Business game, challenge étudiant, concours d’innovation ou encore hackathon, Bouygues Construction, Allianz, Valeo et de nombreuses autres entreprises s’y mettent. Avec quels objectifs ? Quelles difficultés ? Quels retours sur investissements ?

 

Un Challenge pour se faire connaître ?

Le premier objectif des entreprises est sans aucun doute le plus simple à atteindre. Il s’agit de se faire connaître et de se positionner comme acteur incontournable et novateur dans son secteur. Allianz, Criteo et Studyka avec ses clients, tous constatent un certain succès en termes de visiteurs, de participants, de partages sur les réseaux sociaux, et donc en terme de notoriété employeur. Mission accomplie donc ? Oui, mais c’est lorsqu’il s’agit de recruter que les choses se corsent.

 

Un Challenge pour recruter ?

Le second objectif est lui plus complexe. Beaucoup d’entreprises peinent à convertir candidats au challenge en candidats à un poste ou un stage, et ce pour plusieurs raisons.

D’une part, il est souvent très difficile de suivre plusieurs centaines ou même plusieurs milliers de participants. Comment gérer alors tous ces candidats potentiels ? Il n’y pas de recette miracle, il faut y mettre les moyens humains afin d’opérer en deux temps : une présélection online pendant le challenge puis dans un second temps un contact téléphonique et une rencontre physique quand le participant a plus de temps (après le Challenge par exemple).

D’autre part, certains participants ne souhaitent en aucun cas candidater. Les hackathons proposant des sommes d’argent au(x) vainqueur(s) sont en effet la cible de codeurs qui participent pour un chèque et non pour un quelconque intérêt envers l’entreprise. Comment alors rester attractif et attirer des candidats sans embarquer de « passagers clandestins » ? Mission impossible ?

 

Une 3ème voie : la mise à disposition d’outils et d’expertises.

Une troisième piste intéressante a été mise en œuvre par Michelin et Viadeo. Chaque année, l’industriel français met à disposition de 300 à 400 étudiants ingénieurs des outils, des machines et des experts Michelin pendant trois jours afin de les aider à concevoir et produire des pièces dans le cadre de leurs projets scolaires. Là encore, la difficulté consiste ensuite à suivre ces étudiants dans le temps afin d’en faire des candidats. Viadeo a quant à lui réussi à modifier son image employeur auprès des étudiants IS/IT en hébergeant plusieurs évènements et en mettant à disposition ses équipements et ses nerds experts techniques. Ce repositionnement a fonctionné et Viadeo semble maintenant reconnu sur le marché français comme un acteur de référence … ce que j’ai d’ailleurs pu constater pas plus tard qu’hier à Centrale Paris sur le stand Viadeo (parmi les plus fréquentés).

 

Suivez également #TruParis sur Twitter tout au long de la journée.

Guillaume Rouzaud

Diplômé de SKEMA Business School, passionné de Ressources Humaines et de nouvelles technologies, je travaille depuis 2009 chez l'équipementier automobile Valeo où je suis en charge - entre autres - des projets liés aux relations écoles, aux forums de recrutement, à la marque employeur ou encore aux solutions de recrutement innovantes. Et j'ai aussi un tumblr RH rigolo : maviederh.tumblr.com !