sites de notation soit durable ? Et la France avec sa culture du secret est-elle un bon terrain de jeu selon vous ?

Je suis depuis longtemps grande utilisatrice de Tripadvisor, je note tout ce que je peux noter, c’est un réflexe ; malgré tout ce qu’on peut dire, la quantité d’information amassée par les sites de notation a révolutionné la façon dont on voyage, on consomme, etc… L’entreprise elle aussi doit tirer les conséquences de ce nouveau monde et en tirer parti : mieux vaut que les critiques des salariés soient organisées sur un site fiable, où elles peuvent leur répondre, que dispersées à travers les millions de forums que contient le web.

Par ailleurs, les choses en France ont beaucoup évolué. L’entreprise n’est plus le grand Satan comme elle pouvait être il y a quelques années. La relation entre employeurs et salariés s’est normalisée, les gens considèrent désormais que les bonnes pratiques doivent être reconnues autant que les mauvaises dénoncées. Nous pensons que les gens peuvent comprendre l’intérêt d’un site comme BizMarks sans le condamner a priori.

 

Si je comprends bien, les entreprises ne paient pas pour répondre aux commentaires des candidats, ni pour recevoir les notifications. Alors quel est votre modèle économique ?

En effet, nous proposons deux niveaux d’abonnements aux entreprises : un compte gratuit qui permet de répondre aux commentaires laissés à leur sujet ; un compte payant qui permet d’avoir accès aux statistiques d’évolution de leurs notes et de poster des offres d’emploi sur le site.

 

De nouvelles fonctionnalités et développements sont-ils prévus ?

Plein ! D’abord continuer à développer les bases de données avec encore plus d’entreprises référencées sur le site, puis ouvrir aux entreprises à l’étranger, développer la version mobile du site, une appli, etc…

 

Un dernier message à faire passer aux recruteurs frileux ?

L’entreprise a tout à gagner au jeu de la transparence, car elle crédibilise le discours porté par sa marque employeur : un mot prononcé par un employé en vaut dix énoncés dans une campagne de communication.
En s’associant à la démarche de BizMarks et en y publiant des offres d’emploi, elles le font là où leur message est le plus crédible.

 

Merci Jessie !

 

Vous avez créé une innovation dans le recrutement, le marketing employeur ou le campus management ? Contactez-nous pour que nous en parlions ici-même : contact@rmstouch.fr.

Jennifer Boukris

Riche d'un parcours atypique qui l'a menée du spectacle vivant aux Ressources Humaines, Jennifer a choisi de se consacrer aux enjeux des RH 2.0, du Recrutement Innovant et du Marketing Employeur. Elle travaille chez #rmstouch en tant Chef de projet Evénementiel et Marketing, et co-organise notamment #rmsconf (recrutement mobile & social conférence > www.rmsconf.com) à Paris et à Lyon.

Les derniers articles par Jennifer Boukris